fbpx
Twitter prix 2021 3

Alice Coffin : « Recevoir le Prix de l'essai fémi­niste Causette, c'est être légi­ti­mée après des mois d'attaques humi­liantes »

Le pro­pos du Génie les­bien, publié en sep­tembre par Alice Coffin, a été salué pour son éclai­rage sur la dimen­sion poli­tique du les­bia­nisme autant que cari­ca­tu­ré et défor­mé par celles et ceux qui ont choi­si d’y voir de la misan­drie. L’élue pari­sienne EELV et mili­tante fémi­niste a décro­ché, le 24 juin, la deuxième édi­tion du Prix de l’essai fémi­niste Causette.

Il y a trois jours, Alice Coffin publiait sur ses réseaux sociaux une décla­ra­tion des plus amères, main dans la main avec son avo­cate Me Clara Gandin. « Plainte contre le cybe­rhar­cè­le­ment mas­sif d’Alice Coffin : un dys­fonc­tion­ne­ment d’ampleur dans la lutte contre les cyber­vio­lences sexistes. » Dans ce texte, l’élue et son conseil affi­chaient leur décep­tion quant au deve­nir de la plainte contre X pour injures à rai­son du sexe et de l’orientation sexuelle et har­cè­le­ment en ligne dépo­sée en jan­vier auprès du pro­cu­reur de la République de Paris. « La semaine der­nière […], la nou­velle est tom­bée : l’enquête n’avait per­mis l’identification que d’un seul mis en cause [sur la ving­taine d’auteurs dont les mes­sages ont été sou­mis au par­quet, ndlr]. […] De fait, l’enquête appa­raît stop­pée s’agissant de la pour­suite des autres auteurs, y com­pris pour ceux dis­po­sant d’un compte nomi­na­tif. Quant au mis en cause iden­ti­fié, il écope d’un rap­pel à la loi. »

Cette impu­ni­té des cybe­rhar­ce­leurs déver­sant une haine mas­cu­li­niste et les­bo­phobe sur l’autrice du Génie les­bien (édi­tions Grasset) à chaque fois que son nom appa­raît dans l’actualité pèse sur sa san­té. Dans sa publi­ca­tion du 22 juin, Alice Coffin révèle être « médi­ca­men­tée » et que son « corps a été atteint à plu­sieurs endroits ». Le har­cè­le­ment a d’ailleurs dépas­sé le cadre d’Internet lors d’une confé­rence publique le 16 juin à Rouen, où l’élue venue par­ler fémi­nisme a été prise à par­tie, moquée et insul­tée par un groupe d’hommes iden­ti­taires et mas­cu­li­nistes qui sont mon­tés sur l’estrade pour per­tur­ber la ren­contre. Entretien avec celle qui aura lais­sé des plumes dans la publi­ca­tion d’un essai qui a défrayé la chro­nique, notam­ment parce qu’elle y affirme pré­fé­rer s’emparer d’objets cultu­rels (livres, musiques…) créés par des femmes plu­tôt que par des hommes afin de rééqui­li­brer quelque peu son pan­théon per­son­nel.

Comment réceptionnez-​vous ce prix, au moment où vous dénon­cez l’inaction de la jus­tice dans le trai­te­ment de votre plainte pour cybe­rhar­cè­le­ment ?
Alice Coffin :
Cela ne pou­vait pas mieux tom­ber, car j’étais un peu en apnée, à la recherche de bonnes nou­velles. J’étais déjà très heu­reuse de comp­ter par­mi une si belle sélec­tion d’autrices, dont les ouvrages sont for­mi­dables. Désormais, je suis très heu­reuse d’être lau­réate, car je ne suis pas habi­tuée aux féli­ci­ta­tions ins­ti­tu­tion­nelles et, en tant que titre de presse, Causette est une ins­ti­tu­tion. Ce que je veux dire par là, c’est que dans le contexte cultu­rel fran­çais, rece­voir un prix est une légi­ti­ma­tion. Il y avait déjà une pre­mière légi­ti­ma­tion de mon pro­pos, celle de la publi­ca­tion : il est très impor­tant que les luttes fémi­nistes et les­biennes soient mises à plat dans l’objet cultu­rel qu’est le livre.
Mais la paru­tion de l’ouvrage a entraî­né avec elle tant de délé­gi­ti­ma­tion, de ridi­cu­li­sa­tion à tra­vers la cari­ca­ture et la défor­ma­tion de mes pro­pos et d’humiliations, dans la presse comme sur les réseaux sociaux, que ce prix est une immense joie. Enfin, il vient confir­mer la théo­rie que je déve­loppe dans mon livre, à savoir qu’être les­bienne est une fête !

Pourquoi la façon dont le par­quet a trai­té votre plainte pour cybe­rhar­cè­le­ment est-​elle révé­la­trice d’un dys­fonc­tion­ne­ment glo­bal sur le sujet ?
A.
C. : Parce que si, dans mon cas pré­cis, il n’est pas pos­sible d’obtenir jus­tice, je n’imagine pas les immenses dif­fi­cul­tés pour des per­sonnes plus ano­nymes. Déjà, il faut savoir que j’ai pu por­ter plainte parce qu’en tant qu’élue muni­ci­pale mes frais d’avocats sont cou­verts, au titre de la pro­tec­tion fonc­tion­nelle des élus. J’ai por­té plainte au nom de l’intérêt géné­ral, car je crois que plus des déci­sions de jus­tice contre les cybe­rhar­ce­leurs seront ren­dues et média­ti­sées, plus cela ser­vi­ra aux poten­tielles pro­chaines vic­times.
Mais c’est un énorme tra­vail d’investissement de temps et d’énergie pour consti­tuer le dos­sier avec preuves solides et cir­cons­tan­ciées à l’appui et c’est une forte charge émo­tion­nelle, car il faut se replon­ger dans ces hor­reurs qui ont déjà beau­coup d’impact sur votre vie.
Alors quand on voit le résul­tat, que, sur une tren­taine de mes­sages sou­mis à l’appréciation du par­quet, un seul ait fait l’objet d’attention, c’est un coup de mas­sue. Je dirais même que c’est une forme d’abandon de la démo­cra­tie et ferais le paral­lèle, toutes pro­por­tions gar­dées, avec le manque de moyens mis en œuvre pour lut­ter contre les fémi­ni­cides.
Concernant mon cas, nous espé­rons mon avo­cate et moi que les choses ne vont pas en res­ter là, mais nous sommes bien conscientes que des plaintes pour cybe­rhar­cè­le­ment, la jus­tice en reçoit des dizaines par jour.

“C’est incroyable qu’on puisse entendre des dis­cours van­tant une éga­li­té réa­li­sée quand on voit les obs­tacles encore mis contre les femmes qui osent publier une pen­sée”

Cette année lit­té­raire, vous n’avez pas été la seule femme cybe­rhar­ce­lée après avoir publié un essai. Votre his­toire res­semble beau­coup à ce qu’a vécu Pauline Harmange avec la publi­ca­tion de Moi les hommes, je les déteste
A. C. :
Absolument. Presque au même moment que moi, l’autrice Pauline Harmange a publié Moi les hommes, je les déteste, qui a eu un suc­cès reten­tis­sant grâce à la volon­té d’un membre du cabi­net de Marlène Schiappa [alors secré­taire d’État à l’égalité femmes-​hommes, ndlr] de le faire cen­su­rer. Nos livres ont en com­mun de remettre en ques­tion la mas­cu­li­ni­té patriar­cale. Nous nous sommes ren­con­trées elle et moi, et nous en sommes venues à com­prendre que les réac­tions épi­der­miques à nos publi­ca­tions rele­vaient du même conser­va­tisme agres­sif : la mas­cu­li­ni­té est un sujet qu’on ne doit pas tou­cher. C’est incroyable qu’on puisse entendre des dis­cours van­tant une éga­li­té réa­li­sée quand on voit les obs­tacles encore mis contre les femmes qui osent publier une pen­sée.
Pour prendre la mesure du cybe­rhar­cè­le­ment qu’a vécu Pauline Harmange, je recom­mande vive­ment de voir le docu­men­taire #SalePute, actuel­le­ment dis­po­nible sur Arte, dans lequel elle et d’autres témoignent.

La période est satu­rée de vio­lences ver­bales et de har­cè­le­ment à l’encontre des femmes. En ce moment se tiennent les pro­cès des cybe­rhar­ce­leurs de la jeune Mila d’une part, du maga­zine Valeurs actuelles d’autre part suite à la publi­ca­tion d’une fic­tion aux relents racistes à l’encontre de la dépu­tée Danièle Obono l’été der­nier. En quoi l’esprit d’un cer­tain « génie les­bien » tel que décrit dans votre essai peut faire rem­part à cette haine ?
A. C. :
Le génie les­bien est une réflexion sur com­ment contour­ner les entraves à l’accès à la parole publique. Car j’en suis per­sua­dée : le cybe­rhar­cè­le­ment que je vis, celui qui touche la jeune Mila ou la vio­lence de l’attaque envers Danièle Obono, ce sont des ten­ta­tives pour nous faire taire ou étouf­fer dans l’œuf un dis­cours poli­tique.
Ce que j’essaie de mon­trer dans mon livre, c’est que nous, femmes les­biennes, cela fait des années que nous lut­tons de manière struc­tu­relle contre les conser­va­tismes et l’intolérance. Comme nous le fai­sons de manière coor­don­née à l’échelle inter­na­tio­nale avec la Conférence les­bienne euro­péenne.

Lire aus­si l Alice Coffin : « Le génie les­bien est une géné­ro­si­té poli­tique »

En tant que membre de la Conférence les­bienne euro­péenne, com­ment entendez-​vous vous mobi­li­ser au sujet du pro­jet de loi hon­grois met­tant au ban une pré­ten­due pro­mo­tion de l’homosexualité auprès des enfants ?
A. C. :
Nous nous réunis­sons mar­di avec des les­biennes hon­groises membres de la Conférence pour coor­don­ner des plai­doyers au niveau de la Commission euro­péenne [sa pré­si­dente, Ursula von der Leyen, a déjà dénon­cé un pro­jet de loi « hon­teux »]. La méthode de cette attaque homo­phobe en Hongrie, via une pré­ten­due pro­tec­tion des mineurs, a déjà a été vue ailleurs, en Russie par exemple. L’idée est de mettre au ban une par­tie de la popu­la­tion, de construire un enne­mi ima­gi­naire et de sus­ci­ter de l’intolérance là où il n’y en a pas for­cé­ment.
C’est extrê­me­ment inquié­tant, comme le sont aus­si la lâche­té et l’absence de sens his­to­rique de l’UEFA qui a refu­sé à la muni­ci­pa­li­té de Munich de parer le stade de la ville des cou­leurs du dra­peau LGBT en sou­tien aux LGBT hon­grois lors du match Allemagne-​Hongrie. L’UEFA se réfu­gie der­rière une excuse disant que le foot n’est pas un lieu poli­tique, ce qui est absurde. Ce refus est en soi poli­tique, c’est un signe de laisser-​faire à Viktor Orban. Or, être à la tête d’une ins­ti­tu­tion spor­tive de cette ampleur, d’un sport aus­si sui­vi et plé­bis­ci­té que le foot­ball vous donne une res­pon­sa­bi­li­té poli­tique à laquelle vous ne pou­vez vous sous­traire. Le sport, c’est de la poli­tique, ne serait-​ce que par le poids des images qu’il véhi­cule.

Pour ter­mi­ner sur une note plus douce, quels conseils cultu­rels la lau­réate du Prix de l’essai fémi­niste Causette et celle qui pro­meut les créa­tions cultu­relles fémi­nines pourrait-​elle don­ner à nos lec­trices pour l’été ?
A. C. :
Pour celles qui ont un peu plus de temps que d’habitude cet été, je recom­mande des clas­siques : le docu­men­taire No Gravity, de Silvia Casalino (OK, c’est la Yuri de mon livre [rires]) et la série Unbelievable.
Des nou­veau­tés : le pod­cast Dans son genre, avec Mathilde Forget ; le livre col­lec­tif Sororité, dans lequel Fatima Ouassak [lau­réate du prix du public du prix Causette] et moi on a écrit ! Le docu­men­taire Une his­toire à soi, actuel­le­ment en salles, et le livre Récits de la soif, de Leslie Jamison.
Et évi­dem­ment, toutes les œuvres sonores, visuelles, écrites des membres du jury et de toutes les sélec­tion­nées pour le prix !

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés