Que voir au ciné ce mer­cre­di 5 avril ?

On craque pour Normale, d'Olivier Babinet, Kokon, de Leonie Krippendorff, Relaxe, d’Audrey Ginestet et About Kim Sohee, de July Jung.

jour 2 normale 085 1 scaled 1
Justine Lacroix et Benoît Poelvoorde dans Normale
Normale

Comment trai­ter un sujet grave sans tom­ber dans le pathos ? En adop­tant une forme hybride, par exemple entre rêve et réa­li­té… C’est le choix auda­cieux qu’a fait Olivier Babinet en adap­tant Le Monstre du cou­loir, la pièce si ter­ri­ble­ment drôle de David Greig, et il a eu raison.

Déjà auteur du joli­ment déca­lé Poissonsexe en 2020, ce cinéaste franco-​poétique nous entraîne cette fois dans le sillage de Lucie, 15 ans, qui vit seule avec son père atteint de sclé­rose en plaques dans une petite ville de la grande ban­lieue pari­sienne. Autant dire qu’entre la prise en charge d’un pater­nel gen­ti­ment rock’n’roll, les affres de la puber­té et un petit bou­lot pour arron­dir les fins de mois, son quo­ti­dien n’est pas facile-​facile. Surtout quand une assis­tante sociale se met à bous­cu­ler cet équi­libre précaire…

Piochant dans le fan­tas­tique, flir­tant avec le teen movie comme avec la chro­nique sociale, le réa­li­sa­teur nous fait la grâce, heu­reu­se­ment, d’éviter le film dos­sier. De fait, tout concourt ici pour évi­ter l’apitoiement. Du tra­vail sur les cou­leurs et les décors (ni l’époque ni le lieu ne sont clai­re­ment iden­ti­fiés) à l’humour tendre et sur­réa­liste qui tapisse son récit, Normale prend constam­ment la tan­gente et c’est bien vu. D’abord, parce que ce doux vaga­bon­dage colle idéalement[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
asmahane wikimedia

Asmahan, diva indomptée

Cette princesse druze à la voix d’or a lutté contre le pouvoir des hommes pour vivre sa féminité et son art. De la Syrie à l’Égypte, elle a chanté l’amour au cinéma et fricoté avec les services secrets britanniques, avant de disparaître...