Publicité
CAUSETTE HAPPY MANAGEMENT
© Grégoire Gicquel pour Causette

Le « happiness management », de la pure com

Pour Florent Bonnel, consultant en ressources humaines, ces politiques très en vogue de bien-​être au travail sont à côté de la plaque.
Dans ses travaux de thèse*, il a démontré, entre autres, que
le bien-​être professionnel repose sur des actions au niveau collectif. 

Causette : On dit que, dans l’Antiquité, le travail était associé à la torture et que le bonheur était dans l’oisiveté. La question du « bonheur au travail » est-​elle récente ? 

Florent Bonnel : Non, elle n’est pas récente. Dès le milieu du XIXe siècle, à l’époque de Germinal, les ouvriers commencent à se poser la question des risques du travail sur leur santé physique. Ce qui est plus récent, c’est que l’on s’intéresse à la souffrance mentale. Et surtout le fait que la question soit posée par les employeurs, plus seulement par les employés. Dès les années 1930, l’industriel Henry Ford a affirmé qu’un salarié heureux était un salarié plus productif. L’idée est devenue plus convaincante pendant les Trente Glorieuses, au moment où le rapport de force s’est inversé.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
112016 femmes victimes violence 1

Violences faites aux femmes : le 3919 en danger ?

Pour étendre les horaires du numéro d’écoute dédié aux femmes victimes de violences, le gouvernement souhaite lancer un marché public. Une décision qui alarme la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), en charge de la ligne depuis sa création...