stormseeker rX12B5uX7QM unsplash
© Stormseeker / Unsplash

"Mon sou­tien psy", infirmier·ères sco­laires : le gou­ver­ne­ment annonce de nou­velles mesures pour favo­ri­ser le sui­vi des jeunes

Lors de son dis­cours de poli­tique géné­rale, Gabriel Attal a annon­cé des mesures visant à amé­lio­rer la prise en charge de la san­té (men­tale) des jeunes.

Lundi 29 jan­vier, la fon­da­tion Notre ave­nir à tous a publié un nou­veau baro­mètre sur la san­té men­tale des jeunes en 2023, indi­quant que 49 % des 11–15 ans souf­fraient d’anxiété. Bien que ce résul­tat soit légè­re­ment plus réjouis­sant que celui de 2022 (53 %), il reste colos­sal. Durant son dis­cours de poli­tique géné­rale, ce 30 jan­vier, Gabriel Attal a annon­cé la mise en place de nou­velles mesures concer­nant la prise en charge des soins psy­cho­lo­giques, ain­si que sur celle des jeunes en milieu scolaire.

Lire aus­si I Hélène Roques : « La pre­mière cause du mal-​être des ado­les­cents, c’est le modèle de réus­site véhi­cu­lé par notre socié­té »

Le Premier ministre a en effet annon­cé l’amélioration de prise en charge du dis­po­si­tif “Mon sou­tien psy”, créé en avril 2022. Selon lui, ce dis­po­si­tif “par­tait d’une bonne inten­tion, mais il n’a pas don­né les résul­tats escomp­tés”. “Il faut avoir le cou­rage de le recon­naître, même si c’est nous qui l’avons mis en place.” La cause ? Le tarif des consul­ta­tions, trop faible, qui n’incite pas les professionnel·les à par­ti­ci­per au dispositif. 

Mon sou­tien psy concerne toutes les per­sonnes à par­tir de 3 ans res­sen­tant le besoin d’avoir accès à un sui­vi psy­cho­lo­gique. Il per­met le rem­bour­se­ment par­tiel d’un maxi­mum de huit séances avec un psy­cho­logue conventionné.

Le gou­ver­ne­ment s’engage donc à “aug­men­ter le tarif de la consul­ta­tion rem­bour­sée pour limi­ter au maxi­mum le reste à charge pour les jeunes patients et leurs familles” et à per­mettre d’“avoir accès direc­te­ment à un psy­cho­logue, sans néces­sai­re­ment pas­ser par un méde­cin”

Vers une meilleure prise en charge de la san­té des jeunes

Gabriel Attal a éga­le­ment décla­ré la créa­tion d’une mai­son des adolescent·es dans chaque dépar­te­ment, rap­pe­lant qu’à ce jour il en existe “cin­quante”. Les mai­sons des adolescent·es sont des lieux d’accompagnement, per­met­tant aux 11–25 ans et à leur entou­rage d’exprimer leurs maux, leurs inquié­tudes et leurs questionnements.

De plus, le Premier ministre a annon­cé une prise en charge plus effec­tive de la san­té en milieu sco­laire : “Nous devons recru­ter davan­tage d’infirmières sco­laires et mieux recon­naître leur enga­ge­ment.” À cette décla­ra­tion s’ajoute la pro­messe d’une reva­lo­ri­sa­tion sala­riale et d’une prime excep­tion­nelle. Une prime de 800 euros leur sera adres­sée en mai, date à par­tir de laquelle leur salaire sera reva­lo­ri­sé de 200 euros net par mois.

Lire aus­si I Les infir­mières sco­laires mani­festent pour récla­mer 15.000 recru­te­ments et une reva­lo­ri­sa­tion de leurs salaires

Partager
Articles liés
Capture d’écran 2022 12 23 à 15.28.12

Start-​up, ton uni­vers impitoyable

Chaque mois, un cher­cheur, une cher­cheuse, nous raconte sa thèse sans jar­gon­ner. Docteure en socio­lo­gie et cher­cheuse au Centre d’études de l’emploi et du tra­vail (CEET), Marion Flécher s’est pen­chée sur le monde très média­ti­sé, mais...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.