Biosphoto.2009887
© S. Garcia Fernandez/Biosphoto

Au grand bleu, les petits remèdes

Être subversif·ve, c’est aussi trouver le beau là où ça suinte, des promesses là où ça schlingue. Alors Causette, équipée d’un masque et d’un tuba, est partie à la pêche aux belles idées et a trouvé cinq sources d’espoir pour tenter de sauver le plus vaste dépotoir de la planète : l’océan. 

Y a bien besoin d’un p’tit remontant, cette année, en contemplant les vaguelettes de la pointe du Raz ou les crabillons de la Côte d’Azur. Le WWF annonce plus d’une tonne de plastique déversée en Méditerranée chaque seconde, 100 % des tortues marines contaminées aux microparticules, selon une étude codirigée par Greenpeace, pfiouuu… Mais plutôt que de noyer ça dans le Spritz à l’apéro, prenez un shot d’espoir. Car certain·es se sont rappelé que l’eau salée composait 70 % de la surface de la planète et ont remonté leurs manches. Projets fous ou inventions simples, leurs meilleures idées, listées ici en cinq sources d’espoir, pourraient nous aider à préserver le Grand Bleu. 

1. Aspis des[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
conti10552 1949nb17

Anita Conti : la chasse à la surpêche

Elle est la première femme océanographe française. Avec son appareil photo et ses carnets, elle a su se faire adopter par le monde fermé des marins et a contribué à la prise de conscience écologique sur la fragilité des océans.

jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, botaniste et embarquée clandestine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...