fbpx
orange abstract paint art
© Pawel Czerwinski

Vaccins anti-​Covid : "Où est mon cycle ?", un col­lec­tif de patientes ras­sem­blées autour de leurs dérè­gle­ments menstruels

Le col­lec­tif "Où est mon cycle ?" a été reçu au Sénat mer­cre­di 6 avril pour pré­sen­ter des témoi­gnages de patientes qui consi­dèrent avoir pâti d'effets secon­daires par­fois très lourds liés aux vac­cins contre le Covid-19.

Depuis qu'elle a reçu sa deuxième dose de vac­cin contre le Covid il y a bien­tôt dix mois, Mélodie attend ses règles avec anxié­té parce qu'elles lui font ter­ri­ble­ment mal. « Dès l'arrivée des règles sui­vant ma vac­ci­na­tion, mon flux est deve­nu hémor­ra­gique et mes cycles ont été erra­tiques jusqu'à récem­ment, décrit-​elle. Aujourd'hui, ils ont retrou­vé de leur régu­la­ri­té, mais j'ai tou­jours aus­si mal lors des sai­gne­ments qui sont abon­dants. J'ai 36 ans, deux enfants et le sen­ti­ment de connaître mon corps : ce que je vis n'est pas normal. » 

Ébéniste, la jeune femme a lan­cé sur Instagram le compte @ouestmoncycle, pour témoi­gner de ces symp­tômes qu'elle attri­bue à la vac­ci­na­tion contre le Covid-​19. 11 000 fol­lo­wers et 1 000 témoi­gnages de femmes plus tard, Où est mon cycle ? est deve­nu un col­lec­tif tel­le­ment incon­tour­nable sur le sujet des poten­tiels effets secon­daires des vac­cins anti-​Covid qu'il a été reçu au Sénat le 6 avril, par l'office par­le­men­taire d'évaluation des choix scien­ti­fiques, qui réa­lise actuel­le­ment une étude sur le sujet.

L'ANSM ne[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
causette autotest 1

Papillomavirus : l’espoir de l’autotest

Le prélèvement vaginal à réaliser soi-même à l’aide d’un coton-tige s’avérerait aussi efficace qu’un frottis pour détecter la présence de cette IST. Une piste pour atteindre les 40 % de femmes qui échappent actuellement au dépistage.

Descente organe A

Descente d'organes, toutes concernées

Alors qu’il concerne 40 % des femmes, le prolapsus est passé sous silence. Ce qui vaut des sueurs froides à celles qui découvrent qu’elles en sont atteintes. Avec un peu d’éducation et une bonne claque au tabou qui entoure cette pathologie, on...