book lot on table
© Tom Hermans

La sélec­tion lit­té­raire de mai 2021

L’énigme du Sphinx
9782330147150 couv 300 a
Le Livre des deux che­mins, de Jodi Picoult,
tra­duit de l’anglais (États-​Unis) par Marie Chabin.
Éd. Actes Sud, 512 pages,
23 euros. 

Le nou­veau roman de Jodi Picoult com­mence fort, façon Netflix. Dawn, mère de famille dont le métier, « dou­la de fin de vie », consiste à accom­pa­gner les mou­rants dans leurs der­niers ins­tants, vient de sur­vivre mira­cu­leu­se­ment à un acci­dent d’avion. Contre toute attente, elle ne rentre pas chez elle auprès de ses proches. Direction Le Caire, où elle retrouve son pre­mier amour – et rival – qu’elle a connu quinze ans aupa­ra­vant, à l’époque où elle se des­ti­nait, comme lui, à une car­rière d’égyptologue. Entre les val­lées d’Al-Minya, de Deir el-​Bersha, les vil­lages anciens de la Moyenne Égypte, elle s’interroge. Comment en est-​elle arri­vée là ? Qu’a‑t-elle lou­pé ? Bien sûr, il y a la crise de la qua­ran­taine, l’effroi d’avoir frô­lé la mort. Mais il y a bien plus. Entre explo­ra­tions phi­lo­so­phiques sur la fin de la vie, le corps, les mondes paral­lèles, les jeux de séduc­tion entre anciens amants, Jodi Picoult, fou­droyante de style et d’intelligence, nous offre un ver­tige lit­té­raire et l’envie de croire qu’en culti­vant le « jar­din des peut-​être », une deuxième chance est pos­sible.

Le prix d’être femme
djavann c a
Et ces êtres sans pénis !,
de Chahdortt Djavann.
Éd. Grasset, 234 pages,
19,50 euros.

Tout·e écrivain·e n’a qu’un pays : celui de sa langue. On connaît l’adage. Depuis Je viens d’ailleurs (2002), Chahdortt Djavann le crie et l’écrit. Née[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 Aude Lancelin la fièvre © Editions Les Liens qui libèrent

Les 20 plumes fémi­nines : Aude Lancelin

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...