fbpx
198489492 522373515558948 4837319648259282310 n
©AT

Santé men­tale : les psy­cho­logues dans la rue pour défendre leur pro­fes­sion

Les psy­cho­logues se sont mobilisé·es lors de mani­fes­ta­tions sur l'ensemble du ter­ri­toire jeu­di 10 juin. En cause, l’annonce d’un pro­to­cole de rem­bour­se­ment de dix consul­ta­tions de trente minutes à 22 euros, sous condi­tion.

Environ 400 manifestant·es (selon la police) s'étaient don­né rendez-​vous jeu­di 10 juin, à quelques dizaines de mètres du minis­tère de la Santé dans le 7ème arron­dis­se­ment de Paris. Psychologues indépendant·es, mais aus­si psy­cho­logues de l’Éducation natio­nale, psy­cho­thé­ra­peutes, étudiant·es et enseignant·es-chercheur·euses en psy­cho­lo­gie ont répon­du, à Paris mais aus­si dans d'autres villes fran­çaises, à l’appel du 10 juin lan­cé par le Syndicat National des Psychologues (SNP), la CGT, l’association Siueerpp (qui regroupe des enseignant·es-chercheur·euses en psy­cho­lo­gie) et la Fédération fran­çaise des psy­cho­logues et de psy­cho­lo­gie (FFPP). Les psy­cho­logues, d’ordinaire davan­tage habitué·es à écou­ter, veulent cette fois faire entendre leur colère qui monte depuis quelques mois déjà contre une série de mesures gou­ver­ne­men­tales visant à « para­mé­di­ca­li­ser » et donc, selon elles et eux, « pré­ca­ri­ser » la pro­fes­sion. 

Une séance de 30 minutes payée et rem­bour­sée 22 euros revien­dra à 10 euros net pour le psy­cho­logue. « On va devoir mul­ti­plier les rendez-​vous pour com­pen­ser. Mais un psy qui fait quinze consul­ta­tions par jour, c’est un psy épui­sé, pas dis­po­nible pour ses patients », souligne Marion Thélisson, psy­cho­logue cli­ni­cienne qui reçoit aujourd'hui jusqu'à neuf patient·es par jour. Car à cette somme, il faut encore déduire le loyer du cabi­net, les for­ma­tions et les dif­fé­rents outils thé­ra­peu­tiques à la charge seule du psy­cho­logue.

197072407 828284078070875 2352077440576903049 n
©AT

L'agacement qui se lit sur les pan­cartes bran­dies lors du ras­sem­ble­ment pari­sien. « Ni bra­dés, ni sou­mis », « On vous écoute, écoutez-​nous », « Psychologues bra­dés = patients sacri­fiés ». Dans le viseur des manifestant·es, un pro­to­cole de l'Assurance mala­die pro­po­sant le rem­bour­se­ment de dix séances de psy­cho­thé­ra­pie de 30 minutes cha­cune, pour un mon­tant de 22 euros. Les psy­cho­logues sont en très grande majo­ri­té favo­rables au rem­bour­se­ment des séances qui favo­ri­se­rait l’égalité d’accès aux soins – jusqu'à pré­sent, seules les consul­ta­tions en psy­chia­trie sont rem­bour­sées par la sécu­ri­té sociale – mais dénoncent der­rière ce pro­cé­dé un « manque cruel de res­pect et de recon­nais­sance » de la part du gou­ver­ne­ment.

Dans ce dis­po­si­tif, le public dési­reux d’entamer un accom­pa­gne­ment psy devra ain­si préa­la­ble­ment pas­ser par un méde­cin géné­ra­liste, qui lui seul juge­ra s’il est néces­saire de voir un·e psy­cho­logue. « Nous serions sous la tutelle des méde­cins qui pour­raient nous deman­der d’utiliser telle ou telle thé­ra­pie, tel ou tel outil, dénonce Chloé Duchemin, psy­cho­logue cli­ni­cienne en poste depuis un an dans une ins­ti­tu­tion pari­sienne. Nous ne serons plus libres d’exercer comme nous en avons l’habitude, mais les plus impac­tés seront d’abord les patients. » 

Des psy­cho­logues sous tutelle

Car, plus grave encore selon les manifestant·es, pas­ser par son méde­cin géné­ra­liste pour­rait fina­le­ment s’avérer être un par­cours du com­bat­tant lorsqu’on entame un pro­ces­sus de soin pour la pre­mière fois. « Pour beau­coup, c’est déjà com­pli­qué de faire la démarche d’aller voir soi-​même un psy­cho­logue, pour­suit la jeune psy­cho­logue de 25 ans. Avec ce pro­jet, le patient devra expo­ser son his­toire per­son­nelle, ses souf­frances à plu­sieurs reprises, à son méde­cin d'abord et ensuite à son psy. Cela peut être néfaste pour des per­sonnes fra­giles. » Néfaste, voire dan­ge­reux craignent les psy­cho­logues, dans le cadre des vio­lences conju­gales : pour pou­voir béné­fi­cier du rem­bour­se­ment de dix séances, une femme devra d'abord s'adresser à son méde­cin de famille qui peut être le même que celui de son conjoint violent.

