Sabina Spielrein, la psychanalyste entre Jung et Freud

Cette pionnière de la psychanalyse a été au cœur d’une relation triangulaire hors du commun entre les deux psychiatres Carl Jung et Sigmund Freud. Sabina Spielrein fut longtemps rejetée dans l’ombre de ces illustres confrères et connue davantage pour cette relation ambiguë que pour ses travaux, pourtant fondateurs. 

sabina spielrein 1885 1942 1930s
Sabine Spielrein. © Heritage Image Partnership Ltd : Alamy Stock Photo

Des années durant, Sabina Spielrein a lutté contre sa folie, avant d’aider les autres à combattre la leur. Elle naît en 1885 dans une famille juive aisée à Rostov-​sur-​le-​Don, en Russie. À l’âge de 19 ans, on l’envoie en Suisse pour soigner ce qu’on diagnostique comme « des crises d’hystérie ». Elle est internée à Zurich, dans la clinique psychiatrique de Burghölzli, au sein du service réputé du professeur Eugen Bleuler. Là, elle est prise en charge par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, qui est alors disciple et collègue de l’Autrichien Sigmund Freud. Carl Jung a dix ans de plus que Sabina Spielrein. Il devient son médecin, son analyste, son confident. La cure analytique qu’il teste sur elle porte ses fruits puisque Sabina quitte bientôt la clinique et démarre des études de médecine pour devenir psychanalyste, encouragée par celui qui l’a accompagnée vers la guérison. Mais, petit à petit, une relation ambiguë, instable, complexe, passionnelle, naît entre la jeune patiente et le médecin. D’un côté, Sabina Spielrein proclame qu’elle sait bien que Jung est amoureux d’elle,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
LH BIKERNI 032019   050

Inde : l’échappée belle des Bikerni

Chaque week-end, les membres du premier club indien de motocyclisme féminin sillonnent, sur des deux-roues mythiques, les routes du pays. Ces motardes revendiquent leur droit à l’aventure et à l’autonomie. Un défi dans une société patriarcale.

110 white noise 1 niklas grapatin

Nocives nuées

Lors de ses promenades nocturnes à Dacca, capitale surpeuplée du Bangladesh, Niklas Grapatin a voulu mettre en lumière l’immense pollution atmosphérique qui étouffe la ville.