empty building hallway
©kyo azuma

Noms d’établissements sco­laires : où sont les femmes ?

D’après une étude du Conseil d’évaluation de l’école (CEE) publiée la semaine der­nière, les noms de femmes res­tent lar­ge­ment mino­ri­taires dans la déno­mi­na­tion des éta­blis­se­ments sco­laires publics. 

Faites l’expérience autour de chez vous : com­bien d’écoles, de col­lèges et de lycées publics portent des noms de femmes ? Vous obser­ve­rez sans doute qu’ils sont peu nom­breux. Autour de chez moi par exemple, dans le 17e arron­dis­se­ment de Paris, je peux citer les col­lèges André Malraux, Stéphane Mallarmé ou encore Pierre de Ronsard. Mais qu’une seule école publique Christine de Pisan, située … rue Christine de Pisan. Facile. 

Un constat étayé par l’étude publiée la semaine der­nière par le Conseil d’évaluation de l’école (CEE). L’instance indé­pen­dante, créée en 2019 pour éva­luer les poli­tiques d’éducation, s’est pen­chée l’an der­nier sur la tota­li­té des noms des écoles, col­lèges et lycées publics fran­çais, soit envi­ron 60.000 éta­blis­se­ments sco­laires. Le constat parle de lui-​même : seuls 21 % des écoles, col­lèges et lycées publics portent les noms d'illustres femmes.

Seules 23 % des écoles publiques fran­çaises portent le nom d’une femme… 

Entrons dans le détail : par­mi les écoles publiques qui portent le nom d’une per­sonne, il s’agit d’un homme dans 77 % des cas, révèle l’étude. Les femmes ne repré­sentent donc que 23 % des cas. Il y aurait, cela dit, une « aug­men­ta­tion des noms de femmes pour les écoles ces der­nières années », a sou­li­gné le CEE. Parmi ceux les plus fré­quents, on retrouve Jules Ferry, Jacques Prévert, Jean Jaurès ou encore Antoine de Saint-Exupéry.

Les écoles sont d’ailleurs bien mieux loties que les col­lèges et les lycées. En tout, 77 % des col­lèges publics portent le nom d’une per­sonne. Et par­mi eux, 83 % arborent celui d’un homme. Restent donc 17 % pour les femmes, par­mi les­quelles le nom de Marie Curie est, comme pour les écoles, le plus fré­quent, juste devant devant Simone Veil. 

… et 16 % des lycées 

La part de matro­nymes dimi­nue encore aux lycées. Pour ces éta­blis­se­ments, 80 % portent le nom d’une per­sonne et par­mi eux seuls 16 % celui d’une femme. Là encore, Marie Curie arrive en haut du clas­se­ment, cette fois devant Camille Claudel. Côté mas­cu­lin on trouve une foule de Jean Moulin, Antoine de Saint-​Exupéry ou Jean de la Fontaine.

Cette étude est donc l’occasion de rap­pe­ler les des­tins hors du com­mun de Laure Moulin, la grande sœur – et résis­tante illustre – de Jean, celui de la fabu­leuse artiste Consuelo de Saint Exupéry, la femme de l’écrivain ou encore de Marie de France, l’autrice de fables poé­tiques proches de celles que La Fontaine écri­ra bien plus tard. De quoi don­ner des idées, s'il en fal­lait, aux conseils muni­ci­paux et aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales pour bap­ti­ser nos éta­blis­se­ments scolaires. 

Partager
Articles liés
Final LesbianConsent

Violences sexuelles : entre femmes aussi

S’assurer que l’autre est d’accord, respecter son refus sans insister. Le consentement sexuel est une notion encore loin d’être acquise. Et cela ne vaut pas que pour les hétérosexuels. Les lesbiennes et les bisexuelles peuvent aussi être auteures ou...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.