François Piquemal, dépu­té LFI : « Avec cette nou­velle loi anti-​squat, la majo­ri­té choi­sit de se faire syn­di­cat des multipropriétaires »

Les débats sur la pro­po­si­tion de loi « visant à pro­té­ger les loge­ments contre l’occupation illi­cite » se pour­suivent cet après-​midi à l'Assemblée natio­nale. Entretien avec le dépu­té LFI François Piquemal, issu du mili­tan­tisme pour le droit au loge­ment et vent debout contre l'initiative de la majorité.

AN 258307 1
François Piquemal
© Assemblée nationale

Porte-​parole de l'antenne tou­lou­saine de l'association Droit au loge­ment pen­dant dix ans, le dépu­té La France insou­mise (LFI) de Haute-​Garonne fait par­tie des député·es Nupes se mobi­li­sant acti­ve­ment contre la pro­po­si­tion de loi « visant à pro­té­ger les loge­ments contre l’occupation illi­cite » du dépu­té Renaissance d'Eure-et-Loir Guillaume Kasbarian. 

Ce texte, qui pré­voit d'alourdir les peines de pri­son pour les squat­teurs et veut en créer pour les loca­taires qui ne quittent pas les lieux mal­gré une déci­sion d’expulsion, est contes­té au sein même de la majo­ri­té pré­si­den­tielle. Il peut par contre comp­ter sur le sou­tien des par­le­men­taires Les Républicains (LR) et Rassemblement natio­nal (RN), qui y voient, comme le dépu­té Kasbarian, un moyen de pro­té­ger les petit·es pro­prié­taires. Alors qu'il sera débat­tu cet après-​midi à l'Assemblée natio­nale après les ques­tions d'actualité au gou­ver­ne­ment, Causette s'est entre­te­nue avec François Piquemal.

Causette : Pourquoi vous mobilisez-​vous contre cette pro­po­si­ton de loi ?
François Piquemal :
Parce que, dans un contexte très grave, une crise du loge­ment que notre pays n'a jamais connu depuis l'aprè-guerre – se for­ma­li­sant par 4,1 mil­lions de per­sonnes mal-​logées et 300 000 sans-​abris dont 42 000 enfants – ce texte va aggra­ver la situa­tion de mil­lions de per­sonnes déjà fra­gi­li­sées par la crise de l’énergie. L'augmentation des coûts de l'énergie entraîne une aug­men­ta­tion des impayés. Si cette loi passe, en cas d’impayé de loyer, vous pour­rez très rapi­de­ment vous retrou­ver au regard du droit comme un occu­pant sans droit ni titre et donc comme un squat­teur, et encou­rir des peines de pri­son allant de 3 à 15 ans.

Vous par­lez là de la dis­po­si­tion d'un amen­de­ment por­té par les député·es LR.
F.P. :
Oui mais cette loi est faite pour ama­douer les Républicains en vue d’une alliance par­le­men­taire, donc on n’est pas à l’abri qu'un tel amen­de­ment passe. Nous l'avons vu hier soir dans l'hémicycle : il se dégage une alliance autour de cette loi entre le RN, LR et la majo­ri­té rela­tive d’Emmanuel Macron.
L’intention affi­chée de cette nou­velle loi – la pré­cé­dente sur le sujet date d’il y a seule­ment deux ans et per­met une pro­cé­dure accé­lé­rée pour deman­der l'évacuation for­cée des squat­teurs – est de lut­ter contre les squats en cri­mi­na­li­sant tou­jours plus les per­sonnes pré­caires qui ren­contrent des dif­fi­cul­tés à se mettre un toit sur la tête.

"Les petits pro­prié­taires lésés, ça existe, évi­dem­ment, mais c'est un phé­no­mène mineur. L’Observatoire des squats mis en place par le gou­ver­ne­ment n'a iden­ti­fié que 170 cas au glo­bal – mul­ti comme petits pro­prié­taires – en 2021."

Vous avez publié une tri­bune dans Le Journal du dimanche dans laquelle vous expli­quez que, plu­tôt que de lut­ter contre le squat, cette loi pour­rait en fait y contri­buer. Pourquoi ?
F.P. :
La notion de squat n’a pas de défi­ni­tion juri­dique. Juridiquement, on parle d’occupation sans droit ni titre, qui recouvre en fait une grande varié­té des situa­tions. Dans l’idéologie du rap­por­teur, quelqu’un vic­time d’un mar­chand de som­meil est un squat­teur alors que pour nous c’est une vic­time. De même qu’un loca­taire qui n’arrive plus à payer son loyer et est visé par un juge­ment d’expulsion : un squat­teur, selon cette pro­po­si­tionde loi. Il n'y aurait en fait plus d'échelle des valeurs entre, par exemple, la per­sonne qui pénètre dans votre domi­cile en votre absence et s’y ins­talle comme si c’était chez lui et celle qui occupe un loge­ment vacant depuis des années sans por­ter pré­ju­dice au lieu de vie. La loi de Guillaume Kasbarian va donc créer de fait plus rapi­de­ment des occu­pants sans droit ni titre et donc des « squat­teurs » sup­plé­men­taires…
La Fondation Abbé Pierre, seule asso­cia­tion de repré­sen­tants des mal logés ayant été audi­tion­née par le rap­por­teur – pour le reste, il ne s'agissait que de lob­bies de bailleurs – a émis cette cri­tique sans être enten­due. Avec ce texte, la majo­ri­té a choi­si de se faire syn­di­cat des mul­ti­pro­prié­taires qui ne repré­sentent pour­tant qu’une infime mino­ri­té de la popu­la­tion mais qui détiennent 72% du loge­ment locatif.

Guillaume Kasbarian explique au contraire que l'enjeu de sa loi est de défendre les petits pro­prié­taires (64% des pro­prié­taires bailleurs ne détiennent qu’un seul loge­ment en loca­tion selon des chiffres de 2013) qui se retrouvent dans des situa­tions com­pli­quées lorsque leur loca­taire est un mau­vais payeur. Que lui répondez-​vous ?
F.P. :
Les petits pro­prié­taires lésés, ça existe, évi­dem­ment, mais c'est un phé­no­mène mineur. L’Observatoire des squats mis en place par le gou­ver­ne­ment n'a iden­ti­fié que 170 cas au glo­bal – mul­ti comme petits pro­prié­taires – en 2021. L'ancienne ministre du loge­ment elle-​même, Emmanuelle Wargon a affir­mé qu'il n'y avait pas besoin de légi­fé­rer car les lois déjà exis­tantes per­mettent de répondre au phé­no­mène : si je viens chez vous et com­mence à squat­ter votre habi­ta­tion, je suis expul­sé manu mili­ta­ri sur ordre de la pré­fec­ture. Si je viens squat­ter un loge­ment qui vous appar­tient mais qui est vide, il y aura une pro­cé­dure judi­ciaire, qui est certes plus longue, mais qui existe. 

"J’ai déjà enten­du des témoi­gnages de femmes vic­times de vio­lences conju­gales qui, pour échap­per à leur aggres­seur, se réfu­gient où elles peuvent et deviennent donc des occu­pantes sans droit ni titre."

Vous soup­çon­nez la majo­ri­té de vou­loir rebon­dir sur des affaires média­tiques…
F.P. :
Ils ne s'en cachent pas, c'est même expli­qué au tout début de l’exposé des motifs du texte 1 ! Le pro­blème, c'est qu’un cer­tain nombre de cas média­ti­sés se sont révé­lés être des arnaques. Dans l'emblématique affaire média­ti­sée par Le Parisien au début de l'été [où la rigueur jour­na­lis­tique a pour le moins man­qué, ndlr], il a fina­le­ment été avé­ré que la famille "squat­teuse" avait été escro­quée par un faux pro­prié­taire et que les nou­veaux pro­prié­taires qui ont crié à la terre entière qu'ils se fai­saient squat­ter avaient ache­té à bas prix et donc en connais­sance de cause une mai­son occu­pée. Malgré cela, la bulle média­tique a pris et a pous­sé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à inter­ve­nir pour faire expul­ser la famille. On voit donc bien que ces affaires néces­sitent un tra­vail de véri­fi­ca­tion de la situa­tion par la jus­tice, afin d'obtenir un posi­tion­ne­ment équi­li­bré pour juger de la bonne foi du loca­taire mais aus­si du pro­prié­taire. Or, en impo­sant des délais rac­cour­cis, la loi vou­lue par la majo­ri­té va lais­ser beau­coup moins de marge de manœuvre à la justice.

Le ministre du Logement Olivier Klein assure que la pro­po­si­tion de loi est équi­li­brée parce qu'un amen­de­ment ren­for­çant la lutte contre les mar­chands de som­meil y a été ajou­té. Êtes-​vous d'accord ?
F.P. :
Cet amen­de­ment est évi­dem­ment posi­tif mais contra­dic­toire : il sanc­tionne les com­por­te­ments de mar­chands de som­meil sans recon­naître le sta­tut de vic­times de ces mar­chands. Or, en refu­sant de tendre la main aux per­sonnes les plus fra­giles, cette loi va venir nour­rir la mafia du loge­ment, c’est-à-dire des gens qui pro­fitent de ces situa­tions de fra­gi­li­té.
A ce titre, il me semble impor­tant de pré­ci­ser que les per­sonnes en pre­mière ligne, ce sont les femmes car ce sont sou­vent elles qui portent le poids des pro­blèmes de loge­ment dans les foyers. En tant que mili­tant du droit au loge­ment, j’ai déjà enten­du des témoi­gnages de femmes vic­times de vio­lences conju­gales qui, pour échap­per à leur agres­seur, se réfu­gient où elles peuvent et deviennent donc des occu­pantes sans droit ni titre. On va se retrou­ver dans des situa­tions tota­le­ment absurdes et dangereuses.

"Dans l’exposé des motifs de cette loi, on nous explique que pour espé­rer avoir une bonne retraite, il faut être déten­teur d’un loge­ment qu’on met en loca­tion. C’est une concep­tion assez étrange de com­ment doivent vivre les gens."

Dans la soi­rée du 28 novembre, l'Assemblée a reje­té la motion de rejet préa­lable du texte, dépo­sée par Mathilde Panot (LFI), à 150 voix contre 43. Comment comptez-​vous pour­suivre le com­bat contre cette loi ?
F.P. : Nous avons dépo­sé plus de deux cent amen­de­ments afin qu'elle soit le moins nui­sible pos­sible si elle est adop­tée. Je note que la majo­ri­té n'est pas una­nime sur le sujet, ce qui me donne de l'espoir.
Surtout, nous allons conti­nuer à plai­der pour nos pro­po­si­tions cote­nues dans le pro­gramme élec­to­ral de ce prin­temps. Pour sécu­ri­ser autant le pro­prié­taire que le loca­taire, nous sou­hai­tons une sécu­ri­té sociale du loge­ment : une sorte d'assurance publique qui per­met la garan­tie uni­ver­selle des loyers. C'est d'ailleurs une idée de l'ex-ministre du Logement Cécile Duflot à la base, blo­quée par son pre­mier ministre Manuel Valls. Dans notre vision, la caisse serait gérée de manière pari­taire par les asso­cia­tions de pro­prié­taires et de loca­taires.
Ensuite, lut­ter contre le squat, c'est reva­lo­ri­ser les APL et enca­drer à la baisse les loyers. Enfin, c'est dérou­ler des mesures de pou­voir de vivre, avec notam­ment la reva­lo­ri­sa­tion des retraites. C'est impor­tant car dans l’exposé des motifs de cette loi, on nous explique que pour espé­rer avoir une bonne retraite, il faut être déten­teur d’un loge­ment qu’on met en loca­tion2. C’est une concep­tion assez étrange de com­ment doivent vivre les gens.
Evidemment, nous prô­nons éga­le­ment le blo­cage des prix des pro­duits de pre­mière néces­si­té parce que les impayés de loyer ne sont jamais faits par plai­sir mais parce que les gens ne s’en sortent pas.

Le mili­tant du droit au loge­ment que vous êtes s’attendait-il à devoir com­battre sur ce terrain-​là face à la majo­ri­té ?
F.P. :
Franchement non, je m’attendais à ce que ce type de pro­po­si­tion de loi pro­vienne de la niche par­le­men­taire du Rassemblement natio­nal, qui l’a d’ailleurs dit : un texte simi­laire fai­sait par­tie du pro­gramme pré­si­den­tiel de Marine Le Pen. Venant du groupe Renaissance, je trouve ça assez affli­geant et inquié­tant. Le comble de l'ironie, c'est que ce même jour débu­tait aus­si la ses­sion du Conseil natio­nal de la refon­da­tion dévo­lue au loge­ment.

Lire aus­si l L'Assemblée natio­nale exa­mine une pro­po­si­tion de loi ren­for­çant la répres­sion contre le squat et les loca­taires expulsables

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
  1. « La média­ti­sa­tion constante des squats et litiges de loyers témoigne de la forte émo­tion que sus­citent chez nos conci­toyens ces exemples d’incivilité et d’injustice vécues au quo­ti­dien », est-​il écrit dans le pré­am­bule[]
  2. « Les petits pro­prié­taires sont une réa­li­té, et un tiers d’entre eux sont des retrai­tés. Les reve­nus qu’ils tirent de leur bien en loca­tion sont abso­lu­ment indis­pen­sables pour leur garan­tir une retraite sereine. », dit le texte légis­la­tif[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.