3826015
Pixabay

“Je suis éba­hie par les pro­pos tenus par mon fils” : help ! mon ado consomme du conte­nu masculiniste

Discours viri­listes, “humour” miso­gyne, visions rétro­grades… les conte­nus mas­cu­li­nistes sont aujourd’hui omni­pré­sents en ligne et ciblent prin­ci­pa­le­ment les jeunes gar­çons. Alors, que faire quand son ado se met à tenir des pro­pos mas­cus à la maison ?

“Depuis l’adolescence, depuis qu’il a l’âge d’aller sur Internet, depuis qu’il gran­dit, que son carac­tère change, je vois une dif­fé­rence dans ses pro­pos, dans son rap­port avec les filles, avec les autres… des choses qu’il ne disait pas avant”, décrit Nina* à Causette, maman d’un gar­çon de 14 ans. “Ça a com­men­cé l’an der­nier, il me mon­trait des conte­nus mas­cu­li­nistes sur les réseaux, à base d’hommes alpha”, raconte aus­si Manon*, mère d’un ado de 16 ans. “Je suis éba­hie par les pro­pos tenus par mon fils”, lâche quant à elle Marine, dont le fils aura bien­tôt 14 ans. Toutes trois – Causette n’a pu recueillir que des témoi­gnages de mamans, seules à se mani­fes­ter – observent leur enfant tenir un dis­cours qui n’avait jusqu’alors jamais eu sa place à la mai­son. “Je ne l’ai pour­tant pas du tout éle­vé avec une vision rétro­grade de la femme ou hyper mas­cu­line de l’homme”, déplore Nina. Ces pro­pos mas­cu­li­nistes sont enten­dus sur Internet, se font une place dans les dis­cus­sions du col­lège et du lycée et sont répé­tés ensuite par les ado­les­cents. De quoi désta­bi­li­ser ces mamans, subi­te­ment confron­tées à la vague de conte­nus mus­cus qui s’abat sur les réseaux sociaux. 

Maîtriser les codes

On constate ces der­nières années que ce matra­quage idéo­lo­gique s’est accen­tué”, explique Pauline Ferrari, jour­na­liste et autrice qui a enquê­té sur l’influence de ces dis­cours mas­cu­li­nistes en ligne (Formés à la haine des femmes, JC Lattès, 2023). Si les mas­cu­li­nistes “se sont tou­jours inté­res­sés aux jeunes”, poursuit-​elle, les influen­ceurs fran­çais ou trans­na­tio­naux qui véhi­culent ces idées s’emparent aujourd’hui des codes des ados sur les réseaux sociaux pour dis­pen­ser leurs leçons en matière de séduc­tion, de rap­ports homme-​femme et de viri­li­té. Des dis­cours cen­trés sur “la place de[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés