Unknown
Les notes de pré-rentrée de Diane © A.C.

Rentrée : « Quand le pro­vi­seur a énu­mé­ré la liste des profs qui man­quaient encore, je me suis dit, punaise, on n’est pas rendu ! »

Pour cette nou­velle année sco­laire, Causette vous pro­pose de voguer sur la galère de celles et ceux qui ont choi­si le répu­té « plus beau métier du monde » avec sa série « Tohu Bahut » : un rendez-​vous régu­lier avec Diane, jeune prof d'anglais qui débute dans un lycée de la région pari­sienne, la fleur au fusil.

Tohu Bahut, épi­sode 1

Diane1 est une jeune femme de 24 ans, l'œil doux, les convic­tions en ban­dou­lière et « la taille des élèves de 4e » qu'elle a eus l'année der­nière en Bretagne. Désormais, il est pro­bable qu'elle soit plus petite que certain·es de ses élèves, puisqu'elle vient d'intégrer un lycée du Val‑d'Oise (95), où elle ensei­gne­ra l'anglais à des élèves de tout niveau.

Alors que l'actualité de cette ren­trée sco­laire est satu­rée par le sac de nœuds que repré­sente le recru­te­ment de 4 000 contractuel·les (per­sonnes qui n'ont pas pas­sé le concours de recru­te­ment des ensei­gnants) pour com­bler le manque de profs, Causette a déci­dé de don­ner la parole pen­dant toute une année à cette pro­fes­seure débu­tante pour com­prendre les rouages d'un métier exer­cé avec pas­sion et pour­tant si décrié. D'un com­mun accord, nous avons choi­si de rendre son témoi­gnage ano­nyme, afin qu'elle soit plus libre de ses pro­pos. Pour ce pre­mier épi­sode, nous avons cueilli Diane dans un café, au len­de­main de sa pré-​rentrée, pour com­prendre dans quel état d'esprit elle se trouve à la veille de ren­con­trer ses pre­miers élèves.

Premiers pas. « Hier, c'était la pré-​rentrée des profs, et j'ai décou­vert mon lycée, qui accueille envi­ron 1 600 élèves et 150 pro­fes­seurs. C’est très grand, laby­rin­thique même, mais il est bien. Les col­lègues m'ont paru de pre­mier abord super sym­pas, très soli­daires. Figurez-​vous que le rendez-vous[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
  1. le pré­nom a été modi­fié[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
l1005718

Aides aux exi­lées : les femmes au taquet

Parmi les bénévoles de l’aide aux migrant·es et aux réfugié·es, il n’y a quasiment que des femmes. Ce sont elles qui, à tous âges, nourrissent, orientent et défendent l’humanité des déraciné·es. De Calais à la campagne jurassienne en passant par la...