fbpx

Écologie : les Green blocs s’organisent

On les accuse d’« éco­ter­ro­risme ». Eux se défi­nissent comme un mou­ve­ment « anti­ci­vi­li­sa­tion­nel », chaud pour « sabo­ter » notre « civi­li­sa­tion » (mais, on vous ras­sure, sans s’en prendre aux indi­vi­dus). On vous pré­sente le groupe Deep Green Resistance, qui débarque en France.

love studio
© Samsul Alam Helal

L’effondrement ? « Hautement sou­hai­table » ; « Comment j’ai hâte ! » Tel est le type de réac­tions qu’inspire la chute de la civi­li­sa­tion aux acti­vistes de Deep Green Resistance. C’est peu dire que le mou­ve­ment porte un mes­sage non conven­tion­nel. Les intimes le sur­nomment « DGR ». Ce groupe éco­lo, né aux États-​Unis il y a dix ans, entend révo­lu­tion­ner la lutte pour la pla­nète. En France, on les croise aux manifs et autres évé­ne­ments mili­tants « depuis début 2020 », précise-​t-​on du côté d’Extinction Rebellion, autre gar­ne­ment de l’activisme éco­lo. Il est dif­fi­cile d’estimer com­bien de membres en font par­tie. Mais plus que leur nombre, leur exis­tence même bous­cule le mili­tan­tisme vert. 

La deep ecology

« Ça com­mence à faire du bruit dans le milieu, glisse notre source – ano­nyme –, on les voit faire leur recru­te­ment. On se dit “Wow, les sabo­teurs se mettent en place !” » Car, en plus des[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
2313470

Environnement : des plantes d'intérieur pas si vertes

Elles embellissent nos intérieurs, envahissent nos comptes Instagram, nous remontent le moral : les plantes d’agrément sont partout et nous font du bien.Mais les conditions de production et de vente, elles, sont loin d’être green et sont néfastes à...