Exilée au Royaume-​Uni, l'enseignante afghane Angela Ghayour a créé des cours en ligne pour les Afghanes pri­vées d'école

Depuis la prise de Kaboul en août 2021, Angela Ghayour, ensei­gnante exi­lée au Royaume-​Uni, a créé un réseau de cours en ligne pour les jeunes filles afghanes.

71a6873 1
Angela Ghayour © Alex Mahieu

« Lorsque les tali­bans ont repris le pou­voir en Afghanistan, je sui­vais les nou­velles en direct sur les réseaux sociaux, j’étais en état de choc », raconte Angela Ghayour, d’une voix qui se brise. Enseignante de lit­té­ra­ture per­sane, cette Afghane de 37 ans avait dû fuir son pays en 2010 après des menaces de mort des tali­bans et l’assassinat de cinq de ses collègues.

Désormais ins­tal­lée au Royaume-​Uni, elle assiste avec sidé­ra­tion, comme le reste du monde, à la prise éclair de Kaboul par le mou­ve­ment fon­da­men­ta­liste en août 2021. « Après une nuit de déses­poir, je me suis dit qu’il fal­lait résis­ter. Ma seule arme, c’était l’éducation. Alors j’ai envoyé un mes­sage sur Instagram en disant : “Je peux ensei­gner, ceux qui peuvent don­ner des cours en ligne, rejoignez-​moi.” J’ai reçu des cen­taines de mes­sages dans la jour­née, des ensei­gnants du monde entier qui pro­po­saient d’aider. »

Face à l’afflux de sou­tiens, Angela entre­prend alors d’organiser un vaste réseau pour dis­pen­ser des cours aux jeunes filles, inter­dites d’enseignement secon­daire par les tali­bans. Ce sera sur Telegram, une appli­ca­tion cryp­tée qui per­met de com­mu­ni­quer dis­crè­te­ment. L’école en ligne, bap­ti­sée Herat Online School, a pour slo­gan « Le sty­lo au lieu du fusil » et compte désor­mais près de 1 700 élèves. Elle est ani­mée par 400 professeur·es, tous béné­voles, et pro­pose une soixan­taine de matières, langues, infor­ma­tique, sciences… mais aus­si art et musique, dont la pra­tique n’est plus auto­ri­sée dans le pays.

« Les inter­dits se sont mis à pleu­voir et nos élèves avaient per­du tout espoir, raconte Angela. Il a fal­lu les remo­ti­ver pour qu’elles pour­suivent leurs études. » L’enseignante y consacre ses jours et ses nuits béné­vo­le­ment, « j’ai même per­du mon tra­vail à cause de cet enga­ge­ment, mais la seule chose qui compte pour moi, c’est de voir le sou­rire de nos élèves ».

La pers­pec­tive que les écoles rouvrent pour les jeunes filles reste incer­taine. Les tali­bans ont invo­qué l’absence d’un « envi­ron­ne­ment sûr » et la néces­si­té d’une refonte des pro­grammes sco­laires dans leur ligne idéo­lo­gique. Un endoc­tri­ne­ment que redoute Angela : « L’accès à une véri­table édu­ca­tion est un enjeu majeur pour l’avenir du pays, car il s’agit aus­si de per­mettre à la nou­velle géné­ra­tion d’avoir un esprit cri­tique et de ne pas se lais­ser embri­ga­der. » En atten­dant, elle y tra­vaille indirectement. 

Lire aus­si l Afghanistan : Matiullah Wesa, l’homme qui défend l’école pour filles, a été arrêté

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés