46823999754 71ec3db165 o
Elisabeth Borne. ©Jacques Paquier / Flickr

Ce que contient le nou­veau plan du gou­ver­ne­ment en faveur de l’égalité femmes-hommes

Présenté en Conseil des ministres à l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes ce mer­cre­di 8 mars, le nou­veau plan quin­quen­nal « pour l’Égalité entre les femmes et les hommes » ins­taure une cen­taine de mesures. En voi­ci les principales. 

Le timing est bon. Alors que la mobi­li­sa­tion ne fai­blit pas contre la réforme des retraites dont on sait que les femmes seront les grandes per­dantes, le gou­ver­ne­ment pro­fite du 8 mars – Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes – pour dévoi­ler un nou­veau plan « pour l’Égalité entre les femmes et les hommes ». Il sera pré­sen­té ce mer­cre­di en Conseil des ministres par la pre­mière ministre Élisabeth Borne et la ministre char­gée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Isabelle Lonvis-​Rome. Pour veiller à la mise en œuvre de ces mesures, un comi­té inter­mi­nis­té­riel à l’égalité sera pro­chai­ne­ment nom­mé et pilo­té par la pre­mière ministre a fait savoir Matignon. 

Lire aus­si I Une cin­quan­taine de col­lec­ti­vi­tés demandent du bud­get pour leurs poli­tiques en matière d'égalité femmes-hommes

Intitulé « Toutes et tous égaux », ce plan quin­quen­nal inter­mi­nis­té­riel compte une cen­taine de mesures qui tournent autour de quatre grands axes : la lutte contre les vio­lences faites aux femmes, la san­té des femmes, l’égalité pro­fes­sion­nelle et éco­no­mique et la « culture » de l’égalité. Matignon a indi­qué que « plu­sieurs cen­taines de mil­lions d’euros » seront alloués à ce plan. En voi­ci les prin­ci­pales mesures : 

Doubler les struc­tures de prise en charge de femmes vic­times de violences 

Le gou­ver­ne­ment entend dou­bler le nombre de struc­tures médico-​sociales ados­sées à un centre hos­pi­ta­lier pour prendre en charge les femmes vic­times de vio­lences de manière glo­bale et plu­ri­dis­ci­pli­naire. À l’image de « La Maison des femmes » de Saint-​Denis (Seine-​Saint-​Denis) fon­dée et diri­gée par la gynécologue-​obstétricienne Ghada Hatem en 2016. Aujourd’hui, cinquante-​six struc­tures de ce type sont finan­cées en France, pré­cise Matignon. « Nous allons dou­bler leur nombre, pour qu’il y en ait dans chaque dépar­te­ment, d’ici 2025 », indique Matignon qui sou­haite « y[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés