Pragmatique prévention sexuelle dans les foyers de travailleurs étangers

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une vingtaine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « animateur de prévention ». Il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexualité et les conduites addictives. 

99 kpote © Kim Doan Quoc
© Kim Doan Quoc

Une fois qu’une lutte a décroché sa « Journée mondiale », elle finit par déserter la rue pour des cérémonies protocolaires, où des gens influents s’échangent des pin’s, le pétillant à la main. Le 1er décembre, journée dévolue à la lutte contre le sida, n’a pas échappé à la règle et le terrain se sent orphelin des militants, remplacés par des jeunes en service civique pas toujours rompus aux débats de stand. Pour fuir les grand-​messes, j’étais, le 1er décembre 2018, en Seine-​Saint-​Denis, dans le hall d’un foyer de travailleurs étrangers aux peintures défraîchies. En attendant mes deux partenaires de prévention, deux femmes d’origine congolaise, la secrétaire m’a expliqué que depuis qu’ils accueillaient des migrants en urgence, l’ambiance était plus[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
Celyn Buch 10  A

La tête dans le vrac

J’ai décidé de faire ma transition écologique : fini le plastique, à bas les légumes hybrides aux pesticides, les plats tout préparés, haro sur le cadavre animal…