fbpx
people sitting on chair
©Sam Balye

Éducation à la sexua­li­té : 60% des parents ignorent que les séances étaient obligatoires

À l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale de lutte contre les vio­lences faites aux femmes, Causette et La Maison des femmes publient ce 25 novembre une enquête réa­li­sée par OpinionWay sur « Les Français et l’éducation à la vie sexuelle et affec­tive ».

Depuis 2001, la loi pré­voit trois séances d’éducation à la vie affec­tive et sexuelle par an dans les écoles, les col­lèges et les lycées. C'est une obli­ga­tion. Dans la réa­li­té, l'obligation est rare­ment appli­quée, comme le poin­tait un rap­port de l’Inspection géné­rale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR) en 2021 sur les man­que­ments de l’école en matière d’éducation à la sexua­li­té (EAS) : « Moins de 15 % des élèves béné­fi­cient de trois séances d’EAS pen­dant l’année sco­laire, en école, au col­lège ou au lycée. » Trois séances annuelles, pour­tant essen­tielles : elles per­mettent de lut­ter contre les vio­lences sexistes et sexuelles en abor­dant « les ques­tions de res­pect et de consen­te­ment », rap­pe­lait ain­si la doc­teure Ghada Hatem, fon­da­trice et pré­si­dente de La Maison des femmes de Saint Denis1 auprès de Causette. Avant d’ajouter que l’école est sou­vent « le seul lieu qui apporte à ces enfants une autre parole ».

Alors que le minis­tère de l’Éducation natio­nale a envoyé, fin sep­tembre, une cir­cu­laire enjoi­gnant les éta­blis­se­ments à faire res­pec­ter l’obligation ins­crite depuis plus de vingt ans dans le code de l’éducation, La Maison des femmes s’est inté­res­sée à ce que pensent les Français·es de l’éducation à la vie sexuelle et affec­tive en com­man­dant à OpinionWay une enquête publiée ce 25 novembre à l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale de lutte contre les vio­lences à l’égard des femmes, inti­tu­lée « Les Français et l’éducation à la vie sexuelle et affec­tive pour lut­ter contre les vio­lences ». Pour cette étude dont Causette est par­te­naire, en tout, 2 025 majeur·es ont été interrogé·es du 12 au 20 octobre der­nier. Parmi eux·elles, 52 % sont des femmes et 65 % des parents. D'ailleurs, 31 % sont parents d’enfants de moins de 18 ans.

60 % des parents ignorent que les séances d'EAS sont obligatoires

À la ques­tion « vos enfants ont-​ils eu ou non des cours d’éducation à la vie sexuelle et affec­tive dis­pen­sés à l’école ? », Quatre parents sur dix répondent oui pour le col­lège et le lycée. Un chiffre qui baisse dras­ti­que­ment pour l’école élé­men­taire où un parent sur dix seule­ment peut attes­ter que ses enfants ont déjà reçu des séances. Le son­dage pointe éga­le­ment que 7 % des parents inter­ro­gés assurent que leurs enfants se sont vu refu­ser des séances d’EAS par leur éta­blis­se­ment lorsqu’ils·elles les ont demandées. 

Autre point impor­tant révé­lé par l’étude : trois parents sur dix ne savent tout sim­ple­ment pas si leurs enfants ont reçu ou non les séances d'EAS au col­lège et au lycée. À l’école élé­men­taire, ils·elles sont même 56 % à être certain·es que leurs enfants n’en ont pas reçu. D'ailleurs, 60% des parents igno­raient tout sim­ple­ment que ces séances étaient obli­ga­toires et pré­vues par la loi depuis 2001.

Pourtant, ces séances semblent néces­saires pour les Français·es. Pour neuf interrogé·es sur dix (non-​parents com­pris), l’éducation est d'ailleurs le meilleur moyen de pré­ve­nir les vio­lences faites aux femmes. En ce qui concerne les parents d'enfants mineur·es, ils·elles sont 76 % à juger que l’éducation sexuelle n’est pas suf­fi­sante aujourd’hui dans les éta­blis­se­ments sco­laires. Seulement 18 % des parents d’enfants de moins de 18 ans pensent que l’éducation sexuelle repré­sente « un dan­ger pour les enfants ».

Lire aus­si I Éducation : le gou­ver­ne­ment sou­haite ren­for­cer la lutte contre les sté­réo­types de genre à l'école

Un levier de lutte que les adultes tentent aus­si de lever par eux·elles-mêmes. Selon l'étude, 73 % disent essayer de sen­si­bi­li­ser les jeunes encore sco­la­ri­sés de leur entou­rage à l’importance de l’égalité entre les femmes et les hommes. Sur l’éducation à la sexua­li­té, 90 % des répondant·es estiment d'ailleurs qu’il est néces­saire que les parents évoquent les sujets liés à la sexua­li­té avec leurs enfants. 

