En salles : « Adieu les cons »

2020 07 21 adieu les cons 1201
© Gaumont Distribution 

Trois ans après l’énorme suc­cès d’Au revoir là-​haut, son film pré­cé­dent, Albert Dupontel nous embarque dans une fable déto­nante. Adieu les cons, qui s’appuie cette fois sur un scé­na­rio ori­gi­nal, entre­mêle ain­si l’univers de la comé­die roman­tique à celui de la satire dys­to­pique (l’esthétique du Brazil de Terry Gilliam lui a ser­vi de modèle) et du pam­phlet, aus­si anar que désespéré. 

Au cœur de ce récit ambi­tieux, qui tacle notre monde si peu humain, un trio impro­bable consti­tué d’une femme malade en quête de son enfant aban­don­né à la nais­sance, d’un génie infor­ma­tique lami­né par le sys­tème et d’un archi­viste aveugle et enthou­siaste ! L’union fait leur force, ­d’autant que ces trois bras cas­sés sont inter­pré­tés par Virginie Efira, Albert Dupontel lui-​même et Nicolas Marié. Intenses, bar­rés, émou­vants : ils étincellent. 

Partager
Articles liés
2DFKM28 scaled e1693995073882

Camille Cottin : « Même si "Toni en famille" dresse le por­trait d’une femme, cela n’en reste pas moins un film cho­ral, plein d’énergie, de débor­de­ments, de générosité… »

Qui d’autre qu’elle pour passer d’une méga production américaine (House of Gucci) à un joli film intimiste français (Toni en famille), et pour impressionner chaque fois ? Rencontre avec Camille Cottin, actrice éclatante... qui s’éclate comme jamais.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.