Et un autre point de cette mesure sus­cite des cris­pa­tions. Dans le cas où le·la méde­cin géné­ra­liste accep­te­rait la pres­crip­tion d’une thé­ra­pie, le·la psy­cho­logue devra lui four­nir un compte ren­du au terme des dix séances afin que le·la méde­cin décide de nou­velles séances. « Les méde­cins pres­cri­ront des séances sans tenir compte des besoins du patient et alors qu’ils ne sont pas for­més à la psy­cho­lo­gie, ils ne sont pas qua­li­fiés pour cela, réagit Servane Legrand, pré­si­dente de l’Association natio­nale des psy­cho­logues pour la petite enfance (A.NAP.PSY.p.e) et psy­cho­logue cli­ni­cienne depuis 23 ans. C’est cho­quant et ça n’a pas de sens. » 

« On nous demande d’intervenir pour accom­pa­gner les gens et en même temps, on voit une pro­fes­sion qui se pré­ca­rise. »

Martine Ravineau, psy­cho­logue à la pro­tec­tion judi­ciaire de la jeu­nesse depuis 35 ans et membre du SNP.

« Se rendre chez un psy­cho­logue, ce n’est pas comme prendre des séances chez un kiné, ajoute Lucie, psy­cho­logue libé­rale depuis 3 ans. On ne sait pas au début du pro­ces­sus de soin, de com­bien de séances le patient aura besoin. Il faut aus­si pen­ser à la bru­ta­li­té de l’arrêt. Nous sommes là pour créer des liens, et d’un coup au bout de dix séances, ce lien s’arrête. » Sans comp­ter la durée de ces séances. « C’est très court 30 minutes, sou­ligne Marion Thélisson, psy­cho­logue cli­ni­cienne libé­rale depuis 5 ans. Un rendez-​vous dure en réa­li­té entre 45 minutes et 1H30 selon les besoins. » 

198672818 314037673721392 5915313744855286567 n
©AT

La crise sani­taire a mis en lumière la néces­si­té de prendre soin de sa san­té men­tale. On a, à vrai dire, jamais autant sol­li­ci­té les psy­cho­logues que depuis le Covid 19. « On nous demande d’intervenir pour accom­pa­gner les gens et en même temps, on voit une pro­fes­sion qui se pré­ca­rise », dénonce Martine Ravineau, psy­cho­logue à la pro­tec­tion judi­ciaire de la jeu­nesse depuis 35 ans et membre du SNPP. À l’image du chèque psy, opé­ra­tion­nel depuis février, qui per­met aux étudiant·es de béné­fi­cier d’un accom­pa­gne­ment psy­cho­lo­gique sur six séances maxi­mum, d’un mon­tant de 30 euros cha­cune. Là encore, le dis­po­si­tif est cri­ti­qué par la pro­fes­sion. « Le chèque psy a été la goutte d’eau qui a fait débor­der le vase, indique Chloé Duchemin. Favoriser l’accès aux soins psy­chiques est une néces­si­té mais pas comme ça. » Car là encore, les étudiant·es doivent pas­ser par la case méde­cin géné­ra­liste avant de toquer à la porte d’un cabi­net libé­ral. 

Une expé­ri­men­ta­tion en cours 

Dans un rap­port ren­du en février 2021, la Cour des comptes s’est dite favo­rable au rem­bour­se­ment par la Sécurité sociale des séances chez le psy­cho­logue libé­ral. Les Bouches-​du-​Rhône, la Haute-​Garonne, les Landes et le Morbihan l’expérimentent déjà depuis 2018 sous l’égide de l’Assurance-maladie. Une mesure qui, selon la Cour, per­met­trait de désen­gor­ger les Centres Médico Psychologiques (CMP) qui accueillent le public gra­tui­te­ment.

Mais les psy en libé­ral craignent que la mesure les péna­li­ser eux. « Je suis en train de faire construire mon cabi­net, si le pro­jet passe, je le loue­rais un AirBnB, ça sera plus ren­table », iro­nise Guillaume Lelong, psy­cho­logue depuis 2016 et membre du col­lec­tif Manifestepsy créé en réac­tion au pro­jet de rem­bour­se­ment. Chloé, elle, désire s’installer en libé­ral d’ici un an mais craint de ne pou­voir suivre finan­ciè­re­ment. « J’ai peur car vivant à Paris, les loyers seront for­cé­ment exor­bi­tants. » 

198132031 286201263206432 7480167467368973632 n
©AT

Écarté·es du Ségur de la san­té il y a un an, les psy­cho­logues réclament aujourd’hui l'annulation de ce pro­to­cole tout en admet­tant qu’un meilleur accès aux soins psy­chiques est néces­saire. « Je trouve ça super que le gou­ver­ne­ment cherche à amé­lio­rer l’accès à la san­té men­tale, sou­ligne Lucie. Mais il devrait plu­tôt ren­for­cer les ins­ti­tu­tions déjà exis­tantes comme les CMP, les mai­sons des ados ou les hôpi­taux psy­chia­triques. Il ne faut pas oublier qu’on attend par­fois un an pour obte­nir un rendez-​vous dans un CMP. »

Avec cet appel du 10 juin, les psy­cho­logues demandent au gou­ver­ne­ment de rétro­pé­da­ler et en pro­fitent pour faire valoir leurs reven­di­ca­tions : la créa­tion de postes, de moyens sup­plé­men­taires pour les ins­ti­tu­tions ain­si qu’une reva­lo­ri­sa­tion des salaires à la hau­teur des cinq années d’études et des 500 heures de stage néces­saires pour obte­nir le titre de psy­cho­logue.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés