whatsapp image 2023 01 31 at 15.30.45 2
© Camille Pineau

Retraites : dans le cor­tège d'Angoulême, on veut croire que « c’est encore négociable »

En cette deuxième jour­née de mobi­li­sa­tion géné­rale contre le pro­jet de réforme des retraites, à Angoulême, entre 8 et 13 mille per­sonnes ont défi­lé mar­di 31 jan­vier entre le devant de la gare et l'Hôtel de ville pour récla­mer « la retraite à 60 ans ». Rencontres.

WhatsApp Image 2023 01 31 at 15.30.45 3
Phillipe Bouty © Camille Pineau 

Phillipe Bouty, 55 ans, pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal de la Charente (divers gauche) :
« Je suis ici pour faire face à ce gou­ver­ne­ment de casse sociale et cette loi injuste qu'est la retraite à 64 ans. Mais je suis aus­si ici parce que, bien avant nous, il y a des gens qui se sont bou­gés et qui se sont bat­tus pour avoir une retraite à un âge décent. Je crois que la mobi­li­sa­tion d'aujourd'hui, comme la mobi­li­sa­tion d'il y a bien­tôt 15 jours, prouve que les Françaises et les Français ont un mes­sage à envoyer au gou­ver­ne­ment. 64 % d'entre eux se sentent concer­nés par cette réforme de retraite. Cette loi est injuste, elle péna­lise par­ti­cu­liè­re­ment les femmes, mais aus­si les gens qui subissent de la péni­bi­li­té au tra­vail. Je pense aux métiers du bâti­ment notam­ment et aux métiers d'aide à la per­sonne. Et là oui, il y a bon nombre de femmes qui sont tou­chées. Je vous le dis, cette réforme est injuste. Dans l'histoire, les mou­ve­ments sociaux ont fait bou­ger les choses, donc, moi, je ne déses­père pas. »

WhatsApp Image 2023 01 31 at 15.30.45 4
Perrine et Remy © Camille Pineau 

Remy, 35 ans, ven­deur et Perrine, 26 ans, auto-​entrepreneuse. 
Remy : 
« Je suis là pour expri­mer mon mécon­ten­te­ment, qui va au-​delà des retraites. J'ai fait bar­rage aux élec­tions parce qu'il le fal­lait, mais main­te­nant qu'ils font ce qu’ils veulent, leur manière de gou­ver­ner ne me cor­res­pond plus. J’ai enten­du qu'Elisabeth Borne avait dit que l’âge de départ à 64 n'était plus négo­ciable, et c'est pour ça aus­si que je suis là aujourd'hui. La seule réponse qu'ils ont à chaque fois, c'est "vous devez tra­vailler plus", comme si on ne tra­vaillait déjà pas assez. Ou alors la fameuse "oui, mais regar­dez ailleurs". Et puis, il y a ce ministre [Franck Riester, ministre des Relations avec le Parlement, ndlr] qui a recon­nu que le recul de l’âge de départ péna­li­sait par­ti­cu­liè­re­ment les femmes, mais on fait comme si ce n’était pas grave. Il y a des com­bats au-​delà de la retraite qui sont à mener aujourd'hui pour le gou­ver­ne­ment, comme en effet l'égalité hommes-​femmes. Il fau­drait déjà régler ça avant de nous dire de tra­vailler plus. Je pense que c’est impor­tant de mon­trer une mobi­li­sa­tion forte, comme on voit ici à Angoulême, on sent vrai­ment que les gens en ont marre. » 
Perrine : « Moi je[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés