fbpx
sceri4r9jew
© Gabrielle Rocha Rios

Précarité mens­truelle : ça bouge enfin !

Le gou­ver­ne­ment pro­met le déblo­cage de 4 mil­lions d’euros sup­plé­men­taires en 2021 pour s’attaquer à un pro­blème qui concerne près de 2 mil­lions de femmes. Une avan­cée notable pour les asso­cia­tions mobi­li­sées sur le ter­rain depuis des années. 

Les bonnes nou­velles n’ont pas été légion en 2020. Alors, à quinze jours de la fin de l’année, on ne va pas cra­cher sur une annonce posi­tive. Le gou­ver­ne­ment se lance dans le com­bat contre la pré­ca­ri­té mens­truelle. Si, si, vous avez bien lu. Début décembre, lors de son inter­view chez Brut, Emmanuel Macron avait pro­mis « une réponse très concrète » pour aider les femmes en situa­tion de pré­ca­ri­té qui ne peuvent pas s’acheter des ser­viettes ou des tam­pons quand elles ont leurs règles. Une décla­ra­tion inédite pour un chef de l'État. Le sujet, por­té de longue date par des asso­cia­tions comme Règles élé­men­taires ou le col­lec­tif Georgette Sand, a long­temps été absent du débat public. « On se réjouit de voir que les choses bougent un peu en matière de pré­ca­ri­té mens­truelle, cinq ans tout juste après la créa­tion de notre asso­cia­tion », confie Tara Heuzé-​Sarmini, la fon­da­trice de Règles élémentaires. 

Lire aus­si : Les ragna­gnas, une affaire d’État ?

La « réponse concrète » s’est[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 11 29 à 11.29.09

Body posi­tive : les marques attaquent

Les marques de vêtements et de cosmétiques multiplient les pubs estampillées body positive. Tantôt sincères, tantôt opportunistes, elles embrassent des codes inclusifs pour tenter de séduire les consommatrices.