fbpx
FWAap SXkAEETWv
De gauche à droite : Isabelle Motrot, Béatrice Barbusse, Brigitte Henriques, Najat Vallaud-Belkacem, Marie Barsacq.

On vous raconte la jour­née Causette "Sport : la (belle) revanche des femmes !"

À l’occasion de la sor­tie de son hors-​série « Femmes et Sport », Causette a orga­ni­sé ven­dre­di 24 juin une jour­née d'échanges consa­crés à la place des femmes dans le milieu spor­tif et aux repré­sen­ta­tions que les Français·es ont du sport féminin.

Des expert·es et des passionné·es de sport. Ce ven­dre­di 24 juin, Causette a réuni pour une jour­née de tables-​rondes du beau monde pour dres­ser les constats et des­si­ner les pers­pec­tives de la place des femmes dans le sport, à l'occasion de la sor­tie d'un numé­ro hors-​série dédié aux spor­tives – ama­trices comme pro­fes­sion­nelles – et au moment où trois grandes com­pé­ti­tions spor­tives fémi­nines inter­na­tio­nales vont ryth­mer l'année : l'Euro fémi­nin de foot­ball qui débute le 6 juillet en Angleterre, la Coupe du monde fémi­nine de rug­by qui com­mence en octobre en Nouvelle-​Zélande et l'Euro fémi­nin de hand­ball en novembre, entre Slovénie, Monténégro et Macédoine du Nord.

Pour démar­rer cette jour­née, Romain Lejeune, res­pon­sable des études du groupe TF1 est venu pré­sen­ter les résul­tats d'une étude étude exclu­sive sur la per­cep­tion que les Français·es ont du sport fémi­nin, menée par TF1 et Causette. Réalisée sur un échan­tillon repré­sen­ta­tif de 694 répondant·es de 18 à 64 ans, elle per­met de mesu­rer le che­min par­cou­ru en termes de légi­ti­mi­té du sport fémi­nin. Parmi les chiffres clés, 91% des Français·es estiment ain­si que les spor­tives de haut niveau devraient être aus­si bien payées que leurs confrères. Ou encore que 72% des per­sonnes inter­ro­gées aime­raient voir davan­tage de sport fémi­nin à la télé­vi­sion. Retrouvez d'autres chiffres essen­tiels de cette étude dans ce thread Twitter et plus encore dans notre numé­ro hors-​série, actuel­le­ment en kiosques.

La mati­née s'est pour­sui­vie avec une table ronde regrou­pant des inter­ve­nantes de haute volée : Brigitte Henriques (pré­si­dente du Comité natio­nal olym­pique et spor­tif fran­çais) ; Béatrice Barbusse, (socio­logue du sport, enseignante-​chercheuse à l’université de Créteil, ancienne hand­bal­leuse de haut niveau) ; Najat Vallaud-​Belkacem (ex-​ministre
de la Ville, de la Jeunesse et des Sports) et Marie Barsacq (direc­trice Impact
et Héritage du Comité d’organisation des Jeux olym­piques de Paris 2024) avaient une heure pour débattre d'un sujet qui aurait pu néces­si­ter une jour­née entière : sport, la fin du sexisme ?

L'occasion pour Béatrice Barbusse de faire rire l'assistance lorsqu'elle révè­le­ra que lorsque la ministre Najat Vallaud-​Belkacem a ins­tau­ré des quo­tas de pari­té de 40% de femmes dans les ins­tances diri­geantes des fédé­ra­tions spor­tives, elle a lais­sé faire à la fédé de hand une mau­vaise inter­pré­ta­tion de la loi, qui concer­nait seule­ment les ins­tances natio­nales : « Pour se mettre en confor­mi­té avec la loi, la fédé de hand a modi­fié son règle­ment en sti­pu­lant que ces 40% devaient aus­si se retrou­ver dans les ins­tances régio­nales et dépar­te­men­tales, et je me suis bien gar­dée de signi­fier qu'on n'y était pas obli­gé », a‑t-​elle pré­ci­sé. Vous pou­vez revivre cette table ronde dans ce thread Twitter.

La pre­mière table ronde de l'après-midi s'est inté­res­sée au rôle de la presse et des dif­fu­seurs, avec cette ques­tion : sport fémi­nin, un pari ris­qué pour les médias ? Pour en débattre, Julien Millereux, direc­teur des sports du groupe TF1 ; Géraldine Pons, direc­trice des sports d'Eurosport France ; Carole Bienaimé Besse, membre de l’Arcom et Dominique Courdier, rédac­teur en chef du média spé­cia­li­sé News Tank Football. 

Au pro­gramme : la lutte pour visi­bi­li­ser le sport fémi­nin et lui faire de la place à la télé­vi­sion, la radio ou dans la presse écrite, alors que le son­dage pré­sen­té dans la mati­née montre que le public est deman­deur. D'ailleurs, a témoi­gné Julien Millereux de TF1, cela fonc­tionne puisque la dif­fu­sion de la coupe du monde fémi­nine de foot­ball sur la chaîne en 2019 a réuni 10 mil­lions de téléspectateur·rices. Mais cette table ronde a éga­le­ment été l'occasion de reve­nir sur la défla­gra­tion sus­ci­tée par le docu­men­taire Je ne suis pas une salope, je suis jour­na­liste de Marie Portolano sur le sexisme que subissent les jour­na­listes spor­tives. Par ici l'intégralité de notre thread Twitter sur cette table ronde.

Enfin, cette jour­née s'est conclue sur un débat inti­tu­lé : la femme est-​elle l'avenir des équi­pe­men­tiers spor­tifs ? Pour y répondre, nous avons accueilli Magali Tézenas du Montcel, délé­guée géné­rale de Sporsora (une asso­cia­tion regrou­pant les acteur·rices éco­no­miques du sport) ; Aude Fraïoli-​Marçal, res­pon­sable com­mu­ni­ca­tion de Wilma, une jeune marque qui a fait le pari de se lan­cer dans les cuis­sards mens­truels pour femmes cyclistes, et Ségolène Giraudier, à la tête de la branche euro­péenne de Pantys, une marque de culottes mens­truelles qui a déve­lop­pé une col­lec­tion de vête­ments pour s'exercer pen­dant ses règles.

Parler des équi­pe­men­tiers spor­tifs, c'est s'intéresser à la fois aux tenues adap­tées pour les spor­tives, qu'elles soient ama­trices ou pro­fes­sion­nelles, et au rap­port entre les ath­lètes et les marques qui les spon­so­risent. « Les fans de sport sont de plus en plus exi­geants sur le fait d’avoir des femmes ath­lètes dans les cam­pagnes de pub. Les marques sont donc très vigi­lantes à inté­grer de plus en plus de femmes spor­tives dans leur équipe d’ambassadeurs », observe ain­si Magali Tézenas du Montcel. Vous pou­vez retrou­ver l'intégralité du live-​tweet par là.

Lire aus­si l Hors-​série n° 20 l Spécial sport féminin

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés