fbpx
50861321057 b1b9e24309 b
Amanda Gorman lors de sa lecture le jour de l'investiture de Joe Biden © Flickr - Photo by Navy Petty Officer 1st Class Carlos M. Vazquez II

Polémique « Amanda Gorman » : ce que tra­duire veut dire

Causette est asso­ciée au site The Conversation, qui regroupe des articles de chercheur·euses de dif­fé­rentes uni­ver­si­tés et per­met à des médias de repu­blier les textes. Nous vous pro­po­sons ci-​après un article d’Ahmed Mahdi, cher­cheur en ter­mi­no­lo­gie et tra­duc­to­lo­gie, au sujet de la contro­verse liée à la tra­duc­tion dans plu­sieurs langues du poème The Hill We Climb, que son autrice Amanda Gorman avait lu lors de l'investiture de Joe Biden.

Par Ahmed Mahdi, Université Lumière Lyon 2

Les tra­duc­tions, notam­ment de l’anglais, inondent chaque année le mar­ché du livre en Europe. Il n’est ain­si pas éton­nant que les mai­sons d’édition, à l’instar de la pres­ti­gieuse édi­tion Fayard en France, s’arrachent les droits de publi­ca­tions du poème « The Hill We Climb », lu lors de la céré­mo­nie d’investiture du nou­veau pré­sident amé­ri­cain élu Joe Biden en jan­vier 2021 et com­po­sé par Amanda Gorman, plu­sieurs fois pri­mée pour ses écrits.

Face au défi de sa tra­duc­tion dans les langues ver­na­cu­laires euro­péennes, un débat, pour ne pas dire une contro­verse, s’est ouvert quant aux choix des tra­duc­teurs et tra­duc­trices sélec­tion­nés par les édi­teurs pour faire connaître ce poème. Ainsi, après l’épisode qui a vu Marieke Lucas Rijneveld se reti­rer de cet exer­cice, sous la pres­sion, après avoir été recru­tée par l’éditeur Meulenhoff pour en pro­po­ser une ver­sion néer­lan­daise, l’éditeur en charge de la publi­ca­tion cata­lane du poème a remer­cié son tra­duc­teur expé­ri­men­té, Víctor Obiol, pour répondre aux volon­tés de Viking Books, l’éditeur amé­ri­cain en charge de l’œuvre de la poé­tesse afro-​américaine Amanda Gorman, d’après la BBC.

À chaque fois, l’argument de la contro­verse est le même : pour­quoi ne pas avoir choi­si une tra­duc­trice noire, de pré­fé­rence jeune et acti­viste ? C’est alors à juste titre que France Culture pose la ques­tion : « Faut-​il être noire pour tra­duire le poème d’Amanda Gorman ? » Ce sujet d’actualité sert ici d’exemple pour s’interroger plus lar­ge­ment sur le sens et l’objectif de la tra­duc­tion, tout par­ti­cu­liè­re­ment lorsque le texte concer­né est d’ordre poé­tique, ce qui amène à s’interroger sur la légi­ti­mi­té qu’une per­sonne peut avoir à s’engager dans un tel tra­vail.

L’objectif de la tra­duc­tion

Si le débat sur les théo­ries de la tra­duc­tion ne cesse de faire varier la posi­tion du cur­seur entre les deux extrêmes que sont le lit­té­ra­lisme, où le mot trône au-​dessus de toute autre consi­dé­ra­tion, et la tra­duc­tion libre, pour laquelle l’essence du texte est le seul ingré­dient néces­saire, la ques­tion de la tra­duc­tion d’un texte lit­té­raire, poé­tique qui plus est, doit s’attarder sur la rai­son d’être de la poé­sie.

En effet, le tra­duc­teur cher­chant à cap­tu­rer les aspects pri­mor­diaux d’un poème pour pou­voir les retrans­crire, doit en com­prendre les fonc­tions pri­mor­diales : s’il cherche à véhi­cu­ler un mes­sage, notam­ment dans un temps poli­tique comme celui de l’inauguration pré­si­den­tielle où « l’unité » sem­blait être le maître-​mot, les éloges qui ont fusé à la suite de cette lec­ture n’ont ces­sé de mettre en exergue « la force du verbe » du poème en ques­tion, comme on peut le voir dans un article du Monde ou dans un court mes­sage de Michelle Obama sur Twitter. C’est que la poé­sie, au risque de tom­ber dans une bana­li­té des plus clas­siques, est le lieu des sen­ti­ments, de l’émotion. Cette émo­tion, cette charge, ce bouillon­ne­ment inté­rieur doit pou­voir s’unir avec les mots pour que ceux-​ci atteignent toute leur vigueur. Comme dirait feu Yves Bonnefoy, lui-​même poète, tra­duc­teur et cri­tique lit­té­raire, dans La poé­sie et la gnose : la poé­sie, « c’est la déci­sion de faire corps avec le lan­gage ».

Une fois que l’être fait corps avec la langue, il peut entrer dans un acte de pro­duc­tion, de com­po­si­tion, d’écriture, et fina­le­ment, de tra­duc­tion. Car comme dirait Jean‑René Ladmiral, phi­lo­sophe, tra­duc­teur et ensei­gnant de tra­duc­to­lo­gie, repre­nant à son compte une idée de Proust :

« Écrire, c’est tra­duire ce qu’on a dans la tête – sauf que ce que j’ai dans la tête, c’est dans la tête que je l’ai, et c’est dans la mienne (de tête) que je l’ai ! c’est-à-dire que ce n’est pas pro­pre­ment tan­gible. »

Le tra­duc­teur d’un poème exis­tant se retrouve alors dans la posi­tion du deuxième tra­duc­teur, à la dif­fé­rence que le pre­mier a tra­duit une pen­sée ou une expé­rience interne. Ce nou­veau tra­duc­teur doit alors faire sienne l’ébullition poé­tique du pre­mier pour per­mettre à la nou­velle pro­duc­tion d’avoir la même force, la même inten­si­té que le pre­mier. Le même impact.

La légi­ti­mi­té du tra­duc­teur

Si le souffle poé­tique est la ren­contre entre un esprit et les mots, ou plu­tôt leur fusion, l’acte de tra­duire ne relève-​t-​il donc pas de l’impossible ? Le tra­duc­teur et cher­cheur René Agostini s’est notam­ment inté­res­sé à cette ques­tion dans le contexte de la poé­sie, dans son petit ouvrage au titre évo­ca­teur La tra­duc­tion n’existe pas, l’intraduisible non plus, sou­li­gnant :

« L’intraduisible relève du mys­tère de l’être, de l’esprit, du souffle et de la voix, car il y a des voix où le lan­gage n’est plus le lan­gage et où les mots sont méta­mor­pho­sés en for­mules magiques, en man­tras, sono­ri­tés et rythmes qui ont un effet au-​delà de toute sai­sie par la rai­son. »

Le tra­duc­teur se doit alors de gar­der une humi­li­té résis­tante à toute épreuve, à « l’épreuve de l’étranger », pour reprendre l’expression du lin­guiste Antoine Berman, car si l’intraduisible n’existe pas, il n’en demeure pas moins que le texte étran­ger don­ne­ra imman­qua­ble­ment du fil à retordre.

Cette dif­fi­cul­té du tra­duc­teur vient de sa nature même d’individu, qui a vécu ses propres expé­riences et qui pos­sède sa propre plume. C’est là que la ques­tion se pose dans notre cas d’étude : deman­der un pro­fil per­son­nel par­ti­cu­lier est-​il légi­time, à savoir que le tra­duc­teur doive être une tra­duc­trice, et plus pré­ci­sé­ment : « une femme, jeune, acti­viste, et de pré­fé­rence noire » ? La ques­tion n’est pas ici posée sur le plan mili­tant, même si c’est le point de cer­tains comme la jour­na­liste néer­lan­daise Janice Deul, « qui se débat pour la diver­si­té dans le monde de la mode et de la culture ». Sur ce point, un article du New York Times sou­ligne que ce débat « a mon­tré le manque de diver­si­té dans le monde de la tra­duc­tion lit­té­raire » en Europe.

