fbpx

Sabina Spielrein, la psy­cha­na­lyste entre Jung et Freud

Cette pion­nière de la psy­cha­na­lyse a été au cœur d’une rela­tion tri­an­gu­laire hors du com­mun entre les deux psy­chiatres Carl Jung et Sigmund Freud. Sabina Spielrein fut long­temps reje­tée dans l’ombre de ces illustres confrères et connue davan­tage pour cette rela­tion ambi­guë que pour ses tra­vaux, pour­tant fon­da­teurs. 

sabina spielrein 1885 1942 1930s
Sabine Spielrein. © Heritage Image Partnership Ltd : Alamy Stock Photo

Des années durant, Sabina Spielrein a lut­té contre sa folie, avant d’aider les autres à com­battre la leur. Elle naît en 1885 dans une famille juive aisée à Rostov-​sur-​le-​Don, en Russie. À l’âge de 19 ans, on l’envoie en Suisse pour soi­gner ce qu’on diag­nos­tique comme « des crises d’hystérie ». Elle est inter­née à Zurich, dans la cli­nique psy­chia­trique de Burghölzli, au sein du ser­vice répu­té du pro­fes­seur Eugen Bleuler. Là, elle est prise en charge par le psy­chiatre suisse Carl Gustav Jung, qui est alors dis­ciple et col­lègue de l’Autrichien Sigmund Freud. Carl Jung a dix ans de plus que Sabina Spielrein. Il devient son méde­cin, son ana­lyste, son confi­dent. La cure ana­ly­tique qu’il teste sur elle porte ses fruits puisque Sabina quitte bien­tôt la cli­nique et démarre des études de méde­cine pour deve­nir psy­cha­na­lyste, encou­ra­gée par celui qui l’a accom­pa­gnée vers la gué­ri­son. Mais, petit à petit, une rela­tion ambi­guë, instable, com­plexe, pas­sion­nelle, naît entre la jeune patiente et le méde­cin. D’un côté, Sabina Spielrein pro­clame qu’elle sait bien que Jung est amou­reux d’elle,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés