1599px Assemblée Nationale Seine
©Jebulon

Quatre ans plus tard, la majo­ri­té consent à ins­crire le droit à l’avortement dans la Constitution

À la suite de la déci­sion de la Cour suprême des États-​Unis remet­tant en cause le droit à l’IVG, le groupe Renaissance a annon­cé, same­di matin, le dépôt d’une pro­po­si­tion de loi pour l’inscrire dans la Constitution fran­çaise, alors même que les député·es LREM avaient reje­té à deux reprises cette ini­tia­tive por­tée par la gauche. La Nupes sou­haite désor­mais un texte commun. 

Sanctuariser le droit à l’avortement. À l’heure où la Cour suprême des États-​Unis a annu­lé, ven­dre­di, l’arrêt emblé­ma­tique Roe v. Wade, garan­tis­sant aux Américaines l’accès à l’IVG au niveau natio­nal, deux groupes par­le­men­taires fran­çais sou­haitent désor­mais l’inscrire dans le marbre de la Constitution, afin de le pro­té­ger. Son ins­crip­tion en ferait alors un droit fon­da­men­tal. « Nous vou­lons l’inscrire pour qu’on ne puisse plus reve­nir sur cette conquête essen­tielle du droit des femmes », a annon­cé, ven­dre­di sur Twitter, Mathilde Panot, la pré­si­dente du groupe La France insou­mise (LFI), qui sou­hai­tait pro­po­ser cette mesure « dès lun­di » à ses cama­rades de la Nupes. Mais, à peine l’avait-elle annon­cé, que son homo­logue macro­niste Aurore Bergé lui grillait la poli­tesse en dépo­sant son propre texte same­di matin.

Lire aus­si I Le Missouri est le pre­mier État amé­ri­cain à inter­dire l'avortement après la déci­sion de la Cour suprême

Dans la fou­lée de la dépu­tée Aurore Bergé – dont la pro­po­si­tion de loi sti­pule que « nul ne peut être pri­vé du droit à l’interruption volon­taire de gros­sesse » -, les député·es de l’intergroupe de la Nupes1 ont donc pris le train en marche en annon­çant same­di, dans un com­mu­ni­qué, leur volon­té de dépo­ser « un texte[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
  1. Mathilde Panot, pré­si­dente du groupe LFI, Boris Vallaud, pré­sident du groupe Socialistes et appa­ren­tés, Julien Bayou et Cyrielle Chatelain, copré­si­dents du groupe éco­lo­giste et André Chassaigne, pré­sident du groupe GDR[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
shutterstock 667410454 A

PMA : qui pour suivre La Manif pour tous ?

« La mobi­li­sa­tion peut être immense », assu­rait encore récem­ment Ludovine de La Rochère, pré­si­dente de La Manif pour tous (LMPT), lors d’une interview-​étape de son mara­thon média­tique. Depuis des semaines, elle tra­vaille à...