clay banks cEzMOp5FtV4 unsplash
© Clay Banks / Unsplash

IVG ins­tru­men­tales : les sages-​femmes dénoncent une demi-avancée

Depuis dimanche, les sages-​femmes peuvent pra­ti­quer des IVG ins­tru­men­tales en milieu hos­pi­ta­lier, mais seule­ment si quatre méde­cins sont aus­si présent·es sur site. Les professionnel·les dénoncent une attaque "insi­dieuse" à l’IVG.

L’annonce est enfin tom­bée au Journal offi­ciel. Depuis dimanche der­nier, les sages-​femmes peuvent pra­ti­quer des inter­rup­tions volon­taires de gros­sesse (IVG) ins­tru­men­tales en milieu hos­pi­ta­lier, jusqu’à 14 semaines de gros­sesse. L’intervention, qui consiste à aspi­rer le conte­nu de l’utérus après dila­ta­tion du col, est réa­li­sée sous anes­thé­sie locale ou géné­rale. Elle n’était pra­ti­quée jusqu’à pré­sent que par les méde­cins tan­dis que les sages-​femmes étaient déjà habi­li­tées à pra­ti­quer l’IVG médi­ca­men­teuse depuis 2016.

Votée dans la loi "Gaillot" de mars 2022 visant à ren­for­cer le droit à l’avortement, la mesure devait "consti­tuer une réponse forte aux difficultés[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.