marivi pazos cvpk5Y4ZWUs unsplash
© Marivi Pazos / unsplash

Selon une enquête Ifop, les Françaises sont plus épa­nouies en vieillissant

Entre sexua­li­té libé­rée, com­plexes et moral dans les chaus­settes, les Françaises de 50 ans et plus entre­tiennent un rap­port ambi­gu au vieillis­se­ment, selon une récente enquête Ifop. 

À l’ère où le mil­lion­naire amé­ri­cain Bryan Johnson met tout en œuvre pour res­ter jeune pour tou­jours, com­ment, de leur côté, les femmes de 50 ans et plus perçoivent-​elles leur iné­luc­table vieillis­se­ment ? Selon des chiffres de l’Ifop com­man­dés par l’entreprise de para­phar­ma­cie Humasana (his­toire de quand même nous refour­guer quelques crèmes anti­rides), les Françaises de 50 ans et plus ne culti­ve­raient pas un rap­port si névro­tique à leur âge. Elles sont par exemple 54 % à se dire plus épa­nouies que lorsqu’elles avaient 25 ans. Côté vie intime, elles sont même 41 % à reven­di­quer une sexua­li­té aus­si décom­plexée qu’à 20 ans, voire plus libre pour 38 % d’entre elles. On tient peut-​être le nœud du pro­blème de Bryan Johnson…

Pour ce qui est de l’image des femmes de leur âge relayée dans les médias et la socié­té fran­çaise, seules 28 % des répon­dantes se disent insa­tis­faites de la repré­sen­ta­tion des quin­qua­gé­naires qui y est véhi­cu­lée. Un chiffre néan­moins net­te­ment en hausse depuis 2007 et attri­bué à une plus grande conscience par­mi les femmes du fait qu’on les jette comme un Yoplait une fois la date de péremp­tion atteinte. Pas non plus tout à fait her­mé­tiques aux stan­dards impos­sibles de beau­té pro­pa­gés à tour de bras, 75 % des répon­dantes pré­tendent être com­plexées par leur ventre, 64 % par leurs bras et 61 % par leur visage. On note­ra que ces résul­tats arrivent en revanche devant les par­ties les plus “sexua­li­sées” du corps, à savoir la poi­trine (qui pré­oc­cupe 50 % des femmes) ou les fesses (42 %). Quitte à com­plexer, autant se lâcher le derrière. 

Le vieillis­se­ment occa­sionne tout de même une baisse de moral chez plus de six femmes sur dix (61 %) inter­ro­gées pour cette étude. Plus que les che­veux blancs (qui ont atteint le moral de 10 % des répon­dantes) ou la modi­fi­ca­tion de la peau du visage (20 %), ce qui semble davan­tage tra­cas­ser les quin­quas (et plus) fran­çaises, c’est de se voir phy­si­que­ment dimi­nuées. Elles sont par exemple 33 % à avoir res­sen­ti une baisse de moral depuis qu’elles souffrent de dou­leurs arti­cu­laires et 29 % depuis qu’elles sont sujettes à des troubles du som­meil. Ce qui chif­fonne le plus ces Françaises serait donc l’idée de devoir aban­don­ner les sports extrêmes le week-​end à cause d’une mal­heu­reuse arthrose. Si c’est ce qui les tra­casse le plus, on tient le bon bout de la libération !

* Étude Ifop pour Humasana réa­li­sée par ques­tion­naire auto-​administré en ligne du 22 au 26 sep­tembre 2023 auprès d’un échan­tillon de 1 004 femmes, repré­sen­ta­tif de la popu­la­tion fémi­nine fran­çaise âgée de 50 ans et plus.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.