fbpx

Jeunes autrices : coup de fouet sur la lit­té­ra­ture éro­tique

En 2011, le pre­mier tome de Cinquante nuances de Grey débou­lait dans les librai­ries fran­çaises et dopait le mar­ché du livre éro­tique. Dix ans plus tard, les pra­tiques de lec­ture ont évo­lué avec l’avènement du numé­rique, mais le désir pour la new romance, le genre le plus en vogue, ne s’éteint pas, sur­tout auprès du public fémi­nin. Pourtant, l’image de la sexua­li­té dépeinte dans ces ouvrages peine sou­vent à sor­tir des cli­chés. Heureusement, de jeunes autrices tentent de faire rimer éga­li­té avec prendre son pied. 

fauteuil livre A
© Emmanuelle Descraques pour Causette

Le site offi­ciel de l’écrivaine bri­tan­nique E. L. James est d’un rose intense. Intense comme la rela­tion entre les deux pro­ta­go­nistes de Cinquante nuances de Grey, la saga qu’elle écrit depuis dix ans et dont elle a déjà écou­lé 150 mil­lions d’exemplaires dans le monde. Intense comme les scènes de sexe, très expli­cites, qui ont fait le suc­cès de ses ouvrages où se mêlent grands sen­ti­ments et petits coups de cra­vache. Intense, sur­tout, comme le sus­pense qu’entretient la papesse de la Provocative Romance – c’est écrit tel quel sur la page d’accueil – depuis quelques semaines avec la sor­tie, le 16 juin en France, du sixième et der­nier volet de Cinquante nuances de Grey

Ce tome conclu­sif inti­tu­lé More Grey est racon­té du point de vue de Christian Grey, magnat des télé­coms tour­men­té et pas­sion­né de domi­na­tion. Pour celles qui feraient sem­blant de ne pas savoir de quoi il retourne, on résume : Cinquante nuances, ou Fifty Shades en VO, narre avec moult rebon­dis­se­ments l’histoire d’amour et de bon­dage qui unit Anastasia Steele, jeune étu­diante en lit­té­ra­ture, et Christian Grey, un homme puis­sant, très riche et bran­ché SM. Et, à pro­pos d’union – atten­tion, rou­le­ments de tam­bour –, More Grey débute par l’annonce du mariage de Christian et Anastasia !

Sur la cou­ver­ture, la pho­to en noir et blanc d’une main avec une alliance à l’annulaire donne le ton. Voilà qui contraste avec les menottes et le masque véni­tien des livres pré­cé­dents. Ils se marièrent et eurent beau­coup d’enfants ? Ouhhh, ça décoiffe ! Pourtant, cette fin tra­di­tion­nelle et conve­nue ne semble pas décou­ra­ger les afi­cio­na­das. Dans son bureau des édi­tions Jean-​Claude Lattès, la mai­son qui publie les livres d’E. L. James, déjà ven­dus à près de 8 mil­lions d’exemplaires en France, Véronique Cardi, la grande patronne, se frotte déjà les mains. « Nous allons tirer à 150 000 exem­plaires, en fonc­tion des com­mandes des libraires, ce qui s’annonce vrai­ment très bien. Il y a une attente autour de ce livre et je suis curieuse de voir com­ment il va être reçu, commente-​t-​elle. Il faut se sou­ve­nir du phé­no­mène pla­né­taire que ça a repré­sen­té il y a dix ans. Ce suc­cès a don­né nais­sance à un seg­ment édi­to­rial à part entière : la romance ou new romance. » 

Cinquante nuances a effec­ti­ve­ment fait plein de bébés et ouvert la voie à toute une série d’ouvrages, sou­vent écrits par des femmes, qui reprennent le même sché­ma nar­ra­tif : une demoi­selle inex­pé­ri­men­tée ren­contre un homme cha­ris­ma­tique ou[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
112 journal intime camille besse

Ode au jour­nal intime

Pendant cette crise, beaucoup se sont (re)mis·es à poser leurs pensées
sur le papier. Causette chante les louanges de ce précieux allié, qui les a aidé·es à avancer : le carnet intime.