Les routières sont sympas : Toupinette, la route en rose

Les routières sont sympas (2⁄5). Tout a commencé un soir de janvier 2019, quand le journaliste Jean-​Claude Raspiengeas s’est rendu pour un reportage à L’Escale-Village, le plus grand resto routier de France. De là naîtra un an d’enquête. Et au bout du chemin, un livre : Routiers. En exclusivité pour Causette, Jean-​Claude Raspiengeas a repris la plume pour nous emmener à la rencontre de cinq routières, cinq femmes de tempérament qui, une chose est sûre, n’ont pas choisi leur métier par erreur. 

annick niquet
© Serge Picard

Facebook, 18 mars 2020, quatre heures du matin. « Quand tout ça ne sera plus qu’un mauvais souvenir, j’espère que vous vous souviendrez que pendant que vous étiez confinés, des hommes et des femmes ont continué jour et nuit à rouler au volant de leurs poids lourds (oui, vous savez, ces assassins de la route, ces pollueurs, ceux que vous refusez de voir traverser vos villes et villages car ils vous gênent) afin que vous puissiez continuer à ne manquer de rien malgré tout !!! » Sur la route, la première nuit du[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
causette 9

Les fantômes en héritage

Tous les vieux secrets de famille liés au sexe et à la mort laissent des traces émotionnelles qui peuvent hanter et faire souffrir les générations suivantes.