fbpx
white and green ballpoint pen on brown wooden round table
© Mat Napo

Les vac­cins contre le Covid-​19 perturberaient-​ils le cycle mens­truel ?

Face au nombre crois­sant de femmes qui constatent une per­tur­ba­tion plus ou moins impor­tante de leur cycle suite à l’injection de l'un des dif­fé­rents vac­cins contre le Covid-​19, deux scien­ti­fiques amé­ri­caines ont récem­ment débu­té une enquête. L’objectif : col­lec­ter un nombre de don­nées suf­fi­sant pour confir­mer ou infir­mer le lien entre les vac­cins et l’irrégularité mens­truelle et ras­su­rer les femmes tou­chées par ce phé­no­mène.

« J’ai eu ma pre­mière dose de vac­cin le 1er avril alors que j’étais déjà réglée depuis le 29 mars. Normalement mes règles auraient dû se ter­mi­ner au plus tard le 2 avril mais le 5, je sai­gnais tou­jours, ce qui est vrai­ment très inha­bi­tuel pour moi », explique Rachel, 30 ans, une Américaine vac­ci­née au Moderna. Jeni, 40 ans, vac­ci­née au Johnson & Johnson aux Etats-​Unis, a, elle, eu ses mens­trua­tions en avance : « Généralement, j’ai de légères crampes au moment où je com­mence à sai­gner, là […] les crampes étaient vio­lentes », se souvient-​elle. Sur les réseaux sociaux, de nom­breuses Américaines et Israéliennes font éga­le­ment men­tion de dou­leurs pel­viennes impor­tantes, d’irrégularités ou encore de flux plus impor­tant que la nor­male. 

Une enquête lan­cée par deux cher­cheuses

Quelques jours après avoir reçu sa pre­mière dose, Katharine Lee, post­doc­to­rante à l’École de méde­cine de l'université de Washington, remarque elle aus­si une per­tur­ba­tion de son cycle. Elle en parle alors à Kathryn Clancy, pro­fes­seure agré­gée d’anthropologie, spé­cia­liste de la jus­tice repro­duc­tive à l'Université de l’Illinois. Cette der­nière par­tage sa propre expé­rience sur Twitter et reçoit un flot de réponses de la part d’internautes dans le même cas. Jeni raconte à Causette com­ment elle a appris que des scien­ti­fiques s’intéressaient au sujet : « Comme, après ces crampes dou­lou­reuses, mes règles sont venues plus tôt que pré­vu, par curio­si­té, j’ai com­men­cé à deman­der aux femmes de mon entou­rage qui avaient été vac­ci­nées si elles ren­con­traient des pro­blèmes simi­laires. Après quelques semaines, une de mes amies a par­ta­gé un lien vers un article qui men­tion­nait le Tweet du Dr Clancy et j'ai été sou­la­gée de voir enfin un groupe de femmes dis­cu­ter des effets du vac­cin sur les mens­trua­tions. Je pou­vais ain­si voir si leurs his­toires res­sem­blaient à la mienne et c’était effec­ti­ve­ment le cas. » 

Face au nombre impor­tant de per­sonnes concer­nées, Kathryn Clancy et Katharine Lee, décident alors de lan­cer une enquête auprès des per­sonnes mens­truées* ou ancien­ne­ment mens­truées, afin de recueillir les don­nées et per­mettre ain­si d’éventuelles recherches com­plé­men­taires : « En deux heures, nous avons atteint 500 par­ti­ci­pants », affirme Kathryn Clancy dans un article de Tara Haelle publié sur son propre site. Selon la jour­na­liste scien­ti­fique, à la mi-​avril, 13 000 per­sonnes avaient répon­du à l’enquête des deux scien­ti­fiques. Katharine Lee pré­cise cepen­dant à Causette que les don­nées récol­tées n’ont pas encore été ana­ly­sées. L’hypothèse d’une rela­tion entre per­tur­ba­tion du cycle mens­truel et vac­cin n’est donc pas encore avé­rée. « Ce qui me dérange le plus, c’est les réac­tions des méde­cins à nos expé­riences : « aucun lien », « aucun méca­nisme » ou encore ce n’est « que du stress », disent-​ils. Les méde­cins ne veulent pas inquié­ter les gens ni ajou­ter à l'hésitation vac­ci­nale, cepen­dant, à long terme, cela aura l'effet inverse. Dire aux patients que leurs expé­riences ne sont pas réelles est pater­na­liste », regrette Kathryn Clancy sur Twitter. En effet, pour les cher­cheuses amé­ri­caines, que cela soit ou non un effet secon­daire du vac­cin, l’important est d’informer les per­sonnes mens­truées de l’éventualité d’une per­tur­ba­tion de leur cycle afin qu’elles ne s’en affolent pas. 

Plusieurs hypo­thèses scien­ti­fiques pos­sibles 

Pour la gyné­co­logue amé­ri­caine Jennifer Gunter, plu­sieurs hypo­thèses pour­raient néan­moins expli­quer ces per­tur­ba­tions mens­truelles : « Les trois façons dont le vac­cin Covid-​19 pour­rait avoir un impact sur les mens­trua­tions sont soit un impact sur la mes­sa­ge­rie chi­mique du cer­veau aux ovaires ; soit un impact sur la mes­sa­ge­rie chi­mique des ovaires à l’utérus ou encore un impact qui affecte direc­te­ment la muqueuse de l’utérus. Ces effets peuvent pro­ve­nir du vac­cin lui-​même, de la réponse du sys­tème immu­ni­taire au vac­cin ou peuvent être poten­tiel­le­ment liés à la fièvre ou à un malaise dû au vac­cin ou encore au stress lié à la vac­ci­na­tion », détaille-​t-​elle sur son site, The Vajenda ‑Substack. Il n’est tou­te­fois pas ques­tion de faire peur aux femmes. Jennifer Gunter affirme ain­si que même si la per­tur­ba­tion des cycles est avé­rée, le vac­cin n’a aucune inci­dence sur la pro­créa­tion et la per­tur­ba­tion des cycles n’est que ponc­tuelle : « Il n'y a pas de don­nées qui sou­tiennent la thèse d’un impact du vac­cin Covid-​19 sur la fer­ti­li­té ou les fausses couches […] Étant don­né les effets néfastes poten­tiels, à court et à long terme, du Covid-​19, la meilleure façon de pro­té­ger votre san­té glo­bale et votre cycle mens­truel est de vous faire vac­ci­ner », précise-​t-​elle sur son site.

Gender data gap, le sexisme en science 

Selon Katharine Lee, lors des essais cli­niques, per­sonne n’a pen­sé à deman­der aux femmes, si le vac­cin per­tur­bait leur cycle. Or, il est pos­sible, selon certain.es scien­ti­fiques que si on ne leur pose pas direc­te­ment la ques­tion, les patient.es ne fassent pas le lien avec la per­tur­ba­tion de leur cycle et donc n’en fassent pas part. La ques­tion est donc de savoir si le simple fait de réunir les effets secon­daires rap­por­tés par les par­ti­ci­pants des essais cli­niques suf­fit. 

Aux Etats-​Unis la par­ti­ci­pa­tion des femmes « en âge de pro­créer » aux essais cli­niques n’est pos­sible que depuis 1993, date à laquelle la direc­tive du Food and Drug Administration (FDA) a annu­lé une poli­tique datant de 1977 et excluant ces femmes. Par ailleurs, de manière géné­rale, la recherche scien­ti­fique col­lecte davan­tage de don­nées sur les hommes que sur les femmes. Ce fos­sé, aus­si appe­lé Gender Data Gap, a des consé­quences sur la vie des femmes au quo­ti­dien. Pour Flora Vincent, post-​doctorante à l’Institut Weizmann en Israël et co-​auteure de L’intelligence arti­fi­cielle, pas sans elles,« un des gros pro­blèmes dans ces his­toires de Gender data gap c’est que par­fois, on ne pose pas les bonnes ques­tions et donc on ne col­lecte pas les bonnes don­nées. » Ainsi, « au moment d’être vac­ci­née per­sonne ne m’a deman­dé si je pre­nais la pilule, alors que ça pour­rait être poten­tiel­le­ment un fac­teur confon­dant », précise-​t-​elle. Cependant, selon elle, la situa­tion de pan­dé­mie mon­diale n’a pas per­mis le temps d’anticipation néces­saire : « C’est l’inconvénient de tra­vailler dans l’urgence, conclut la cher­cheuse. On ne peut pas pen­ser à tout. »

*L'expression « per­sonnes mens­truées » per­met d'inclure des hommes trans qui eux aus­si ont pu obser­ver des per­tur­ba­tions de leurs cycles après la vac­ci­na­tion.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés