fbpx
edefbef2 ccd3 47a1 922c 7f6f4247599a
Délali Apegnowou (à gauche) et Oumou Modibo Keita © DR

À la COP 27, la Caravane afri­caine pour le cli­mat fait entendre la voix des popu­la­tions en pre­mière ligne de la catas­trophe climatique

Financée par Oxfam, la Caravane afri­caine pour le cli­mat réunit 170 orga­ni­sa­tions de la socié­té civile de 28 pays afri­cains en pointe sur le com­bat contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Causette tire le bilan de sa pré­sence à la COP 27 avec deux de ses pro­ta­go­nistes, la Malienne Oumou Modibo Keita et la Togolaise Délali Apegnowou.

Ils et elles veulent faire bou­ger les lignes et faire payer aux pays riches les consé­quences d'un réchauf­fe­ment cli­ma­tique qu'ils·elles subissent au quo­ti­dien. Les membres de la Caravane afri­caine pour le cli­mat, qui réunit 170 orga­ni­sa­tions de la socié­té civile de 28 pays afri­cains, ont sillon­né pen­dant plu­sieurs semaines leurs ter­ri­toires pour sen­si­bi­li­ser les popu­la­tions au fac­teur humain du réchauf­fe­ment cli­ma­tique et faire remon­ter leurs doléances. L'opération a été menée grâce à un finan­ce­ment d'Oxfam.

Dès l'ouverture de la COP 27 le 6 novembre, une délé­ga­tion de cette ini­tia­tive inédite s'est ren­due sur place à Charm el-​Cheikh en Égypte pour faire entendre la voix des popu­la­tions par­mi les plus expo­sées aux consé­quences du dérè­gle­ment cli­ma­tique : les per­sonnes habi­tant le conti­nent afri­cain. Ambition : exi­ger des pays riches qu'ils paient leur dette éco­lo­gique envers les pays en voie de déve­lop­pe­ment, his­to­ri­que­ment beau­coup moins émet­teurs d'émission de gaz[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés