fbpx

« OVA » : on a infil­tré la start-​up nation des pick-​up artists

On connais­sait les « pick-​up artists » ces hommes hété­ros s'échangeant des conseils plus que dou­teux pour "séduire" les femmes. Aujourd’hui, ils renou­vellent leurs méthodes, à base de tech­niques mar­ke­ting et d'une nov­langue toute per­son­nelle, à uti­li­ser en ville ou sur les réseaux sociaux. L’une de nos jour­na­listes a infil­tré OVA, un groupe Facebook où envi­ron 250 hommes se par­tagent ces tech­niques de mani­pu­la­tion pour obte­nir des rela­tions sexuelles de la part d’inconnues. Immersion.

© Mahmudul Hasan Shaon
© Mahmudul Hasan Shaon

Au début, on dirait un groupe Facebook de star­tu­pers ubé­ri­sés qui parlent busi­ness plan. Il s’appelle « OVA [Groupe Privé] ». Dedans, envi­ron 250 mecs, entre 20 et 30 ans, s’entraînent à « open » en « DHV » grâce aux « sub­coms » ou à des tech­niques comme l’« open loop » afin de « close ». En lisant ce cha­ra­bia contem­po­rain, on pense à un PowerPoint façon école de com­merce. Puis on tombe sur des cap­tures d’écran de conver­sa­tions. Des dis­cus­sions écrites, avec des filles uni­que­ment. Il y a aus­si des enre­gis­tre­ments audio et vidéo. Des échanges cap­tu­rés à l’insu des inter­lo­cu­trices, via un copain-​caméraman caché au coin de la rue ou un smart­phone mis en mode dic­ta­phone. En com­men­taire de ces publi­ca­tions, la horde s’épanche. Elle ana­lyse la per­for­mance des hommes et ren­ché­rit de conseils. C’est là que l’on com­prend.

Leur but est bien loin d’être le mon­tage finan­cier de la pro­chaine appli de livrai­son à domi­cile. Il s’agit de pick-up artists ver­sion 3.0. Des hommes qui se par­tagent des tech­niques rhé­to­riques et com­por­te­men­tales pour obte­nir des rela­tions sexuelles de la part de femmes qu’ils ciblent dans la rue ou sur les réseaux sociaux, le plus rapi­de­ment pos­sible. « Finis les conseils flous comme “écou­ter la fille” ou “lui faire pas­ser un bon moment” », pro­met un admi­nis­tra­teur, grâce au « plan d’attaque sec et pré­cis » pro­di­gué dans ce groupe secret. Au mépris, par­fois, du consen­te­ment des femmes.

« Instant sex report »

Le groupe Facebook est né d’une conver­sa­tion WhatsApp entre potes, en 2020. D’amis en amis, la com­mu­nau­té a gros­si. Elle est cha­peau­tée par les pre­miers membres, qui sont pour la plu­part admins. Ce noyau dur est accom­pa­gné de quelques membres pri­vi­lé­giés (un groupe par­ti en virée en Espagne notam­ment, pour chas­ser col­lec­ti­ve­ment dans la rue). Ils publient des vidéos de coa­ching et répondent à chaque inter­ro­ga­tion de leur com­mu­nau­té sur les tech­niques pour « abor­der ».

Parmi la petite dizaine de fon­da­teurs : des cita­dins de grandes villes, employés dans la musique ou l’évènementiel, un diplô­mé de pré­pa, un nom à par­ti­cule. L’un d’eux est cofon­da­teur d’une chaîne YouTube de vul­ga­ri­sa­tion et de réflexion sur l’actualité répu­tée de gauche. Nulle expli­ca­tion claire quant au nom du groupe. Il semble lié à l’identité du fon­da­teur, mais nous n’avons pas pu le véri­fier.

Pour édu­quer les foules, Achille*, l’un des élus qui a par­ti­ci­pé au petit voyage en Espagne, par­tage par exemple son « ins­tant sex report, Madrid ». Un texte long comme six pages de maga­zine, dans lequel il détaille com­ment il a ren­con­tré une fille dans la rue, a appli­qué les tech­niques ensei­gnées sur le groupe et a fini par la convaincre de se mas­tur­ber mutuel­le­ment. Pas pos­sible d’aller plus loin car « ça ne fai­sait que deux semaines qu'elle avait rom­pu avec son ex » et parce qu’elle devait par­tir, « son père l’attendait », précise-​t-​il. « Sacrée his­toire, conclut Achille, le tout en 2H, mer­ci le game ». Le com­men­taire d'un membre ponc­tue : « magni­fique expé­rience que tu as vécue ».

CHOQUANT
Schéma expli­ca­tif de l’objectif d'OVA.
VIDÉO COMMENTÉE
Exemple de vidéo tour­née à l'insu des femmes abor­dées dans la rue (un « infield »), com­men­tée par deux admins.
Méthode for­ceps

Le « game », c’est le mot pour décrire le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés