fbpx
121 au boulot ostéopathe  © Camille Besse
© Besse

Aurore Sacarrère, osthéo­pathe : « La pra­tique me prend autant d’énergie qu’elle m’en donne »

Avec ses mains, elle gué­rit le corps. Aurore, 35 ans, est ostéo­pathe, un métier qui réunit son inté­rêt pour la science, les arts et les autres.

« J’ai décou­vert l’ostéopathie au Salon de l’étudiant. Quand j’ai vu que ça consis­tait à soi­gner avec les mains, j’ai com­pris que je vou­lais faire ça. J’ai tou­jours été manuelle, j’adore des­si­ner, bri­co­ler, mais j’aime aus­si les sciences et m’occuper des gens. Après deux ten­ta­tives en méde­cine, j’ai inté­gré une école pour cinq années payantes et intenses qui per­met d’obtenir le sta­tut de DO : “diplô­mé d’ostéopathie”. Dès le début, on pra­tique beau­coup, tout en appre­nant les bases ana­to­miques et médi­cales. En paral­lèle, l’ostéopathe doit aus­si gérer son secré­ta­riat, sa comp­ta­bi­li­té et sa com­mu­ni­ca­tion. 

J’ai fini l’école en 2012 et j’ai tout de suite ouvert mon[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
CAUSETTE HAPPY MANAGEMENT

Le « hap­pi­ness mana­ge­ment », de la pure com

Pour Florent Bonnel, consul­tant en res­sources humaines, ces poli­tiques très en vogue de bien-​être au tra­vail sont à côté de la plaque. Dans ses tra­vaux de thèse*, il a démon­tré, entre autres, que le bien-​être pro­fes­sion­nel repose sur des...