Lorsqu’on est parents, faut-​il par­ler de ces sujets de la même manière aux filles et aux gar­çons ? En tout, 83 % des parents ayant une fille et un gar­çon (27 % des parents de l'enquête) estiment que oui. Mais ils sont seule­ment 70 % à assu­rer le faire réel­le­ment. Parmi les sujets évo­qués par les parents avec leurs gar­çons, on retrouve en pre­mière posi­tion l’amour, l’affection et la ten­dresse (49 %) sui­vies des infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles (40 %) et des méthodes de contra­cep­tion (38 %). Tout en bas du clas­se­ment, on trouve le plai­sir fémi­nin et l’anatomie fémi­nine (8 %). Pour les filles, la pre­mière place est lar­ge­ment domi­née par les méthodes de contra­cep­tion (53 %), l’amour, l’affection et la ten­dresse (47 %) puis la puber­té (43 %). En der­nier, on retrouve le plai­sir mas­cu­lin et l’anatomie mas­cu­line (8 %) tan­dis que son pen­dant fémi­nin est évo­qué par 15 % des parents. 

L’enquête révèle aus­si que si les parents sont à l’aise avec les notions d’amour, de contra­cep­tion et de puber­té, ils·elles le sont moins avec avec les dan­gers des vio­lences sexuelles. Seuls trois parents sur dix en parlent à leurs enfants : 35 % à leurs filles, 28 % à leurs fils. Même chose avec le consen­te­ment, évo­qué à 37 % avec les filles et 32 % avec les gar­çons. Et trois parents sur dix ont peur ou auraient peur de par­ler de sexua­li­té avec leurs enfants, par crainte de les « cho­quer ». On observe une dif­fé­rence par­mi eux·elles : 42 % des parents entre 25–34 ans ont peur de cho­quer leurs enfants, alors qu’ils·elles ne sont que 23 % chez les 65 ans et plus. « Il est plus dif­fi­cile de par­ler de sexua­li­té avec des jeunes enfants qu'avec des ado­les­cents qui ont pu déjà expé­ri­men­ter leur sexua­li­té, observe Éléonore Quarré, direc­trice conseil chez OpinionWay, auprès de Causette. C'est une autre manière de leur en par­ler qui peut faire peur voir tota­le­ment rebu­ter des jeunes parents. »

Quels sujets en priorité ? 

Le son­dage s’est éga­le­ment pen­ché sur les sujets que l’on doit avant tout abor­der dans les cours d’éducation à la vie sexuelle et affec­tive à l’école. Les trois sujets qui reviennent le plus dans les réponses des interrogé·es (plu­sieurs réponses étaient pos­sibles) sont le prin­cipe du consen­te­ment (50%), les méthodes de contra­cep­tion (45 %) et les dan­gers des vio­lences sexuelles (44 %). Les parents se sen­ti­raient fina­le­ment plus à l’aise que ce sujet soit abor­dé dans le cadre de l’école. L’enquête pointe cepen­dant une simi­li­tude avec le cadre de la mai­son : le plai­sir fémi­nin (15 %) et le plai­sir mas­cu­lin (13 %) tiennent là-​aussi le bas du clas­se­ment des sujets à évo­quer en prio­ri­té à l’école. 

L’étude s’est inté­res­sée aux jeunes filles vic­times de vio­lences au sein des écoles en posant la ques­tion sui­vante aux parents d'enfants de moins de 18 ans : « De ce que vous en savez, dans l’établissement sco­laire fré­quen­té́ par vos enfants, y a‑t-​il ou non des jeunes filles qui ont été vic­times de cha­cune des formes de vio­lences phy­siques, psy­cho­lo­giques ou sexuelles ? » En tout, 33 % des parents de mineur·es rap­portent au moins une forme de vio­lences envers des jeunes filles dans l’établissement de leurs enfants. Pour 21 %, cette vio­lence prend la forme de sexisme, de har­cè­le­ment sexuel (16 %), de vio­lences conju­gales de la part d’un petit ami (12%) et/​ou d’agressions sexuelles (12%). 

Pour mieux com­prendre le pro­fil des interrogé·es, l’étude s’est pen­chée sur leur vécu par rap­port à leur couple et à leur sexua­li­té. Deux interrogé·es sur dix trouvent nor­mal d'accepter des pra­tiques sexuelles qui leur déplaisent afin de satis­faire leur par­te­naire. Le son­dage révèle un autre chiffre, de taille : 47% des jeunes femmes en couple ayant entre 18 et 24 ans se demandent si elles ne subissent pas des vio­lences phy­siques, psy­cho­lo­giques ou sexuelles au sein de leur couple. Un chiffre qui tombe à 8 % pour les femmes ayant 65 ans et plus. Un écart géné­ra­tion­nel qui s'explique selon Éléonore Quarré par « un chan­ge­ment de para­digme ». Selon elle, « les anciennes géné­ra­tions ont ten­dance à davan­tage tolé­rer et accep­ter un état de vio­lence, tan­dis que les nou­velles géné­ra­tions se posent davan­tage la ques­tion de savoir si ce qu'elles vivent est tolé­rable. Elles contestent davan­tage ces vio­lences et c'est un bon signal. »

Lire aus­si I Le col­lec­tif #NousToutes pointe l’insuffisance des séances d’éducation à la sexua­li­té au col­lège et au lycée

  1. La Maison des femmes de Saint-​Denis est un lieu de prise en charge unique des femmes en dif­fi­cul­té ou vic­times de vio­lences.[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés