Dans “L'Amour et la Révolution”, Johanna Silva passe au prisme du fémi­nisme sa rela­tion intime mal­heu­reuse avec François Ruffin

Publié aux édi­tions Textuel ce mer­cre­di, L’Amour et la Révolution raconte une his­toire d’amour dés­équi­li­brée au cœur d’une machine poli­tique lan­cée à vive allure sur le che­min de l’accession au pou­voir. Un récit cathar­tique qui décrypte les rap­ports de force entre un homme cha­ris­ma­tique et une femme de l’ombre à qui il doit tant.

Johanna Silva 1
Johanna Silva © Maud Pavé 

Disons-​le d’emblée : pas de #MeToo dans cet ouvrage, mal­gré une date de sor­tie for­cé­ment signi­fiante, à deux jours du 8 mars. Certes, la qua­trième de cou­ver­ture de ce récit à fleur de peau publié chez Textuel est sul­fu­reuse, indi­quant que de son aven­ture aux côtés de François Ruffin, l’autrice “est sor­tie meur­trie et gran­die”. S'il n’y a stric­te­ment rien de péna­le­ment répré­hen­sible dans le com­por­te­ment intime du dépu­té LFI tel que décrit par Johanna Silva, leur his­toire n'en reste pas moins inté­res­sante ain­si pas­sée au crible du fémi­nisme. Elle y dépeint les affres d’une rela­tion à deux vitesses, à deux inves­tis­se­ments oppo­sés, située dans un cadre pro­fes­sion­nel de subor­di­na­tion et aux contours bien trop flous puisque s’ajoute l’émulation mili­tante. Contexte qui par­ti­ci­pe­ra ample­ment à abî­mer la jeune femme.

En 280 pages,[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.