bryan turner mf9m6brhctg unsplash
© Bryan Turner

Bilan : les com­bats extra-​sportifs des ath­lètes femmes aux Jeux olym­piques de Tokyo

Tenues de sport scru­tées, taux de tes­to­sté­rone cal­cu­lés, che­veux courts vili­pen­dés… Alors que les Jeux olym­piques s’achèvent ce wee­kend, Causette fait le bilan des embûches aux­quelles se sont confron­tées les spor­tives lors de cette édition.

L’édition des Jeux Olympiques qui se conclu­ra sur la céré­mo­nie de clô­ture dimanche soir est la pre­mière à frô­ler la pari­té d’athlètes. Près de 49% d’athlètes femmes par­ti­cipent et elles seront 40,5 % lors des Jeux para­lym­piques (qui se dérou­le­ront du 24 août au 5 sep­tembre). Autre réjouis­sance, il n’y a jamais eu autant d’épreuves mixtes ; 9 de plus qu’à Rio. Du côté de l'Équipe de France, les femmes ont par­ti­ci­pé plus qu’activement à la mois­son de médailles. Au total, 14 des 30 titres ont été gagnés par les Bleues et 2 par des équipes mixtes.

Exactement un siècle aupa­ra­vant, en 1921, le père fon­da­teur des Jeux modernes, Pierre de Coubertin, décla­rait pour­tant : « Une petite olym­piade femelle [en réfé­rence au com­bat d’Alice Milliat pour créer des jeux pour les femmes, ndlr] à côté de la grande olym­piade mâle. Où serait l’intérêt ? (…) Impratique, inin­té­res­sante, ines­thé­tique, et nous ne crai­gnons pas d’ajouter : incor­recte, telle serait à notre avis cette demi-​olympiade fémi­nine. Ce n’est pas là notre concep­tion des Jeux olym­piques dans les­quels nous esti­mons qu’on a cher­ché et qu’on doit conti­nuer de cher­cher la réa­li­sa­tion de la for­mule que voi­ci : l’exaltation solen­nelle et pério­dique de l’athlétisme mâle avec l’internationalisme pour base, la loyau­té pour moyen, l’art pour cadre et l’applaudissement fémi­nin pour récom­pense ». Les temps ont donc bien changé. 

Lire aus­si : « Les Incorrectes » : un pro­jet de docu­men­taire sur Alice Milliat et ses héritières

Toutefois, en 2021, ce n’est pas tou­jours une mince affaire d’être une femme dans le monde des Jeux et cer­taines ont dû faire preuve d’un cou­rage par­ti­cu­lier. On a assis­té d’une part à l’épisode Simone Biles, star de l’équipe de gym­nas­tique amé­ri­caine à qui certain·es ont repro­ché son renon­ce­ment lors de l’épreuve mixte pour cause de fra­gi­li­té psy­chique, et qui leur a fait fer­mer leur cla­pet en rem­por­tant, quelques jours après et mal­gré la pres­sion, la médaille de bronze à la poutre en indi­vi­duel. D’autre part, dans un contexte de répres­sion poli­tique en Biélorussie, la sprin­teuse bié­lo­russe Krystsina Tsimanouskaya a trou­vé la force de cri­ti­quer des entraî­neurs de sa délé­ga­tion sur les réseaux sociaux et de se défendre face aux ten­ta­tives de repré­sailles de la Biélorussie. Alors que son pays la mena­çait d’un rapa­trie­ment express suite à sa prise de parole et qu’elle crai­gnait d’être pla­cée en pri­son, l’athlète a pu comp­ter sur la soli­da­ri­té du Comité inter­na­tio­nal olym­pique (CIO) et la diplo­ma­tie polo­naise pour se réfu­gier en Pologne. Mais d’autres com­bats de femmes ont été moins média­ti­sés. On vous fait le point.

Pas de décath­lon pour les femmes 

Quelques rares dis­ci­plines res­tent réser­vées aux hommes. C’est le cas du 50 kilo­mètres marche notam­ment, même si celle-​ci ne figure pas au pro­gramme de Paris 2024 et devrait être rem­pla­cée par « une épreuve mixte » encore à défi­nir. Toutefois, il n’est pas pré­vu que la dis­ci­pline olym­pique phare, le décath­lon, soit ouvert aux ath­lètes fémi­nines, qui ne dis­putent « qu’un » hep­tath­lon, soit trois épreuves de moins. La décath­lo­nienne amé­ri­caine Jordan Gray, qui détient le meilleur score de toutes les femmes actuel­le­ment actives dans ce sport, milite d’ailleurs pour qu’une équi­va­lence fémi­nine soit inté­grée aux Jeux olympiques.

Le com­bat pour par­ti­ci­per aux Jeux

Elle aus­si a connu des obs­tacles pour pra­ti­quer libre­ment son sport. A 24 ans, Masomah Ali Zada est deve­nue à Tokyo la pre­mière femme cycliste afghane à par­ti­ci­per à une compétition[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
RR karli A 1

Patin : Les fémi­nistes en roues libres

Il a suffi du buzz de quelques vidéos stylées de roller pendant le confinement pour que le monde entier se mette au patin. En particulier, les queers et les féministes. Retour aux racines d’un sport très politique, qui doit beaucoup aux communautés...

RUNNING 02 CMJN

Ode fémi­niste à la course à pied

Est-il un sport plus féministe que les autres ? Audacieux de l’affirmer. Impossible de le démontrer. Pourtant, Causette tient le pari qu’il en existe un : le running. Pourquoi ? La liste des raisons que citent les runneuses tient largement la...