Capture d’écran 2022 11 18 à 14.40.44
Une apprentie vendeuse dans la boutique éphémère Don't Call Me Jennyfer © Besnard/Apprentis d'Auteuil

Insertion : des jeunes de la Fondation Apprentis d’Auteuil en for­ma­tion tout ter­rain chez Jennyfer

Jusqu’au 9 décembre, la marque de prêt-​à-​porter Don’t Call Me Jennyfer tient une bou­tique éphé­mère avec la Fondation Apprentis d’Auteuil dans le centre com­mer­cial pari­sien, Italie 2, pour for­mer des jeunes peu qualifié·es aux métiers de la vente. Reportage. 

Au troi­sième étage du centre com­mer­cial Italie 2 dans les confins du XIIIe arron­dis­se­ment de Paris, une bou­tique pas comme les autres a ouvert ses portes en octobre. De l’extérieur, rien ne semble pour­tant nous mettre la puce oreille, si ce n’est que ne sont ven­dues ici que d’anciennes col­lec­tions de la marque Jennyfer (rebap­ti­sée Don’t Call Me Jennyfer en 2019) dis­po­nibles jusqu’au 9 décembre seule­ment. Il s’agit d’une bou­tique éphé­mère de la marque de prêt-​à-​porter fran­çaise, implan­tée ici dans le cadre du pro­gramme Skola Vente de la Fondation Apprentis d’Auteuil. Ce pro­gramme, finan­cé par l’État, per­met depuis quatre ans à des jeunes de 18 à 30 ans, peu qualifié·es et éloigné·es de l’emploi, d’accéder à des for­ma­tions courtes, gra­tuites et rému­né­rées dans un envi­ron­ne­ment réel.

Dans la bou­tique Don’t Call Me Jennyfer, ce sont donc dix-​neuf apprenti·es vendeur·euses qui expé­ri­mentent le métier depuis un mois main­te­nant, encadré·es par un·e formateur·trice de la Fondation. Ils·elles s’occupent de l’accueil des client·es bien sûr, mais aus­si du mer­chan­di­sing, du stock, de l’encaissement et de la pro­pre­té du maga­sin. La for­ma­tion pren­dra fin le 9 décembre, juste avant le pas­sage d’un exa­men du titre pro­fes­sion­nel de « ven­deur conseil en maga­sin ». Le diplôme leur per­met­tra d’exercer ensuite le métier de vendeur·euse, pour­quoi pas dans une des bou­tiques du groupe Jennyfer, puisque la marque s’est enga­gée à recru­ter au moins la moi­tié d’entre eux·elles. Ce jeu­di 18 novembre, la direc­trice des res­sources humaines de la marque est d’ailleurs venue visi­ter la bou­tique et ren­con­trer ses futur·es vendeur·euses.

Une for­ma­tion courte 

Aucun·e des apprenti·es vendeur·euses n'a obte­nu son bac, nous pré­cise Stéphane Dubail, le res­pon­sable péda­go­gique de la Fondation d’Auteuil. Ils·elles ont tous·tes été préa­la­ble­ment sélectionné·es par­mi une cen­taine de candidat·es sur « une cer­taine appé­tence pour la vente et le contact humain », pré­cise le res­pon­sable. Le pro­gramme pré­voit une base théo­rique de plu­sieurs heures par semaine mais mise avant tout sur la pra­tique en magasin.

À la ques­tion de savoir si deux mois – à peine – de for­ma­tion sont suf­fi­sants pour entrer dans le monde du tra­vail, Stéphane Dubail est clair : « C’est com­plè­te­ment per­ti­nent, le ter­rain est beau­coup plus for­ma­teur que la théo­rie. » Ils·elles pas­se­ront d’ailleurs en décembre le même exa­men que d’autres per­sonnes qui ont reçu une for­ma­tion plus longue du même type. « En géné­ral, tout le monde l’obtient », indique le res­pon­sable péda­go­gique ajou­tant avec fier­té qu'en 4 années d'existence, le pro­gramme a un taux de 75 % d’insertion par la suite. « La for­ma­tion est un véri­table coup de pouce, elle leur apporte un lien social qui les mène à l’insertion », sou­tient Stéphane Dubail.

« C’était dur au début de reprendre un rythme mais ça fait du bien aus­si de sor­tir de la routine. »

Yanis, appren­ti ven­deur au sein de la boutique. 
Capture d’écran 2022 11 18 à 14.45.09 1
Yanis, 23 ans, tra­vaille comme appren­ti
au sein de la bou­tique éphé­mère. Novembre 2022 ©A.T.

Yanis, 23 ans, rêvait d’être foot­bal­leur pro­fes­sion­nel. Après huit ans en centre de for­ma­tion à Auxerre, une bles­sure le contraint d’abandonner son rêve de gosse. À 18 ans, le jeune homme se retrouve sans diplôme. « Avec le foot, les études étaient deve­nues secon­daires alors après mon arrêt, je ne savais plus ce que je vou­lais faire. J’avais per­du tota­le­ment confiance en moi », raconte Yanis à Causette. Le jeune homme enchaîne tant bien que mal des petits bou­lots comme hôte de caisse ou ser­veur mais sans diplôme et sans expé­rience, il essuie aus­si beau­coup de refus. « Je suis car­ré­ment tom­bé en dépres­sion à ce moment-​là, je me levais hyper tard, je ne fai­sais rien de mes jour­nées », raconte-t-il.

Tout change il y a deux mois, lorsqu’il reçoit un mail de pôle emploi l’informant de l’ouverture des can­di­da­tures pour le pro­gramme Skola. « J’ai ten­té ma chance et j’ai été sélec­tion­né », lance-​t-​il avec fier­té. Aujourd’hui, le jeune homme dit prendre plai­sir à tra­vailler au sein de la bou­tique. « C’était dur au début de reprendre un rythme mais ça fait du bien aus­si de sor­tir de la rou­tine », sou­ligne Yanis. Pour cette courte for­ma­tion, le futur ven­deur est rému­né­ré 600 euros par Pôle emploi. Pour l’heure, ce qu’il pré­fère, c’est l’accompagnement des clientes. « C’est dingue, on com­mence même à avoir des habi­tuées », lance-​t-​il. Depuis l’ouverture, la bou­tique éphé­mère a fait 13 000 euros de chiffre de vente, pré­cise d’ailleurs Stéphane Dubail. Une belle somme qui montre pour lui, que le concept marche. 

Gérer les pro­blé­ma­tiques des jeunes 

Comme Yanis, d’autres vendeur·euses de la bou­tique vivent des situa­tions per­son­nelles com­pli­quées, voire très dif­fi­ciles, dans les­quelles la Fondation d’Auteuil a le rôle de les accom­pa­gner au mieux durant les deux mois de for­ma­tion. Pour la bou­tique Jennyfer du centre com­mer­cial Italie 2, c’est Maïté, conseillère Emploi-​Formation-​Réinsertion au sein de la Fondation, qui tient ce rôle. Elle est pré­sente les mar­di et mer­cre­di où elle reçoit à l’arrière de la bou­tique les jeunes pour faire le point indi­vi­duel­le­ment. « Je suis char­gée de créer un lien avec eux, résume-​t-​elle en sou­riant. Pour l’instant, c’est plu­tôt réus­si. » Maïté gère aus­si les sou­cis qu’ils·elles ren­contrent : de l’aide pour mon­ter un dos­sier de demande de loge­ment social pour l’une ou une oreille atten­tive pour l’un, son appui s’adapte aux jeunes. « Certains vivent des grosses pro­blé­ma­tiques, n’ont pas les res­sources suf­fi­santes pour quit­ter le domi­cile fami­lial alors qu’ils y vivent des vio­lences intra­fa­mi­liales, pointe-​t-​elle. D’autres n’ont même pas de loge­ment fixe, c'est un frein pour accé­der à l’emploi, qu’il faut résoudre d’ici l’examen. »

Selon la conseillère de la Fondation, la majo­ri­té de ces jeunes res­sent de la « colère », vis-​à-​vis des ins­ti­tu­tions et de la socié­té. « Ils se sentent par­fois aban­don­nés par le sys­tème et ont besoin de se déchar­ger, c’est impor­tant qu’ils puissent par­ler à quelqu’un de confiance », sou­ligne Maïté. Parfois, il y a des ratés, comme avec cette jeune fille qui ne donne plus de signe de vie. « Depuis le début, elle arrive en retard mais on ne la lâche pas, on l’appelle le matin. Mais là, ça fait plus d’une semaine qu’on n’a pas de nou­velles, c’est frus­trant mais on ne pour­ra pas l’inscrire à l’examen, elle a raté trop de cours », déplore la conseillère.

Sortir avec une pos­ture professionnelle 

Si le cas de cette jeune fille illustre bien que ce pro­gramme d'accompagnement n'est pas infaillible, Charlie Pourret, le for­ma­teur en inser­tion pro­fes­sion­nelle de la Fondation, se veut ras­su­rant pour le reste des troupes : « À l’heure où je vous parle, les deux tiers sont d’ores-et-déjà diplô­mables et sor­ti­ront d’ici avec une véri­table pos­ture pro­fes­sion­nelle », nous dit-il.

Cécilia Roussel, direc­trice des res­sources humaines du groupe Jennyfer, est tout aus­si confiante : « L’objectif, c’est de leur pro­po­ser le maxi­mum d’embauches à la fin. » C’est la pre­mière fois que l’entreprise par­ti­cipe à ce genre d’initiatives d'inclusion. « On renou­vel­le­ra l’expérience, les jeunes sont l’avenir de la vente, souligne-​t-​elle auprès de Causette. Il ne faut pas oublier qu’il y a de grosses pers­pec­tives d’évolution dans la boîte. » Qui sait, Yanis ou ses col­lègues apprenti·es vendeur·euses aujourd’hui, seront peut-​être les futur·es manageur·es de demain ? À voir l'accueil qu’ils·elles réservent à chaque nou­velle cliente, le défi sera pour sûr rele­vé haut la main. 

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
oleg laptev QRKJwE6yfJo unsplash

Tribune : “Parler de ‘réar­me­ment démo­gra­phique’, c'est reprendre la rhé­to­rique des mou­ve­ments anti-choix”

Danielle Bousquet, pré­si­dente de la Fédération natio­nale des Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) a choi­si Causette pour répondre aux annonces pré­si­den­tielles concer­nant la natalité.  TRIBUNE...