fbpx
img 1312
Place René Dumont, au début de la pride des banlieues © Louise Huet

La Pride des ban­lieues en pho­tos, entre eupho­rie et cris d’alarme

Ce same­di 4 juin, s’est tenue la deuxième édi­tion de la pride des ban­lieues, à Saint-​Denis. Causette s’est glis­sée dans la marche aux cou­leurs arc-​en-​ciel, à la ren­contre des manifestant·es qui ont por­té haut et fort leur fier­té et leurs revendications.

Deux semaines avant la marche des fier­tés de Paris, les dra­peaux arc-​en-​ciel ont défer­lé dans les rues de Saint-​Denis, dans le 93. Pour la seconde fois depuis 2019, une quin­zaine de col­lec­tifs pour les droits des LGBTQIA+ ont orga­ni­sé ce ras­sem­ble­ment ce same­di 4 juin, avec des reven­di­ca­tions bien spé­ci­fiques. Lutter contre le racisme et contre les LGBTQ+phobies, exi­ger un meilleur accès pour les per­sonnes queer de ban­lieues à la san­té et au loge­ment, aler­ter sur le manque de ser­vice public, deman­der plus de recon­nais­sance du droit d’asile des LGBT+ per­sé­cu­tés… Les organisateur·rices ont pen­sé cette marche comme la façon de lut­ter contre le cumul des dis­cri­mi­na­tions auquel iels font face. 

insta offre etudiante

« La rue, elle est à qui ? Elle est à nous ! », pouvait-​on entendre dans le cor­tège de la marche. De la place René Dumont à la place Jean Jaurès, des mil­liers de per­sonnes ont défi­lé dans la bonne humeur, au rythme des tam­bours, des danses impro­vi­sées et des slo­gans lan­cés au méga­phone, sous les regards intri­gués des habitant·es du quar­tier. Devant la Mairie de Saint-​Denis, le Village des fier­tés atten­dait les manifestant·es pour une série de dis­cours, d'activités dans les stands des dif­fé­rentes asso­cia­tions, et de per­for­mances artis­tiques jusqu’à 18 heures. 

IMG 1355
Léa © L.H.

Léa, membre de l’association ARDHIS (Association pour la recon­nais­sance des droits des per­sonnes homo­sexuelles et trans à l’immigration et au séjour) : « Je suis venue avec ma femme ici et je suis très contente, il y a une si bonne ambiance ! Je viens de Kinshasa, au Congo. Là-​bas, quand on est les­bienne comme moi, on t’arrête si tu ne te caches pas. Alors quand je suis arri­vée en France en 2014, c’était impor­tant pour moi de rejoindre une asso­cia­tion. Je suis fière de qui je suis, et c’est fort d’être là aujourd’hui. »

IMG 1325
Cassandra, Eole et Marion © L.H.

Marion : « On devait être là, c’est hyper impor­tant. Les LGBT+ sont rare­ment repré­sen­tés dans les ban­lieues, donc on est venues mon­trer qu’on les sou­tient. » Eole : « On veut aus­si mon­trer aux per­sonnes qui doivent se cacher à cause de leur iden­ti­té qu’elles ne sont pas seules. Il y a beau­coup de per­sonnes qui sont jetées de chez leurs parents parce qu’ils et elles sont dif­fé­rents. Moi je viens des Antilles et c’est quelque chose que je vois très souvent. »

IMG 1327
Eloi © L.H.

Eloi, mili­tant au sein de Act Up-​Paris, asso­cia­tion de lutte contre le sida : « On a par­ti­ci­pé à la coor­di­na­tion de la marche, pour qu’elle ait le plus de poids et de visi­bi­li­té pos­sible. Nous, on est concen­tré sur les ques­tions autour des per­sonnes malades, han­di­ca­pées et séro­po­si­tives. On veut mon­trer que les ban­lieues sont par­fois des ter­ri­toires oubliés en termes[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés