thumbnail Stallone c Huma Rosentalski 2
Stallone © Huma Rosentalski

Stallone et Les Imprudents : deux petits bijoux à voir au théâtre

Un par­cours d’émancipation grâce à Rocky 3 et une varia­tion autour de Marguerite Duras. Causette vous conseille deux pièces à ne pas rater.

Stallone

Que se produit-​il quand une actrice et un met­teur en scène, en l’occurrence cinéaste, ren­contrent un texte idéal ? Un moment de théâtre par­fait. La pre­mière, c’est Clotilde Hesme, qu’on ne pré­sente plus ; le second Fabien Gorgeart, réa­li­sa­teur du char­mant Diane a les épaules, film écrit par lui pour elle, déjà. Le texte, lui, est un bijou d’écriture : une nou­velle d’Emmanuelle Bernheim, – divine écri­vaine dis­pa­rue pré­co­ce­ment en 2017 -, parue dans le jour­nal Le Monde en 2003. Un modèle du genre. Sur scène, presque rien. Clotilde Hesme vêtue d’un jean boy­friend, d’un sweat­shirt rouge et de petites ten­nis blanches qui parle dans un micro. A ses côtés, et der­rière son cla­vier, Pascal Sanglia qui l’accompagne tout du long d’une varia­tion infi­nie autour d’Eyes of the Tiger, la chan­son culte de Rocky 3. Oui car venons-​en au fait : Stallone raconte, comme dans un souffle, l’histoire de Lise, 25 ans, secré­taire médi­cale à la vie plu­tôt modeste qui, vic­time d’un choc digne du syn­drome de Stendhal après avoir vu Rocky 3, décide de mettre un gros coup de gant dans son exis­tence, de quit­ter son mec moyen et de reprendre des études de médecine. 

En une heure et des brou­tilles, c’est toute la vie de Lise que le spec­ta­teur, immé­dia­te­ment embar­qué, voit défi­ler. Le tout au rythme des sor­ties des films de Sylvester Stallone. Celui à qui elle doit tout. Clotilde Hesme fait son­ner les mots de l’écrivaine avec une sim­pli­ci­té bou­le­ver­sante et donne chair à cette Lise, extrê­me­ment atta­chante, avec autant de grâce que de pro­fon­deur. Pascal Sanglia, lui, ponc­tue ce récit avec une drô­le­rie sans nom en don­nant voix à tous les per­son­nages de la vie de Lise : le mec ennuyeux, la copine de fac control freak, le mari… Un spec­tacle où tout est sen­sible et qui tient dans un mou­choir de poche. Mouchoir dont vous aurez peut-​être besoin pour affron­ter le dénouement.

Stallone, au théâtre du Petit Saint Martin, Paris, jusqu’au 26 février. Puis en tour­née par­tout en France.

Les Imprudents
thumbnail Marie Clauzade 3
Les Imprudents © Marie Clauzade

On n’aura jamais fait le tour de Marguerite Duras. Et jamais on ne se las­se­ra de l’entendre. Ses mots, ses ques­tions, ses ful­gu­rances. C’est un por­trait en creux de l’écrivaine que pro­pose Isabelle Lafon, comé­dienne et met­teuse en scène ins­pi­rée qui, depuis plu­sieurs années main­te­nant s’attache à faire entendre sur les pla­teaux les autrices. En 2016, elle consa­crait même un cycle inti­tu­lé « Les Insoumises » à trois d’entre elles et non des moindres : Anna Akhmatova, Monique Wittig et Virginia Woolf. Ce nou­veau spec­tacle autour de la figure de Duras en est le pro­lon­ge­ment. Et pour ten­ter de défi­nir quelques contours de l’icône, Isabelle Lafon et ses deux aco­lytes, les excel­lents comédien·nes Pierre-​Félix Gravière et Johanna Korthals, se sont attaché·es à la Duras inter­vie­weuse. Ils se sont notam­ment replon­gés dans les archives de l’émission de Dim Dam Dom pour laquelle Duras pose de superbes ques­tions à des enfants, une strip­tea­seuse ou encore une direc­trice de pri­son. Ils ont aus­si retrou­vé une émis­sion de France culture de 1967 pour laquelle Duras était allée à la ren­contre des mineurs et femmes de mineurs à Harnes dans le Pas-​de-​Calais pour par­ler de littérature. 

Vous croi­se­rez donc dans ce spec­tacle bour­ré de charme et de déli­ca­tesse André Fontaine, mineur, Liliane Kupscak, employée de la café­té­ria de la mine, Lolo Pigalle, strip­tea­seuse, Pierre Dumayet, jour­na­liste, Suzanne Langlet, biblio­thé­caire à Harnes, mais aus­si toute la bande du « groupe de la rue Saint-​Benoît », Robert Antelme, Dionys Mascolo, Edgar Morin, Claude Roy etc… Se mêlent et s’entremêlent dans ce spec­tacle, des bouts d’archives réin­ter­pré­tés, des impro­vi­sa­tions, d’hilarantes digres­sions d’Isabelle Lafon sur sa chienne Margo. On ne sait jamais ce qui relève du réel et ce qui est le fruit de leur ima­gi­na­tion ou de leurs ren­contres diverses pour pré­pa­rer cette pièce. Et c’est ce qui est inté­res­sant. Car bien sûr, on revit, on res­sent Duras avec joie, mais c’est aus­si une vision toute per­son­nelle de celle qui l’a tant lue, tant regar­dée, tant aimée sans doute que l’on découvre. Celle d’Isabelle Lafon. Et ces deux femmes là réunies sur un même pla­teau, soyez-​en sûr·es ça déboite !

Les Imprudents, théâtre de la Coline jusqu’au 23 jan­vier puis en tournée.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.