296206254 5334362299975092 1197672983423458664 n
(©Facebook/United Nations Biodiversity)

COP15 sur la bio­di­ver­si­té : les enjeux de ce som­met déci­sif pour « répa­rer le monde »

La COP15 sur la bio­di­ver­si­té se tient du 7 au 19 décembre à Montréal, au Canada, afin de conclure un accord his­to­rique et évi­ter une pos­sible sixième extinc­tion de masse.

« Aucune excuse. Finis les ater­moie­ments. Il est temps de conclure un pacte de paix avec la nature. » C'est avec ces mots qu'António Guterres, le secré­taire géné­ral de l’ONU, a sou­hai­té aler­ter les consciences, mar­di, à la veille de l'ouverture de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité.

« C'est à nous de répa­rer le monde que nous avons. À nous de ché­rir ce mer­veilleux cadeau. À nous de faire la paix avec la nature. Je vous en conjure, faites ce qu'il faut, agis­sez pour la Nature, la bio­di­ver­si­té et l'humanité », a pour­sui­vi l'ancien Premier ministre portugais.

« Un mil­lion d’espèces végé­tales et ani­males mena­cées d’extinction »

La COP15, qui se tient à par­tir de ce mer­cre­di à Montréal au Canada, quelques semaines après la clô­ture de la COP27 cli­mat de Charm-​el-​Cheikh, réunit plus de 190 pays pour adop­ter un pacte « sur le monde vivant », à savoir « un trai­té pour la conser­va­tion et l'utilisation durable de la diver­si­té bio­lo­gique », expliquent les Nations unies dans un com­mu­ni­qué. Ce texte, appe­lé Convention sur la diver­si­té bio­lo­gique (CDB), sera le pre­mier adop­té depuis les objec­tifs d'Aichi (Japon) sur la bio­di­ver­si­té de 2010. Elle devra défi­nir des objec­tifs sur dix ans, afin d'éviter une sixième extinc­tion de masse.

En 2010, les gou­ver­ne­ments s'étaient notam­ment enga­gés à réduire de moi­tié la perte d'habitats natu­rels et à mettre en œuvre des plans de consom­ma­tion et de pro­duc­tion durables. Mais selon un rap­port du Secrétariat de la Convention sur la diver­si­té bio­lo­gique, « aucun des ces objec­tifs n'a été plei­ne­ment atteint », sou­lignent les Nations unies. Ce qui rend d'autant plus impor­tante cette actuelle COP15. Car la pla­nète « connaît un dan­ge­reux déclin de la nature dû à l’activité humaine » et « est confron­tée à sa plus grande perte de vie depuis les dino­saures »« Un mil­lion d’espèces végé­tales et ani­males sont aujourd’hui mena­cées d’extinction », alerte l'ONU.

Des mesures « ambi­tieuses et réalisables »

Vingt objec­tifs doivent être dis­cu­tés et inté­grés à la Convention sur la diver­si­té bio­lo­gique. Parmi eux, la réduc­tion de l'utilisation des pes­ti­cides, la lutte contre les espèces enva­his­santes, la réforme ou la sup­pres­sion de sub­ven­tions nui­sibles à l'environnement, et l'accroissement du finan­ce­ment de la pro­tec­tion de la nature par des sources publiques et privées.

« Les mesures doivent être à la fois ambi­tieuses et réa­li­sables si l’on veut que de réels pro­grès soient accom­plis. Elles devront s’attaquer aux cinq prin­ci­paux fac­teurs directs de la perte de bio­di­ver­si­té : le chan­ge­ment de l’exploitation des mers et des terres, la sur­ex­ploi­ta­tion des orga­nismes, le chan­ge­ment cli­ma­tique, la pol­lu­tion et les espèces non indi­gènes enva­his­santes », résume l'ONU.

Les nations réunies au Canada ont jusqu'au 19 décembre pour se mettre d'accord. « Il est vital qu’un accord soit trou­vé à Montréal et que le déclin de notre monde natu­rel soit stop­pé », concluent les Nations unies. 

Lire aus­si l À la COP 27, la Caravane afri­caine pour le cli­mat fait entendre la voix des popu­la­tions en pre­mière ligne de la catas­trophe climatique

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.