Tara Heuzé-​Sarmini, une entre­pre­neuse peu commune

La créa­trice de l’association Règles Élémentaires, pion­nière sur la ques­tion de la pré­ca­ri­té mens­truelle, mul­ti­plie les pro­jets d'envergure à la dimen­sion sociale. Avec sa nou­velle start-​up Commune, l'entrepreneuse enga­gée s’attaque à un nou­veau sujet, le loge­ment des familles monoparentales.

WhatsApp Image 2023 05 10 at 17.45.26
© C. P. 

« La clé, c'est de ne jamais s'auto-censurer et de tou­jours cher­cher à créer l'émulation col­lec­tive. » Tara Heuzé-​Sarmini est une femme aux mul­tiples ini­tia­tives ins­pi­rantes que l'échec n'effraie pas. Entrepreneuse de la pre­mière heure, elle a l'art de déni­cher le concept qui va per­mettre de faire évo­luer les lignes de la socié­té. Celle qui est née à Paris dans une famille mul­ti­cul­tu­relle franco-​syrienne n’a besoin que d’une chose : être sti­mu­lée intellectuellement.

Pour ce faire, Tara Heuzé-​Sarmini a une recette magique, la com­plé­men­ta­ri­té. Elle mêle dans ses pro­jets nou­velles tech­no­lo­gies et enga­ge­ment social. Formée à la finance à Sciences Po Paris, au Royaume-​Uni et aux États-​Unis, Tara Heuzé-​Sarmini a ensuite com­men­cé sa car­rière dans la tech avant de se consa­crer à sa pas­sion : l'entrepreunariat. Et à 29 ans, sa jeune car­rière a été récom­pen­sée par le prix espoir de la Femme d'Influence en 2022, remis par le Cercle des Femmes d’Influence, qui dis­tingue l'engagement de la nou­velle géné­ra­tion de jeunes femmes de 18 à 35 ans. Il faut dire que celle qui a créé Règles Élémentaires, la pre­mière asso­cia­tion de lutte contre la pré­ca­ri­té mens­truelle, mul­ti­plie les pro­jets d'entrepreneuriat social. En effet, Tara Heuzé-​Sarmini s’apprête avec son nou­veau pro­jet Commune à s'attaquer au sujet des familles mono­pa­ren­tales en les aidant à trou­ver un loge­ment adap­té à leurs besoins où parents solo et enfants pour­ront vivre ensemble. 

Il est 11h et l'entrepreneuse qui a ins­tal­lé les bureaux de Commune au cam­pus fran­çais de l'université Columbia dans le 6e arron­dis­se­ment de Paris s’autorise une petite pause au café uni­ver­si­taire. Dans un anglais à l'accent amé­ri­cain, Tara Heuzé-​Sarmini demande un thé avant de s'asseoir à une table de la petite salle du café. Vêtue d’un gilet rouge, che­veux détachés[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés