Divorce-femmes-précarité-Fondation des Femmes
© Mathieu Stern / Unsplash

20 % des femmes bas­culent dans la pau­vre­té au moment du divorce, révèle la Fondation des femmes

Dans le cadre de sa qua­trième ana­lyse des fac­teurs de pré­ca­ri­té des femmes, publiée ce jeu­di, la Fondation des femmes s’est inté­res­sée au coût du divorce. Le couple hété­ro­sexuel est une véri­table “trappe à pau­vre­té” pour les femmes, affirme l’institut, où les inéga­li­tés se creusent tout au long du mariage.

“La pré­ca­ri­té en France a un visage : celui d’une mère iso­lée”, dénonce Anne-​Cécile Mailfert. La Fondation des femmes publie aujourd’hui sa qua­trième ana­lyse des fac­teurs de pré­ca­ri­té des femmes — en par­te­na­riat avec le Crédit muni­ci­pal de Paris – de son Observatoire de l’émancipation éco­no­mique des femmes. Rédigée par les expertes Lucile Peytavin et Hélène Gherbia, la note de cette année s’intéresse aux consé­quences de la sépa­ra­tion chez les femmes en couple hété­ro­sexuel. À l’heure où le gou­ver­ne­ment pro­met de se pen­cher sur la ques­tion des familles mono­pa­ren­tales (dont 82 % ont une femme à leur tête), la Fondation publie dans son ana­lyse un chiffre choc : 20 % des femmes bas­culent dans la pau­vre­té au moment du divorce, contre 8 % des hommes.

En France, selon l’Insee, près d’un mariage sur deux abou­tit à un divorce (dans 44 % des cas). Loin du jack­pot pécu­niaire sou­vent dépeint dans les repré­sen­ta­tions popu­laires, ce[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.