girl in white and black striped tank top lying on bed
©Helena Lopes

Caroline Chautems : « C’est impor­tant de défendre l’accès des femmes allai­tantes à la sphère publique »

Donner le sein à son enfant sur un banc public, assise à la ter­rasse d’un café ou dans la file d’attente d’un super­mar­ché ne devrait pas être un acte révo­lu­tion­naire. Pourtant, nom­breuses sont les femmes à subir des œillades gênées, des dis­cri­mi­na­tions voire des vio­lences phy­siques lorsqu’elles réa­lisent en public cet acte banal de la vie quo­ti­dienne. Alors qu'on ne compte plus les scan­dales et polé­miques liées à l'allaitement en public en France, la Belgique semble d'ailleurs avoir pris les devant en ins­tal­lant début août son pre­mier banc d'allaitement dans la ville de Courtrai.
À l’occasion de la semaine mon­diale de l’allaitement orga­ni­sée par l’Unicef et l’OMS qui se tient du 1er au 7 août, Caroline Chautems, doc­teure en anthro­po­lo­gie et cher­cheuse post doc­to­rante à l’Université de Lausanne explique à Causette pour­quoi l’allaitement en public sus­cite encore de vives réac­tions alors qu'il devrait être nor­ma­li­sé.

capture decran 2021 08 05 a 13.51.24
©Félix Imhof.

Causette : En mai, une jeune maman se pre­nait une gifle parce qu’elle nour­ris­sait au sein son bébé de six mois dans la file d’attente d’un point relais. Début juillet c’est la maman d’un bébé de deux mois qui se voit priée de ran­ger son sein à Disneyland Paris par un agent du parc. Qu’est-ce que ces inci­dents tra­duisent de l’allaitement en public aujourd’hui ? 
Caroline Chautems : Cette année on a effec­ti­ve­ment vu en France une série d’incident de ce type qui montre que l’allaitement sus­cite tou­jours des réac­tions émo­tion­nelles fortes. C’est un acte banal, mais qui peut être vu comme une trans­gres­sion des fron­tières morales entre la fonc­tion sexuelle et mater­nelle des seins. Ces deux fonc­tions sont alors pen­sées par certain·es comme com­pé­ti­tives, voire anta­go­nistes. Dans un contexte d’hypersexualisation du corps fémi­nin, on a ten­dance à valo­ri­ser davan­tage la fonc­tion sexuelle des seins que la fonc­tion phy­sio­lo­gique.
C'est-à-dire que le sein doit d’abord assu­rer sa fonc­tion sexuelle et res­ter dis­po­nible pour le ou la par­te­naire avant d’assurer sa fonc­tion mater­nelle. Allaiter dans un lieu public c’est donc, dans cette pers­pec­tive, don­ner aux seins une place[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés