Cannes Croisette

À Cannes, des col­lages dénoncent « la com­pli­ci­té du Festival envers les agresseur·euses et les harceleur·euses sexuel·les, phy­siques et moraux »

Le col­lec­tif bap­ti­sé « Tapis rouge, colère noire », com­po­sé de cinéastes et de technicien·nes du ciné­ma, a col­lé dimanche 21 mai une dizaine de mes­sages sur la Croisette pour dénon­cer plu­sieurs polé­miques liées au Festival de Cannes, notam­ment la pré­sence des films de Maïwenn et de Catherine Corsini.

« J’accuse l’homme, j’emmerde l’artiste », « Patriarcannes », « Cinéma sexiste, riposte fémi­niste » ou encore « Est-​ce que la Palme jus­ti­fie les moyens ? ». Ces mes­sages ont été col­lés sur les murs des bâti­ments de la Croisette de Cannes, aux abords du tapis rouge et des célèbres marches du palais des fes­ti­vals, dimanche 21 mai à l’aube. À l’initiative de cette action, le col­lec­tif créé pour l’occasion et bap­ti­sé « Tapis rouge colère noire », qui se dit être com­po­sé de cinéastes et de technicien·nes du cinéma. 

Dans un com­mu­ni­qué publié hier sur leur compte Instagram, le col­lec­tif explique avoir choi­si de s'inscrire « dans la lignée des col­leuses » fémi­nistes en uti­li­sant leur méthode – des lettres noires sur fond blanc col­lées dans l'espace public sur des feuilles A4 – pour dénon­cer les polé­miques liées à la 76e édi­tion du Festival de Cannes qui a com­men­cé mar­di der­nier et se pour­suit jusqu’au 27 mai prochain. 

Lire aus­si I Polémiques au Festival de Cannes : « On assume nos choix », affirme le délé­gué général

Selon Libération et Les Inrockuptibles, qui ont pu assis­ter aux col­lages, cette action est née dans l’esprit du col­lec­tif il y a deux semaines. « Nous, cinéastes et technicien·nes du ciné­ma, refu­sons la com­pli­ci­té du Festival envers les agresseur·euses et les harceleur·euses sexuel·les, phy­siques et moraux », expliquent ain­si les membres dans le com­mu­ni­qué. « La sélec­tion offi­cielle choi­sit la com­plai­sance, le déni et la bana­li­sa­tion de la vio­lence », dénonce-t-ils·elles pré­ci­sant que leur lutte « s’inscrit dans un com­bat plus grand : celui contre le patriar­cat ». 

Le col­lage « Votre violence[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés