black laptop computer on brown wooden table
©Jon Tyson

Rapport de la Fondation Abbé Pierre : les femmes, pre­mières vic­times du mal-logement

Le 28e rap­port annuel de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-​logement en France, publié ce mer­cre­di 1er février, montre que les femmes souffrent davan­tage de pro­blèmes de loge­ment que les hommes.

Déjà 28 ans que la Fondation Abbé Pierre (FAP) tire, année après année, la son­nette d’alarme sur l’état du mal-​logement en France. Ce 28e rap­port, ren­du public ce mer­cre­di 1er février, qui s’intitule d'ailleurs « D'une crise à l’autre » ne fait pas excep­tion. Celles et ceux qui ont été les plus affecté•es par la crise sani­taire risquent en effet de se retrou­ver à nou­veau en pre­mière ligne des effets de la crise éner­gé­tique et de l'inflation galopante. 

Des ménages déjà fra­gi­li­sés par la hausse des prix qui subissent la double peine de ne pas dis­po­ser d’un loge­ment digne et décent pour vivre. Sur 67 mil­lions de Français·es, 4,1 mil­lions étaient mal-logé·es en 2022. Et la Fondation estime plus lar­ge­ment que 12,1 mil­lions de per­sonnes sont « fra­gi­li­sées par rap­port au loge­ment », c’est-à-dire en situa­tion d’impayés, de sur­peu­ple­ment ou encore de pré­ca­ri­té énergétique.

Chose nou­velle tou­te­fois : cette année, pour la pre­mière fois, la Fondation a choi­si d’analyser ce phé­no­mène sous le prisme du genre. Le rap­port de 322 pages, consul­té par Causette, consacre ain­si son pre­mier cha­pitre au « genre du mal-​logement » et montre en effet que « les femmes, mas­si­ve­ment, comme les minorités[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
capture decran 2022 06 29 a 12.43.14

« Un bel hom­mage » : la dépu­tée éco­lo­giste Marie-​Charlotte Garin porte la robe fleu­rie qui avait valu huées et remarques sexistes à Cécile Duflot

Presque dix ans jour pour jour, la dépu­tée EELV Marie-​Charlotte Garin a por­té, mar­di, pour le pre­mier jour de la nou­velle ses­sion de l'Assemblée natio­nale, la robe blanche à motifs bleus de Cécile Duflot, qui lui avait valu sif­flets et...