La gamme Alison
© Openverse

Série Puberté pré­coce – Ep 3 – Comment faire face aux inquié­tudes de son enfant 

Épisode 3/​3

Comment appré­hen­der le fait d’avoir des seins ou des poils pubiens à 8 ans ? Comment accom­pa­gner sa fille dans la ges­tion de ce corps qui change bien trop tôt ? Et l’école a‑t-​elle pris suf­fi­sam­ment la mesure du phé­no­mène alors que 20 % des filles ont aujourd’hui leurs règles à l’école pri­maire ? On y répond dans ce troi­sième et der­nier épi­sode de notre série consa­crée à la puber­té précoce.

Décembre 2020. Romy, 8 ans, patiente avec sa mère, Ève, dans la salle d’attente d’une pédiatre endo­cri­no­logue. La petite fille doit pas­ser plu­sieurs exa­mens en urgence, dont une écho­gra­phie pel­vienne, afin de déter­mi­ner si sa puber­té a effec­ti­ve­ment bien com­men­cé. C’est à son tour. Romy s’installe dans le fau­teuil. La pédiatre, qui s’apprête à intro­duire la sonde dans son vagin, lui demande alors d’écarter ses lèvres. Par réflexe, Romy ouvre grand la bouche. 

Cette scène pour­rait prê­ter à sou­rire si la patiente n’était pas une fillette de 8 ans. Elle illustre par­fai­te­ment l’inconnu ter­ri­fiant dans lequel sont plon­gées des petites filles qui com­mencent leur puber­té au moment, où elles apprennent à lire et à comp­ter. Trois ans plus tard, la scène est d’ailleurs res­tée figée dans la mémoire d’Ève. “À ce moment-​là, je me rends compte à quel point ma petite fille est encore plei­ne­ment dans l’enfance, raconte-​t-​elle à Causette. Elle ne com­pre­nait pas ce qu’il se pas­sait dans son corps, je me sou­viens qu’elle tapait constam­ment sur sa poi­trine pour la faire disparaître.”

Retentissement psy­cho­lo­gique 

Comme le pro­nos­tic de taille à l’âge adulte, le reten­tis­se­ment psy­cho­lo­gique est une consé­quence non négli­geable de la puber­té pré­coce. “On est extrê­me­ment vigi­lants là-​dessus, informe Amélie Perrière, pédiatre endo­cri­no­logue à l’hôpital Trousseau, à Paris. Commencer sa puber­té bien avant ses pairs, ça peut avoir un impact sur la vie de l’enfant.” Le déca­lage est évident : elles mani­festent très tôt les pre­miers signes phy­siques et phy­sio­lo­giques de la puber­té alors qu’elles ont un niveau de matu­ri­té de filles de leur âge. Concrètement, par­mi les effets sur la[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés