fbpx

Avec « Sororité », Chloé Delaume ras­semble ses sœurs de lettres

Les édi­tions Points lancent une col­lec­tion fémi­niste de livres de poche acces­sibles à tous et toutes. Non seule­ment elles repu­blient des textes majeurs (Le Regard fémi­nin, d’Iris Brey ; Testo Junkie, de Paul B. Preciado…), mais elles pro­posent aus­si des inédits comme Sororité, ouvrage col­lec­tif mar­rai­né par l’écrivaine Chloé Delaume.

delaume chloe 218 carree gros plan sophie couronne a
© Sophie Couronne

Causette : Comment s’est effec­tué le choix des autrices pour cet ouvrage ?
Chloé Delaume :
L’objectif était de créer un col­lec­tif inclu­sif, plu­riel. Une sorte de chœur soro­ral. Quatorze femmes aux par­cours, pra­tiques, pré­oc­cu­pa­tions dif­fé­rents. Des voix que nous avions envie, et peut-​être même besoin, d’entendre. Le recueil s’ouvre sur un texte de Lola Lafon et se ferme sur une inter­ven­tion d’Alice Coffin. Je ne pou­vais me pas­ser de Lydie Salvayre, qui est mon autrice favo­rite.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
book lot on table

La sélec­tion lit­té­raire de mai 2021

L’énigme du Sphinx Le nou­veau roman de Jodi Picoult com­mence fort, façon Netflix. Dawn, mère de famille dont le métier, « dou­la de fin de vie », consiste à accom­pa­gner les mou­rants dans leurs der­niers ins­tants, vient de sur­vivre...

114 marie pierre lafontaine dr

Les 20 plumes fémi­nines : Marie-​Pier Lafontaine

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...

114 Aude Lancelin la fièvre © Editions Les Liens qui libèrent

Les 20 plumes fémi­nines : Aude Lancelin

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...