fbpx
l epi de bri vente bio et solidaire a bondy 93 3
© Chloé Sharrock pour Causette

Reportage : Bondy à bicy­clette

En Seine-​Saint-​Denis, Brigitte a lan­cé une épi­ce­rie durable et soli­daire trac­tée par son vélo. Loin d’être une uto­pie bobo, l’initiative repose sur un modèle éco­no­mique et social ambi­tieux et sur le bien-​manger pour tous.

Une voi­ture rouge ralen­tit à l’angle de l’allée Racine, à Bondy (Seine-​Saint-​Denis), où est pos­tée la char­rette tirée par un vélo. La vitre se baisse et le conduc­teur – un homme d’une ving­taine d’années – hèle les pié­tons qui sta­tionnent à côté de l’étrange convoi : « Qu’est-ce qu’on vend ici ? » « C’est une épi­ce­rie durable et soli­daire », lui répond-​on. Le jeune homme ouvre des yeux grands comme des sou­coupes avant de lâcher sur un ton aus­si éton­né que défi­ni­tif : « Ouh là… bon cou­rage ! » Ce « bon cou­rage », nul doute que Brigitte Nuchelmans a dû l’entendre plus d’une fois depuis qu’elle s’est lan­cée dans son pro­jet d’épicerie itiné­rante à Bondy. Dans un pays où la gen­tri­fi­ca­tion se mesure entre autres à l’implantation des maga­sins bio dans les villes, on note que Bondy n’en compte pas. La com­mune d’un peu plus de 53 000 habitant·es affiche un taux de chô­mage de 16,3 % – envi­ron le double du taux natio­nal – et un reve­nu médian annuel de 15 978 euros, contre 20 150 euros de moyenne hexa­go­nale.

Retour quelques heures en arrière : dans la cour de son petit pavillon, non loin de la gare de Bondy, Brigitte pré­pare sa tour­née. Dans sa char­rette pen­sée avec le concours d’une coopé­ra­tive ren­naise, elle orga­nise les pro­duits qu’elle va aller vendre dans plu­sieurs endroits de la ville : la rhu­barbe, la chi­co­rée, les carottes ­– toutes bio – côtoient les abri­cots secs et la semoule com­plète, mais aus­si les pro­duits de beau­té Baumora – conçus à Bondy –, ou encore les volailles et la cré­me­rie pro­po­sés par des petits pro­duc­teurs de Seine-​Maritime. Les client·es ont pas­sé com­mande via un for­mu­laire sur Internet, mais la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés