white strings on blue surface

Espagne : bien­tôt le pre­mier pays euro­péen à ins­tau­rer un congé menstruel ?

En Espagne, le Conseil des ministres a adop­té mar­di un avant-​projet de loi ouvrant la pos­si­bi­li­té aux femmes actives de béné­fi­cier d'un congé mens­truel. Il pour­rait deve­nir le pre­mier pays euro­péen à mettre en place une telle mesure. 

« Fini le tabou, la stig­ma­ti­sa­tion, la souf­france en silence », s'est féli­ci­tée mar­di Irene Montero, ministre de l'Égalité en Espagne, après que le Conseil des ministres espa­gnol a adop­té un avant-​projet de loi ouvrant la pos­si­bi­li­té pour les femmes qui tra­vaillent de prendre un congé mens­truel, sans durée limite, en cas de règles dou­lou­reuses. Il suf­fi­ra de se rendre chez un méde­cin pour dis­po­ser d'un arrêt mala­die à pré­sen­ter à son entre­prise, et qui sera rému­né­ré par la sécu­ri­té sociale, explique la cor­res­pon­dante en Espagne du Monde.

« Nous n'irons plus tra­vailler en souf­france, nous n'aurons plus à nous gaver de médi­ca­ments avant d'aller au tra­vail et à cacher que, cer­tains jours, la dou­leur nous empêche de tra­vailler. Toutes les femmes qui en ont besoin pour­ront béné­fi­cier de ce congé mens­truel si elles ont des règles dou­lou­reuses et inva­li­dantes. Nous sommes le pre­mier pays euro­péen à recon­naître que la san­té mens­truelle fait par­tie des droits sexuels », a décla­ré avec force Irene Montero devant le gou­ver­ne­ment espa­gnol. Ajoutant que des pro­duits d'hygiène mens­truelle seront gra­tui­te­ment dis­tri­bués dans les éta­blis­se­ments sco­laires, les centres péni­ten­tiaires et ceux dédiés aux ser­vices sociaux « pour com­battre la pré­ca­ri­té mens­truelle ».

En Europe, aucun pays n'a pour l'instant pro­mul­gué cette mesure. Contrairement au Japon – depuis 1947 – à Taïwan, à l'Indonésie, à la Corée du Sud et à la Zambie. En France, des entre­prises pro­posent par­fois ce congé à leurs sala­riées, comme récem­ment l’entreprise de conchy­li­cul­ture Marédoc, ins­tal­lée à Frontignan.

À lire aus­si I Chez Marédoc, congé mens­truel en cas de marée haute

Accès ren­for­cé à l'IVG

L'avant-projet de loi de san­té sexuelle et repro­duc­tive et d’interruption volon­taire de gros­sesse pro­met éga­le­ment d'autres avan­cées. Comme la sup­pres­sion du délai obli­ga­toire de réflexion de trois jours avant une IVG et la levée de l'accord paren­tal pour les mineures de 16 ans sou­hai­tant avor­ter. L'adoption de ce texte ne devrait cepen­dant pas se faire avant 2023, selon Courrier inter­na­tio­nal. Car il doit main­te­nant pas­ser par le Conseil géné­ral du pou­voir judi­ciaire et le Conseil d’État espa­gnols, avant d’être de nou­veau vali­dé en Conseil des ministres, puis d'être débat­tu au Congrès des dépu­tés et au Sénat. 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.