Capture d’écran 2022 09 27 à 11.54.28
Julien Bayou. ©Greenbox

L’avocate de Julien Bayou dénonce « l’instrumentalisation du juste com­bat contre les vio­lences sexuelles et sexistes à des fins politiques »

L’avocate de Julien Bayou s’est expri­mée lun­di lors d’une confé­rence de presse à Paris, quelques heures après l’annonce de la démis­sion de l’écologiste de son poste de secré­taire natio­nal d’EELV. Ce der­nier est visé par des accu­sa­tions de « vio­lences psy­cho­lo­giques » sur une ex-compagne. 

C’est par la voix de son avo­cate que Julien Bayou s’est expri­mé, lun­di 26 sep­tembre, quelques heures après sa démis­sion de ses fonc­tions de secré­taire natio­nal d’Europe Écologie Les Verts (EELV). La prise de parole de son avo­cate Me Marie Dosé pen­dant 26 minutes lors d’une confé­rence de presse a été l’occasion d’expliquer la démis­sion de Julien Bayou mais sur­tout de « pou­voir se défendre en toute liber­té des accu­sa­tions dont il ignore tout ». Julien Bayou craint, dit Me Dosé, que la « volon­té de nuire de son ex-​compagne soit sus­cep­tible de tout empor­ter sur son pas­sage » et regrette « l’instrumentalisation du juste com­bat contre les vio­lences sexuelles et sexistes à des fins politiques ». 

L’homme poli­tique est visé depuis le mois de juillet par une enquête interne d’EELV, après l’envoi d’une lettre d’une de ses anciennes com­pagnes évo­quant des vio­lences psy­cho­lo­giques. L’histoire était res­tée confi­den­tielle – Le Figaro s’en était fait l’écho en juillet sans que l’information ne soit reprise -, jusqu’au lun­di 19 sep­tembre et la dif­fu­sion de l’émission C à vous de France 5 consa­crée à l’affaire Quatennens. Interrogée sur une cam­pagne de tweets deman­dant des comptes à EELV sur l’enquête interne visant Julien Bayou, la dépu­tée éco­lo­giste Sandrine Rousseau avait annon­cé avoir reçu chez elle une ancienne com­pagne de Bayou. La dépu­tée de Paris avait alors évo­qué des com­por­te­ments pré­su­més « de nature à bri­ser la san­té morale des femmes ». Par la suite, le jour­na­liste Patrick Cohen a affir­mé que Sandrine Rousseau lui avait indi­qué hors antenne que rien, dans les faits repro­chés à Julien Bayou, n'était « péna­le­ment répré­hen­sible ».

Lire aus­si I Accusations de vio­lences psy­cho­lo­giques : Julien Bayou démis­sionne de son poste de secré­taire natio­nal d'EELV

Sur le fond, Julien Bayou nie avoir « jamais exer­cé la moindre vio­lence psy­cho­lo­gique à l’égard de ses com­pagnes », a affir­mé Marie Dosé lors de la confé­rence de presse. « Les sépa­ra­tions avec ses com­pagnes ont par­fois été dou­lou­reuses », a ajou­té son avo­cate, qui a regret­té un « vul­gaire débal­lage indigne d’une socié­té aus­si avan­cée que la nôtre »

Me Dosé a ain­si décrit une « sépa­ra­tion très dou­lou­reuse » en novembre der­nier. Une déci­sion prise par Julien Bayou « qui fut très dif­fi­cile » car il avait « conscience de la fra­gi­li­té psy­cho­lo­gique de sa com­pagne, que Sandrine Rousseau a choi­si de rendre publique ». Selon la ver­sion de Julien Bayou, « au cours des mois qui sui­virent la rup­ture, le com­por­te­ment de son ex-​compagne a été pour le moins fluc­tuant. Se sont suc­cé­dés des épi­sodes de ten­sion, de chan­tage ain­si que des menaces et des moments plus apai­sés au cours des­quels celle-​ci lui appor­tait tout son sou­tien, notam­ment pen­dant la cam­pagne légis­la­tive ». Selon les mots de Marie Dosé, cette ex-​compagne aurait éga­le­ment insis­té « sur son désir de paci­fier leur rela­tion »

Lire aus­si I Sandrine Rousseau accuse Julien Bayou de vio­lences psy­cho­lo­giques à l'encontre d'une ex-compagne

Le 30 juin 2022, soit quelques jours avant les révé­la­tions du Figaro, « l’ex-compagne de Julien Bayou lui a adres­sé un mes­sage pour lui pro­po­ser de “gar­der la mai­son” qu’ils avaient acquise ensemble, mai­son qu’elle occupe encore aujourd’hui », a pré­ci­sé Marie Dosé. Selon les infor­ma­tions de Mediapart, deux heures après l’envoi de ce mes­sage, cette ancienne com­pagne adresse un mail à plu­sieurs mili­tantes et res­pon­sables d’EELV dans lequel elle accuse le secré­taire natio­nal de « bri­ser psy­cho­lo­gi­que­ment en tout impu­ni­té » des femmes. Dans ce mail, consul­té par Mediapart, elle évoque ses « idées sui­ci­daires » et ajoute : « Je me demande s’il faut que je passe à l’acte pour qu’enfin quelqu’un réagisse. » Un cour­rier éga­le­ment consul­té par l’avocate de Bayou qui a assu­ré qu’il ne conte­nait « aucun fait pré­cis »

Selon les affir­ma­tions de Me Dosé, cette ex-​compagne aurait ensuite envoyé un nou­veau mes­sage à Julien Bayou. Un cour­riel dans lequel, elle lui aurait inti­mé de « s’inquiéter ». Marie Dosé pré­cise que dans ce cour­riel, « elle l’assure de sa volon­té de le mettre “hors d’état de nuire” et lui pré­dit ”une chute dou­lou­reuse”. Le cour­riel se ter­mine par ces mots : “ Ta mère te vomit d’où elle est”. Faut-​il rap­pe­ler que la mère de Julien Bayou est décé­dée lorsqu’il avait cinq ans. »

Lire aus­si I Accusations de vio­lences : Julien Bayou mis en retrait tem­po­rai­re­ment de la copré­si­dence du groupe éco­lo­giste à l'Assemblée

L'avocate de Julien Bayou a ensuite assu­ré à la presse avoir « de nom­breux élé­ments maté­riels, notam­ment écrits » qui prouvent la ver­sion de l'ex-secrétaire natio­nal d'EELV. Elle a éga­le­ment pré­ci­sé que le dépu­té s’exprimerait lui-​même « dans les pro­chains jours ». De son côté, l’ex-compagne de Julien Bayou, contac­tée par Mediapart, a décla­ré ne pas sou­hai­ter s’exprimer publi­que­ment à ce stade. 

Quant à l’enquête menée par la cel­lule d’enquête et de sanc­tion sur le har­cè­le­ment et les vio­lences sexistes et sexuelles du par­ti depuis juillet, « nous ne savons stric­te­ment rien des pro­grès de cette enquête ni même si elle a com­men­cé, affirme Marie Dosé. Il est déli­bé­ré­ment tenu dans l’ignorance des faits qui lui sont repro­chés et des accu­sa­tions por­tées à son encontre ». En tout, quatre demandes d’auditions for­mu­lées par le dépu­té de Paris ont été reje­tées, indique-​t-​elle. Avant de repro­cher : « Il est pré­su­mé cou­pable et il ne peut pas se défendre. »

Lire aus­si I #RelèveFéministe : un col­lec­tif de mili­tantes réclame la démis­sion d'Adrien Quatennens de son man­dat de député

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.