Il est évident que la polé­mique en cours est en réa­li­té plus d’ordre poli­tique (ou social, dirait-​on) que lit­té­raire, cette actua­li­té ayant per­mis à cer­taines voix de s’élever pour récla­mer une jus­tice sociale qui se fait attendre. Ce qui pour­rait s’apparenter à de la dis­cri­mi­na­tion au niveau pro­fes­sion­nel est donc un débat bien plus com­plexe, qui dépasse d’ailleurs lar­ge­ment le monde lit­té­raire, la sous-​représentation des mino­ri­tés pou­vant en soi être consi­dé­rée comme de la dis­cri­mi­na­tion. On ne peut en effet occul­ter le manque de visi­bi­li­té de cer­taines mino­ri­tés, qui se fait res­sen­tir à pré­sent dans des domaines aus­si cen­sé­ment objec­tifs que l’intelligence arti­fi­cielle où des algo­rithmes peuvent « repro­duire et ampli­fier un racisme sys­té­mique » d’après cer­tains experts.

Cependant, la ques­tion qui nous inté­resse ici concerne peut-​être, au final, un monde idéal où l’égalité des chances serait déjà une réa­li­té éta­blie, et nous nous deman­dons alors qui est le plus à même d’apporter la meilleure tra­duc­tion pos­sible du texte en ques­tion.

L’identité du tra­duc­teur

Cette ques­tion se heurte à un pro­blème de taille : si seule une per­sonne de cou­leur noire, jeune et mili­tante peut tra­duire les pro­pos d’Amanda Gorman, cela impliquerait-​il que seule une telle per­sonne pour­rait en com­prendre et en assi­mi­ler les nuances et diverses sub­ti­li­tés ? Une fois la ques­tion ain­si posée, le pro­blème paraît évident : com­ment un texte lu lors d’une inau­gu­ra­tion pré­si­den­tielle pourrait-​il pré­tendre vou­loir tou­cher tout le monde, si seule une « com­mu­nau­té » de sem­blables pou­vait accé­der au sens ? Cette vision com­mu­nau­ta­riste du métier de tra­duc­teur ren­voie à nou­veau à la notion d’identité : la nou­velle plume doit-​elle s’identifier au texte qu’elle tra­duit au point d’avoir la même cou­leur de peau pour pou­voir entre­prendre l’acte de tra­duire ?

Finalement, une fois que la notion d’identité est lan­cée dans le débat, l’équation se retrouve sans solu­tion, car la com­mu­nau­té humaine com­prend autant d’identités que d’individus. Pour reprendre les pro­pos de Platon dans Le Parménide, qui insiste sur le fait que l’identité implique la dif­fé­rence : « L’identité ren­dra donc dis­sem­blable, ou elle ne sera pas contraire à la dif­fé­rence. »

L’humanité au cœur de l’acte de tra­duire

Toutefois, cette com­mu­nau­té a l’humanité en com­mun, qui relie les indi­vi­dus entre eux et qui leur per­met de s’écouter, de se com­prendre et de par­ta­ger des émo­tions.

Une autre ques­tion ferme alors le bal : peut-​on juger le tra­vail d’une per­sonne sur ce qu’elle est plu­tôt que sur ce qu’elle fait ? En effet, le tra­duc­teur cata­lan Víctor Obiol avait ter­mi­né sa tra­duc­tion, et il a même été rému­né­ré pour celle-​ci, mais d’après lui, c’est fina­le­ment son pro­fil qui a fait défaut comme le rap­porte Le Figaro. Et si les iden­ti­tés sont aus­si nom­breuses que le nombre d’individus, qui pour­rait alors pré­tendre tra­duire un texte si ce n’est l’auteur pre­mier ? Le risque serait au final de juger en amont l’éthique pro­fes­sion­nelle du tra­duc­teur ou de la tra­duc­trice, cette « éthique du lan­gage », pour reprendre les pro­pos du lin­guiste Henri Meschonnic dans son Éthique et poli­tique du tra­duire, éthique qui « concerne tous les êtres de lan­gage, citoyens de l’humanité ».


L’auteur effec­tue sa thèse sous la direc­tion de Jim Walker.

Ahmed Mahdi, Chercheur en ter­mi­no­lo­gie et tra­duc­to­lo­gie, CeRLA, Université Lumière Lyon 2

Cet article est repu­blié à par­tir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article ori­gi­nal.

<script type="text/javascript" src="https://theconversation.com/javascripts/lib/content_tracker_hook.js" id="theconversation_tracker_hook" data-counter="https://counter.theconversation.com/content/158116/count?distributor=republish-lightbox-advanced" async="async"></script>

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés