VEGA CarmenMaria 1 4 A
© A. Di Crollalanza / Flammarion

Carmen Maria Vega : « Un ami, c'est celui qui est bran­ché en Wi-​Fi avec vos émotions »

On la connaît pour ses chansons, sa voix et sa performance dans la comédie musicale Mistinguett. Reine des années folles. Ou comme actrice dans la pièce multirécompensée Le Gros Diamant du prince Ludwig. Aujourd’hui, elle raconte son incroyable histoire dans un livre : Le Chant du bouc. Adoptée au Guatemala à l’âge de 3 mois, elle se lance dans une enquête sur ses origines et découvre qu’elle a été victime d’un trafic d’enfants. Carmen Maria Vega répond à notre Questionnaire de Woolf.

Causette : Les livres marquants de la « bibliothèque » de vos parents ? 

Carmen Maria Vega  : Mon père lit principalement des bandes dessinées, et ma culture de la SF a commencé grâce à la BD Le Vagabond des limbes, créée par le dessinateur Julio Ribera et par le scénariste Christian Godard. C’était un peu érotique par moments, j’avais l’impression de lire des choses interdites mais facilement à ma portée. J’en garde des souvenirs émus. Par la suite, j’ai commencé à m’attaquer à Stephen King, mon frère avait absolument tous ses livres. Ça a continué de forger ma passion pour le surnaturel, l’horreur, les fantômes, les cimetières indiens et autres réjouissances de villes désertiques des contrées oubliées des États-Unis. J’avais été fascinée par ­l’album Désolation. J’ai une grande passion pour l’intégrale de Claude Serre aussi, mention spéciale pour La Médecine. Encore des dessins. Les arts plastiques ont une place importante pour moi. Ma mère, elle, avait absolument tous les Agatha Christie et les Ken Follett. On est une famille très enquêtes policières finalement. Pour ma part, j’adore Blacksad, de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido. Grande passion pour l’anthropomorphisme. C’est la BD que j’ai le plus offerte.

Les lieux de votre enfance ? 

C. M. V. : Digne-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Je continue d’ailleurs d’y aller tous les étés avec une tripotée de copains. Mon oncle a une maison qu’il retape depuis plus de quarante ans en bord de rivière entre les montagnes. C’est le plus beau ciel étoilé que j’ai eu l’occasion de voir, la Voie lactée semble si proche. Orcières-Merlette aussi, au-dessus de Gap. C’est là-bas que j’ai appris à faire du snowboard. J’y ai passé un nombre incalculable ­d’hivers. Et bien sûr Lyon 9, où j’ai grandi. Je suis très attachée à ma ville, elle me manque tous les jours.

Avec qui aimeriez-vous entretenir une longue correspondance ? 

C. M. V. : Avec Marguerite Duras, pour lui demander pourquoi elle était si persuadée de la culpabilité de Christine Villemin dans l’affaire Grégory. J’aurais beaucoup de questions à lui poser sur cette étrange prise de position, presque ésotérique, ça m’a semblé incroyable. Non qu’il n’existe pas de crimes de femmes. Mais cette écrivaine si libre s’est-elle rendu compte qu’elle condamnait davantage cette mère ?

Une grande histoire d’amour avec une personne du même sexe ? 

C. M. V. : Angelina Jolie. Elle est mon fantasme ultime. La brune aux yeux verts à forte poitrine. Bouche généreuse, charisme mystérieux et autoritaire. Dans un autre genre, Robin Wright, période Forest Gump. Sensible, forte, extrêmement ­sensuelle. Et toujours cette poitrine. J’ai un problème avec les grosses poitrines, je n’en suis pas pourvue. Par conséquent, j’avoue que, de manière primaire, ça me fascine. Le corps des femmes, c’est de toute façon magnétique.

Que faites-vous dans vos périodes de dépression ? 

C. M. V. : Couette, chocolat au lait avec éclats de caramel au beurre salé, Netflix. La solitude. Je n’aime pas être avec des gens quand je suis down. Et comme je suis une femme et qu’à chaque ovulation j’ai envie de me pendre, c’est une journée par mois où j’essaie de ne surtout pas imposer ma présence. On n’est pas égaux avec les hormones. Moi, ça dure vingt-quatre heures d’enfer et d’idées noires. Dieu merci, le reste du temps et surtout le lendemain, j’oublie tout et c’est à nouveau la fête de la blague. C’est un problème, parce que, tous les mois, je suis cueillie, j’oublie pourquoi je suis de si mauvaise humeur en ce jour de SPM [syndrome prémenstruel, ndlr]. Il faut que j’attende la fin de journée pour que je réalise que c’était juste ce jour maudit du mois. J’ai un genre de déni des règles. C’est vraiment une des inventions les plus nulles de la terre, ce projet de menstruations.

Que faites-vous dans vos périodes d’excitation ? 

C. M. V. : Si mon emploi du temps me le permet (donc pas en ce moment !!), la teuf, la teuf, la teuf, les copains, la rigolade. Bien manger, du bon vin, blanc, de la danse et beaucoup de ­sottises. Zéro drogue. Je déteste ça. C’est un problème, cette cocaïne que les gens consomment­ comme des clopes aujourd’hui. Ça m’horripile.

Votre remède contre la folie ? 

C. M. V. : Les copains. 

Vous tenez salon. Qui invitez-vous ?

C. M. V. : Philippe Katerine, Marc Rebillet, Cléa Vincent, Mathias Malzieu  et la troupe de Madame Arthur. On est sûr que personne ne s’écoutera comme ça. Ahahaha ! Mais on est sûr de bien rire et peut-être de composer de la musique folle pour une revue absurde et lyrique. 

Le secret d’un couple qui fonctionne ? 

C. M. V. : La patience, l’écoute, le rire et le cul le cul le cul. 

Si vous aviez une seule question à poser à Freud ? 

C. M. V. : « Pourquoi Sigmund ? Elles sont trop longues tes psychanalyses, un bon EMDR* et n’en parlons plus. »

LA chose indispensable à votre liberté ? 

C. M. V. : Mon indépendance. 

Le deuil dont vous ne vous remettrez jamais ? 

C. M. V. : Mes chats.

Que trouve-t-on de particulier dans votre « chambre à vous » ?

C. M. V. : Beaucoup de bondieuseries et d’images érotiques. Ma maison est un boudoir.

À quoi reconnaît-on un ami ? 

C. M. V. : Quand il vous connaît mieux que vous-même. Quand il sent avant vous que ça ne va pas. Le fameux coup de fil du pote qui est branché en Wi-Fi avec vos émotions. Ils sont peu nombreux et si précieux. 

Quel est le comble du snobisme ? 

C. M. V. : Ignorer quelqu’un sous prétexte qu’il n’a pas le look qu’il faudrait ou la même origine sociale. Ou qu’il ne fait pas la même musique, le même théâtre, le même cinéma que soi-même. Je trouve ça assez odieux, surtout dans nos milieux qui, au départ, se veulent tolérants et ouverts. Les gens sont en réalité très fermés.

Qu’est-ce qui occupe vos pensées « nuit et jour » ?

C. M. V. : Comment faire mieux qu’hier ?

Vous démarrez un journal intime. Quelle en est la première phrase ? 

C. M. V. : « Chère moi, tu es plusieurs en toi et sans doute tu te demandes comment composer avec tous ces “toi”. Fais-toi confiance, c’est une chance, la route va être longue et après tout, c’est tout ce qu’on se souhaite, ne jamais trouver toutes les réponses pour continuer de créer. » Signé : Moi, Moi et Moi. #egotrip. 

* EMDR : Eye movement desensitization and reprocessing. Thérapeutique utilisée pour soigner les personnes atteintes de perturbations émotionnelles généralement liées à des traumatismes psychologiques.

Partager
Articles liés
C.Tison 13

Christophe Tison : Moi, Lolita

Plus de soixante ans après la parution du très controversé roman de Nabokov, le journaliste et écrivain Christophe Tison donne voix à la plus célèbre enfant abusée de la littérature.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.