fbpx

Florence Porcel : « La fic­tion per­met un res­pect de ma pudeur que le témoi­gnage ne rend pas possible »

On connaît Florence Porcel pour sa chaîne Youtube, ses chro­niques radio et ses ouvrages de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique. La jeune femme passe à la fic­tion avec Pandorini, un roman qui raconte au plus près la zone grise et le phé­no­mène d’emprise. Un vrai roman post-#MeToo.

Porcel c Valeria Pacella A

Causette : Jusqu’ici, vous écri­viez plu­tôt des livres sur le sys­tème solaire ou les secrets de l’univers. Qu’est-ce qui vous a don­né envie de pas­ser à la fic­tion ? Florence Porcel : J’écris de la fic­tion depuis que je sais écrire ! C’est juste que je n’ai jamais été édi­tée dans ce genre avant Pandorini. La vul­ga­ri­sa­tion est arri­vée par hasard dans mon[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 marie pierre lafontaine dr

Les 20 plumes fémi­nines : Marie-​Pier Lafontaine

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...