Advertisement
121 au boulot ostéopathe  © Camille Besse
© Besse

Aurore Sacarrère, osthéopathe : « La pratique me prend autant d’énergie qu’elle m’en donne »

Avec ses mains, elle guérit le corps. Aurore, 35 ans, est ostéopathe, un métier qui réunit son intérêt pour la science, les arts et les autres.

« J’ai découvert l’ostéopathie au Salon de l’étudiant. Quand j’ai vu que ça consistait à soigner avec les mains, j’ai compris que je voulais faire ça. J’ai toujours été manuelle, j’adore dessiner, bricoler, mais j’aime aussi les sciences et m’occuper des gens. Après deux tentatives en médecine, j’ai intégré une école pour cinq années payantes et intenses qui permet d’obtenir le statut de DO : “diplômé d’ostéopathie”. Dès le début, on pratique beaucoup, tout en apprenant les bases anatomiques et médicales. En parallèle, l’ostéopathe doit aussi gérer son secrétariat, sa comptabilité et sa communication. 

J’ai fini l’école en 2012 et j’ai tout de suite ouvert mon[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
secouer

Enfance maltraitée : prendre le mal à la racine

Avant que le gouvernement dévoile le second volet de son Pacte pour l’enfance, qui s’attèlera à la maltraitance infantile, Causette a rencontré des acteurs·trices de terrain qui côtoient ces petites victimes et s’est penchée sur les solutions à...